PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Infirmière à la recherche de temps !

Thipaine, un nom d’emprunt, est infirmière dans un service de médecine d’un hôpital de province. Elle raconte un moment de sa journée de travail qu’elle souhaiterait ordinaire. Merci au blog FO-Sante pour le partage de cet article.

sablier temps

La manque de temps délétère dans la relation de soin

Je pose une perfusion. Pff...  Elle retire sa main au moment où je la pique. Je dois réessayer. Deuxième essai ! Ouf ! Elle n’a pas bougé, ça y est. C’est bon. C’est fini. Un sourire et je pars entreprendre la tournée des prises des constantes (tension, température...) Je dois faire vite parce qu’après j’ai des perfusions à poser.

- Oui Madame j’arrive. Un verre d’eau ? Vous n’avez pas de bouteille ? Ah vous ne pouvez pas lever le bras ? Voilà !

- Non Monsieur, je n’ai pas le temps de vous accompagner à la boutique.Tiphaine commence la préparation des médicaments, mais :- Dit Tiphaine, va voir le 106, il est encore très agité ! Thiphaine fait ce qu’elle peut ... elle voudrait simplement faire son travail sereinement J’y vais !Je rentre dans la chambre de ce patient qui est atteint d’une BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), de plus diabétique et souffrant d’obésité et d’apnée du sommeil. Il est...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#1

Elle subit ...

Ok, bon et jusqu'à quand ?

Jusqu'à quand on se laisse marcher dessus ?

Jusqu'à quand on accepte de se laisser mépriser ?

Jusqu'à quand on continue de bâcler notre travail auprès des patients ?

Jusqu'à quand on continue de pleurnicher sur notre sort tout en continuant courageusement à jouer les carpettes ?