AU COEUR DU METIER

Les infirmiers des services d'urgence ont leur association

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Les infirmiers du SAU du Centre Hospitalier William Morey de Chalon sur Saône ont  créé l'INSUFL, une association pour les infirmiers exerçant aux urgences.

L'INSUFL, une association pour les infirmiers travaillant au cœur de l'urgence.

À l'heure actuelle, les infirmières exerçant au cœur de l'urgence (qu'elle soit pré ou hospitalière) ne disposent pas d'une reconnaissance spécifique à leur exercice, qui est pourtant bien différent de celui que l'on retrouve dans d'autres services. Une idée a alors germé dans l’esprit de plusieurs infirmiers du SAU du Centre Hospitalier William Morey de Chalon sur Saône (71). Ils ont en effet décidé de créer une association pour regrouper tous les infirmiers acteurs de l’urgence.

Nommée INSUFL (INfirmiers SMUR et Urgences Finalement Ligués), cette association a vu le jour le 16 avril 2015 et commence à se développer petit à petit. Elle s’est fixée cinq grands objectifs :

  • obtenir la reconnaissance et la valorisation des compétences de l'infirmier aux urgences et au SMUR ;
  • promouvoir la spécificité des infirmiers exerçant aux urgences ;
  • organiser des manifestations visant à regrouper les infirmiers acteurs de l'urgence ;
  • améliorer les pratiques sur les soins d'urgence ;
  • obtenir la création d'un diplôme d'infirmier urgentiste à l'instar des IADE, IBODE et IPDE.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter l'INSUFL via sa page Facebook, son compte Twitter ou par e-mail asso.insufl@gmail.com. Un site internet est en cours de construction et sera bientôt mis en ligne.

L’association est ouverte à toutes et tous, infirmiers aux urgences mais aussi toutes les personnes souhaitant nous apporter un soutien. L'INSUFL sera présent lors du forum de l’'association départementale d'aide médicale urgente (ADAMU) à Montchanin (71) le 18 juin 2015.

N’hésitez pas à rejoindre l'INSUFL ! Le bulletin d’adhésion est disponible sur Facebook et sur simple demande. Et parlez de nous autour de vous ! Plus nous serons nombreux à nous rassembler, plus nous aurons de poids pour obtenir la reconnaissance de notre « spécialité » !

Creative Commons License

INSUFL

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (19)

Rewinder

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#19

A ceux qui n'ont rien compris 4

Sûr que pour reprendre des études alors que la plupart est en charge de famille il faut avoir des c... et accepter
de se remettre en cause mais aussi avoir le sens des responsabilités. Ce n'est pas un diplôme au rabais et si nous en sommes fier, c'est que nous nous battons tout les jours au quotidien pour tout simplement exister en tant que professionnels de l'anesthésie.

Alors les envieux et autres qui veulent le beurre et l'argent du beurre, les allergiques à l'effort, ceux qui, comme on me l'a déjà demandé voudraient bien monter dans l'hélico à votre place avec le patient dont vous avez la charge, allez vous rhabiller et changez de métier. Votre place n'est pas ici.

La profession vous salue bien!

Rewinder

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#18

A ceux qui n'ont rien compris 3

Si tu arrive jamais au bout de ces études, peut-être comprendras-tu pourquoi nous nous occupons beaucoup de la tête et que l'expression "je ne m'occupe que de la tête" a toute sa signification sans connotation réductrice en ce qui concerne le reste du corps.

Abordons maintenant le sujet du corporatisme. Si tu t'intéresse vraiment à la profession, va sur le site du SNIA pour y trouver notre Historique. Tu y liras que seule une vrai conscience de ce que nous sommes et représentons nous a permis de résister à tout ceux qui veulent notre extinction pure et simple.

J'ai toujours considéré que cette spécialité m'avait permis de progresser et d'évoluer dans ma profession. Pourquoi crois-tu que la moyenne de "vie" d'une infirmière n'est que de 7 ans ? Moi je n'avais pas envie de rester infirmier toute ma vie. Je voulais passer à autre chose en étant plus acteur et avec un autre niveau de responsabilité.
Lorsque les urgentistes sont apparus dans mon ancien établissement, la première chose qu'ils ont fait a été de
virer l'ensemble de l'ancien personnel extrèmement compétent et cohérent, infirmières et aides soignantes, et de les remplacer par de jeunes infirmières (et aide-soignantes) bien malléables auxquelles ils ont fait miroiter un combat pour la création d'un corps d'"infirmière urgentiste". Depuis mon départ, j'ai appris que les Iades avaient été virés du SMUR.? Et je dis bien virés car je ne compte plus les conflis que j'ai pu personnellement avoir avec ces messieurs dames sur des prises en charge plus que discutables.

Ceux qui n'ont rien compris, ce sont ceux qui, comme toi parlent de corporatisme, ceux qui veulent réinventer un métier qui existe déjà et qui, en cela, nient cette possibilité d'évolution vers le haut qu'est le diplôme d'Iade.

Rewinder

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#17

A ceux qui n'ont rien compris 2

Suite à mon certificat (le diplôme est venu après un dur combat), j'ai pratiqué en HP moitié au SMUR, moitié au bloc. Certes, c'était une autre époque. Mais le coup de la prescription pour le perfalgan me fait bien rigoler. J'ai connu la période de glissement traumato/médical grâce aux progrès automobiles, aux ceintures, aux rond-points etc... Mais aussi les périodes avant/après les médecins urgentistes. Je pense donc légitimement pouvoir avoir un jugement objectif sur le sujet. Pour exemple, là où sur un avp grave concernant plusieurs victimes une équipe de Smur (chauffeur, médecin qui était souvent interne, Iade) était capable, après hiécharchisation, de prendre en charge efficacement jusqu'à 4 blessés (2 lourds, 2 légers) grâce à une vraie collaboration , avec les urgentistes de cet hosto, dès qu'il y avait 2 victimes, ne parlons pas de 3, il fallait impérativement une deuxième équipe, d'où une perte de temps et de chance.... AH c'est vrai, j'oubliais. A mon "époque", les conducteurs ambulanciers se permettaient (quelle outrecuidance!) de perfuser et surveiller les blessés plus légers. Bien sûr sous notre
responsabilité. Par la suite (urgentistes), il leur a été sommé de ne tenir que le volant, pousser les brancards et porter les valises ce qui n'a pu qu'améliorer les prises en charge bien entendu.

J'affirme donc et sans prétention aucune que nous avons sauvé des gens, en faisant notre boulot et sans que j'ai eu besoin de prescription pour utiliser de l'adré (entre autres)!?!! Les AVP, c'était du lourd et on ne se posait pas de question. On faisait notre boulot, un point c'est tout.
Ah oui, je suis désolé de revenir sur le sujet de l'intubation, malheureusement j'ai aussi sauvé des gens (et je ne suis certes pas le seul) en intubant ou en reprenant la main parce que j'étais le seul à savoir pratiquer ce "simple" geste. Milles excuses.

Rewinder

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#16

A ceux qui n'ont rien compris 1

A l'attention de Iaderie. Tu commences tes études d'Iade. Je t'engage donc, après ces deux années supplémentaires, à réviser ton jugement sur la profession, déjà à travers sa formation. Je vois que tu possèdes un cursus certes intéressant mais qui t'amène à un jugement très réducteur sur ma profession. D'ailleurs, devant une telle somme d'expérience, je me demande bien pourquoi tu t'engage dans ces études qui, à lire entre tes lignes, ne doivent pas être bien terribles puisqu'elles ne déboucheraient que sur des compétences "intubatoires".
Je ne veux pas préjuger de ton avenir scolaire, mais il me semble qu'il te faudra tourner ta langue au minimum sept fois dans ta bouche avant de donner ton avis au risque d'avoir quelques soucis. Auquel cas, tu ne te feras pas que des amis. J'en ai vu passer des élèves Iades dans ma carrière. Jamais je n'en ai entendu un cracher dans la soupe. Tous étaient conscients et fiers de produire un effort qui en valait la peine.

Je suis moi même devenu Iade après huit années de réa polyvalente lourde mais ce n'était qu'en Seine et Marne, désolé. Désirant évoluer dans ma profession et ma pratique, je me suis naturellement tourné vers cette spécialité sans arrières pensées aucunes. A l'époque, je connaissait des IAA (infirmiers aides anesthésistes) travaillant dans le SAMU de mon établissement qui étaient des gens très impliqués dans leur boulot et très professionnels.

loulic

Avatar de l'utilisateur

255 commentaires

#15

trop LOL vraiment.

IADErie, si t'es vraiment en école d'IA va falloir sérieusement bosser.

Mais tu ne l'es pas, je n'en doute pas. Jamais un élève IA ne limiterait ses compétence à "un geste supplémentaire".

Sur ce, tu peux réessayer de passer le concours encore une fois.

nozinan

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#14

Re LOL pour IADERIE

Aucun IADE ne se prend pour un petit médecin, les IADE se prennent pour des IADE (IADERIE, tu comprendras plus tard et en te relisant je pense que tu rougiras)

nozinan

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#13

Pour IADERIE

Au lieu d'écrire des inepties, concentre toi sur ta formation tout juste débutée ! tu expliques que la formation IADE ne va presque rien t'apporter concernant le préHOspitalier, que cela ne représente qu'un tout petit module dans le cursus !! As tu vraiment lu les référentiels de compétence/activités et formation? j'en doute.
Tu te demandes quelle est la plus value d'un IADE sur un IDE ? L'un comprend ce qu'il fait et sait mettre seul en œuvre les actes conservatoires, l'autre exécute des prescriptions sans toujours savoir les tenants et les aboutissants. Je ne renie pas d'où je viens mais j'ai le recul nécéssaire et presque le meme cursus que toi. Fini ta formation et on verra si tu penses pareil...

iaderie

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#12

LOL!

C'est consternant de lire les réactions chargées de protectionnisme corporatisme et d'arrogance des iade sur ce post...
Je commence mes études d'iade, j'ai travaillé 5 années en réa chir polytraum/sspi/déchocage d'un grand trauma center parisien puis 3 ans en SMUR en IDF. Au déchoc/sspi zéro iade, nous n'étions que des ide, et au smur 25% iade, 75% ide. Je suis également infirmier protocolé pour des missions de paramédicalisation pour le compte de sapeurs pompiers et je partage mes gardes avec des collègues iade qui n'ont pour seul geste supplémentaire l'IOT VS le dispositif supra-glotique pour les IDE et rien de plus!!!!... Vous avancez la suprématie de l'iade en SMUR, ah bon??? A part reprendre la main sur un échec d'intubation du doc, quoi de plus??? L'iade est il meilleur pour faire un ECG et pousser de l'aspégic? Les iade en smur n'ont pas plus le droit de prescrire qu'un ide et doivent demander l'autorisation pour poser un perfalgan... De ce que je sais, sur l'ensemble de la formation iade, seul un tout petit module est consacré au pré hospitalier... Alors WHAT THE F...!!!!???? Je ne vois donc pas en quoi un iade est mieux placé qu'un ide avec un "cursus solide" de réa/sspi/déchoc? Un iade seul en SMUR type T2IH et seul au bloc bien sur! Mais dans le contexte actuel du pré hospitalier, très peu d’intérêt... Donc ne pas se prendre pour des petits médecins... Et finir comme certains iade que j'entendais dire dans mon ancien service: "Moi, je m'occupe que de la tête"...
CQFD!

Uoggid

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#11

spécialisé ou diplômé

La question de la place de l'infirmier de pratiques avancées ou spécialisé devra être posée tôt ou tard. Cet infirmier sera t-il un super IDE (il y assez de cowboys comme çà...) ou un sous IADE...
Je crains le statut bâtard qui n'aura de valeurs qu'auprés de l'infirmier lui-même.

Combien de DU douleurs, référents transfusion sans réel plus pour le service.

La joie de ce métier est de pouvoir voyager de services en services. Si il faut désormais une spécialité, il nous faudra faire carriére dans le même service toute notre vie.

loulic

Avatar de l'utilisateur

255 commentaires

#10

ils sont tous spé

Je suis pour la création de nouvelles spé (et pour la consolidation des anciennes), à condition qu'une spé ce soit :
- un master
- des pratiques avancées
- un salaire en conséquence

Et aussi que ce spé servent à autre chose qu'à violenter les diptères.

au vu de leur page FB on en est loin.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#9

@Yougi

qui écrit "Doit on créer des diplômes spécialisés en rhumatologie, gastro etc ....."

merci.

j'ai entendu la même chose en ehpad (oui c'est spécifique quand même...) ou en hygiène ou en médecine du travail.

Mais "être spécialisé" , ça pête! :)

loulic

Avatar de l'utilisateur

255 commentaires

#8

Je reve d'un SAU ...

Aujourd'hui beaucoup de DRH et de chefferies médicales ne veulent pas d'IADE pour deux raisons :
1) délit de compétences
2) ça coute (un tout petit peu) plus cher.

- Pour ces chefferies médicales, un infirmier ça reste un infirmier : un exécutant docile qui applique ce qu'on lui ordonne. Et d'ailleurs, c'est amusant de voir les infirmiers des SMUR/SAU reprendre les propos de leurs gentils médecins lorsqu'ils vomissent sur les IADE. Les mêmes médecins qui auprès des ambulanciers vomissent sur les IDE … Nous ne sommes que menu fretin pour ces grands pontes. Faut pas se leurrer.

- Pour les DRH un infirmier c'est une charge. Et ça va pas plus loin que ça. Alors on cherche au moins disant.


Et dans ce contexte on imagine que les même qui renâclent à financer et engager des IADE vont aller vers un intervenant équivalent en couts et compétences ?

Parce que la seule option pour cette association c'est d'aller vers un infirmier spécialisé avec un niveau master et des pratiques avancées. Et une grille salariale qui va avec.


Sur la page FB de l'insufl on a d'ailleurs un médecin qui vient les défendre : "mais non, ils ne veulent pas changer de statuts, juste se former un peu plus". Le baiser de judas.

En effet si c'est juste pour "se former un peu plus" mais sans changer de statut et rester un bon petit infirmier bien docile qui fait là où on lui dit de faire, ça vaut le coup !

zeb24

Avatar de l'utilisateur

53 commentaires

#7

Alors il faut faire les études d'IADE !

Ca n'existe pas IDE urgentiste ! A part les pseudo-cowboys.

C'est l'IADE qui est recommandé en préhospitalier. C'est l'IADE qui apporte la qualité de soin et la meilleure sécurité aux patient.

Les paramédicaux spécialistes de l'urgence, ca existe déjà et ça s'appelle IADE.

Alors au lieu de créer des assos à la noix pour créer des sous diplômes, je ne peux que vous conseiller de commencer à réviser dès maintenant pour avoir le concours IADE et de suivre cette formation de 2 ans qui fera de vous un vrai professionnel de l'urgence compétent.

James11100

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

C'était evident

Je vous l'avais dit que ce n'était pas une bonne idée et que l'utilisation du terme liguer était on ne peut plus maladroite.

Yougi

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

Interrogations

Bonjour , Quelle serait , pour vous , la finalité du diplôme que vous espérez?

Une reconnaissance salariale , une exclusivité de compétence , un soutien pour travailler dans ces secteurs ?

Je suis perplexe quand aux résultats que vous voulez obtenir .

J'étais infirmier dans un service d'urgences et je voulais "avancer" dans ma pratique , j'ai donc entamé la formation d'iade et j'ai finalement reussi a retravailler aux urgences ....Je me trouve à ma place en raison de la formation que j'ai reçu .(cf decret et recommandations diverses ).
Doit on créer des "spécialités" pour chacun des types de service possibles alors qu'une formation validante , reconnue et appréciée existe déjà ?
Doit on créer des diplômes spécialisés en rhumatologie, gastro etc .....

perika

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#4

Quelle montée au créneau !

Marrant de voir que pour certains l'urgence ne se limite qu'au pré-hospitalier ! Du coup, si je comprends vos remarques, l'urgence se limite au SMUR... Et dans les SRAU et SAU, on y fait quoi ?
Si je relis le communiqué, on ne parle pas que du SMUR. Et le but de l'asso n'est pas de prendre la place des IADE !

Pour info, c'est une démarche qui se veut collective et elle a au moins le mérite d'exister !

Peut-être que ça vaudrait le coup de nous laisser une chance d'essayer ?

ellenador

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

"obtenir la création d'un diplôme d'infirmier urgentiste à l'instar des IADE"

Non mais sans blague:

"obtenir la création d'un diplôme d'infirmier urgentiste à l'instar des IADE"

Infirmiers.com?

La formation des IADES (sanctionnée par un grade de master 2) mènent à des professionnels hautement qualifiés dans la prise en soin des patients en pré-hospitalier.

Une reconnaissance? Passez le concours entrée dans une formation spécifique dont l'un des axes majeurs est le "pré-hospitalier"
Merci.

Ephedrine76

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#2

Spécialisation ?

La spécialisation en pré-hospitalier existe déjà. Elle nécessite 2 ans d'études supplémentaires et donne un grade master : le DE IADE. A vos concours, donc...

P. S.

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#1

A suivre....

"Enfin ligués".... Ca veut dire qu'on se lance d'ores et déjà dans une idée de "lutte", de "combat"....

Une appellation "Association Nationale" ou autre, aurait fait plus fédérateur et moins bagarreur, d'après moi.

Il serait intéressant de savoir comment cette jeune association compte se positionner par rapport au collège infirmier de la SFMU, le positionnement par rapport aux recommandations de la SFMU sur les compétences des IDE de SAU/SMUR, sur les recommandations récentes de la SEMSP.
Quel positionnement par rapport à l'ANISP ou au SNIA qui vient de faire des recommandations sur la place de l'IADE en SMUR.

A suivre, donc...