AU COEUR DU METIER

L'hémodialyse à domicile faisable chez les patients âgés

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

L'hémodialyse à domicile est faisable chez les patients âgés d'au moins 65 ans qui débutent cette méthode de suppléance rénale, selon une étude internationale publiée dans Nephrology Dialysis Transplantation (NDT).

appareil dialyse

Hémodialyse ou dialyse péritonéale, les effets bénéfiques de la dialyse à domicile chez les personnes âgées

Le nombre de patients âgés atteints d'insuffisance rénale chronique progresse et les besoins en dialyse augmentent en conséquence. Habituellement, il est plutôt proposé aux patients âgés en prédialyse d'envisager un traitement en centre ou, parfois, la dialyse péritonéale à domicile, rappellent Tom Cornelis de l'université de Maastricht (Pays-Bas) et ses collègues. Selon eux, l'hémodialyse à domicile dans cette population pour débuter un traitement de suppléance rénale pourrait avoir des effets bénéfiques sur les syndromes gériatriques, notamment la fragilité, et réduire les complications de la dialyse telles que l'hypotension, les événements cardiovasculaires, la malnutrition, les troubles du sommeil.

Pour déterminer la faisabilité de cette approche, les chercheurs ont conduit une analyse rétrospective des données d'une cohorte de 79 patients âgés de 65 ans et plus (68 ans en médiane) au moment de l'initiation d'une hémodialyse à domicile, pris en charge dans cinq pays (Belgique, Canada, Finlande, Pays-Bas et Royaume-Uni) entre 1970 et 2012 (84% des patients entre 1999 et 2012). La fistule artérioveineuse était l'accès vasculaire choisi dans les trois quarts des cas. Les deux tiers des patients (67%) étaient dialysés moins de 16 heures par semaine. L'aide d'une infirmière ou d'un membre la famille pour la dialyse était requise pour 54% des patients.

Les patients ont été suivis pendant deux ans en médiane. Au total, 22% des patients sont décédés (événements cardiovasculaires et comorbidités principalement) et 26% ont connu des échecs de traitement, c'est-à-dire l'impossibilité de poursuivre l'hémodialyse à domicile (comorbidités, épuisement ou problèmes de santé de l'aidant familial principalement). La survie sans échec de traitement était de 92% à un an, 83% à deux ans et 56% à cinq ans. La survie sans événement était de 85% à un an, 77% à deux ans et 24% à trois ans.

Les données disponibles pour 63 patients indiquent que 49% d'entre eux ont eu besoin au cours de leur suivi de faire au moins une séance de dialyse en centre, pour du répit ou une formation. Le taux d'hospitalisation était de globalement 0,55 par an, principalement pour des motifs non associés à la dialyse.

Cette étude suggère que l'hémodialyse à domicile est faisable et sûre chez les patients âgés. Des travaux prospectifs sont nécessaires pour confirmer le bénéfice de cette modalité thérapeutique sur la qualité de vie et l'autonomie, évaluer une hémodialyse plus intensive ainsi que l'intérêt de développer l'aide à domicile en raison de l'épuisement de l'aidant familial, concluent les chercheurs.

NDT, édition en ligne du 1er août 2014

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)