AU COEUR DU METIER

Mutualisation d'infirmières de nuit en Ehpad : pas gagné !

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

L'agence régionale de santé (ARS) Ile-de-France, par la voix de son directeur du pôle médico-social, Marc Bourquin, a fait part de son inquiétude quant au devenir de l'expérimentation de mutualisation d'infirmières de nuit menée dans des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) franciliens. Marc Bourquin s'exprimait lors des 12èmes Assises nationales du médecin coordonnateur en Ehpad, organisées par la société EHPA, qui se sont tenus les 25 et 26 novembre 2014 à Paris.

Mutualiser les infirmières de nuit en Ehpad : un moyen d'éviter les hospitalisations des résidents...

Le directeur du pôle médico-social de l'ARS Ile-de-France a rappelé que la région s'était lancée dans une expérimentation d'équipes mutualisées d'infirmières de nuit pour 20 Ehpad. Il ne s'agit pas d'une simple astreinte, a-t-il précisé: Une infirmière vient toutes les nuits dans chacun des Ehpad. On a un retour d'expérience extrêmement favorable, à la fois en termes de qualité et d'échange d'expériences, de montée en compétences des équipes, et aussi avec des économies sur les hospitalisations qui sont considérables, et une forte amélioration du suivi des soins palliatifs et de la fin de vie, a-t-il fait valoir. Si on veut aller plus loin sur ces démarches, nous pensons qu'il faut les généraliser, ce qui suppose évidemment de changer les règles du jeu à la fois en termes d'autorisation mais aussi en termes de flux financiers, a-t-il assuré.

Il nous faut trouver une vingtaine de millions [d'euros] pour généraliser les équipes mutualisées d'infirmières en Ehpad

C'est là que le bât blesse, a regretté Marc Bourquin, signifiant qu'il faudrait pour cela que le directeur général de l'ARS puisse passer d'enveloppes financières "ciblées" à un système de financement plus global, sans que cela coûte plus cher, mais où on puisse, de manière indifférenciée, jouer sur toute la palette des financements. Dans le cas précis de cette expérimentation, il a souligné qu'il nous faut trouver une vingtaine de millions [d'euros] pour...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

603 commentaires

#3

...

Les iDE mutualisées = meilleure prise en charge selon Monsieur machin ? mais une inf. dans chaque ehpad, ça ne serait pas encore mieux ?

Ah ben non, parce que là, la charge financière serait sur les employeurs/actionnaires.

Et pour les IDE concernées : qui va devoir utiliser sa voiture, avec des frais rembourser à l'arache ? qui va prendre le rsique routier ?
Bref, on demande au xARS de débouser, aux inf d' usiner ! et aux actionnaires d'encaisser

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

Plébiscite indécent…

Le changement, c’est maintenant avec 1 IDE pour 200 à 300 vieux…

Les supposées économies ne sont ni pour la collectivité ni pour les usagers mais bien pour les possesseurs de portefeuilles déjà bien garnis.

A cela s'ajoute le sentiment de travail accompli de tous ces technocrates adeptes de rapports, commissions, observatoires et autres comités Théodule… qui doivent bien être payés à quelque chose (ou pas).

Bref, 1 IDE « urgentiste » qui oriente 1 IDE « gériatrique » qui, il/elle même a à faire à une armada de faisant fonction… Tout ça dans des structures qui pour certaines sont cotées en bourse et font le bonheur des dirigeants/actionnaires et où la maltraitance institutionnelle est souvent dénoncée (ou pas).

Très moral pour beaucoup de ces PA et leurs familles sans oublier la collectivité qui sont rackettées de façon indécente pour un service non rendu…

La solution la plus simple étant du personnel compétent, qualifié et en nombre + un médecin de garde.

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#1

c'est un casse tête

c'est vrai,il va falloir au moins quinze commissions d'étude,embaucher vingt deux experts,faire des rapports,savoir si le temps de trajet est payé,.autrement il y a une solution,mais c'est trop bête,je n'ose pas le dire:et si il y avait une infirmière de nuit en EPHAD obligatoirement?