AU COEUR DU METIER

"Reconnaître la discipline infirmière" : le voeu du CII

Cet article fait partie du dossier :

Exercice international

Le 14 janvier 2014, Judith Shamian, présidente du Conseil International des Infirmières (CII) a rencontré, à Paris, les membres de l'Association Nationale Française des Infirmières et Infirmiers Diplômés et Etudiants (ANFIIDE), la délégation nationale de l'Ordre des infirmiers et des représentants d'associations infirmières. Revue de détails des propos échangés...

Judith Samian présidente du CII

Rencontre, à Paris, avec Judith Shamian (en veste rose), présidente du Conseil International des Infirmières

Judith Shamian, présidente du Conseil International des Infirmières (CII), a profité d'une rencontre avec différentes instances représentatives des infirmières, le 14 janvier 2014, à l'initiative de Brigitte Lecointre, présidente de l'ANFIIDE, pour donner son point de vue sur la situation de la profession en France. Selon la présidente du CII, la France se situe, avec la Belgique, au sommet des pays francophones. A ce titre, elle se doit d'aider les autres pays dans leur évolution, en particulier les pays d'Afrique francophone. Pour Judith Shamian, l'un des aspects primordiaux au développement de la science infirmière est la création et le soutien de l'Ordre National des Infirmiers (ONI), un puissant levier pour une approche politique de la profession. Elle souligne que les associations et groupes de patients doivent être conscients que l'ordre est garant d'une prise en charge de qualité par les IDE ce qui, comme l'a rappelé Didier Borniche, président de l'ONI, est l'une des missions principales de l'ordre infirmier. Ce dernier a également expliqué que le trio organisation professionnelle/syndicats/ONI, bien qu'ayant des objectifs propres, devait fonctionner de concert.

Tant que la discipline infirmière ne sera pas reconnue en tant que discipline scientifique, nous serons vus comme des cols bleus et non comme des cols blancs... a souligné Judith Shamian

Pouvoir transposer une compétence acquise

Judith Shamian a fait remarquer qu'avant de construire des protocoles de coopération, le champ de compétences doit d'abord être vérifié car bien souvent, les actes dits « délégués » en font déjà partie et ne sont donc pas des activités dérogatoires. Elle souligne également que lorsque l'on autorise des activités en dehors des compétences infirmières, elles devraient être validées par la suite. Pour un médecin cardiologue exerçant à Paris, est-il envisageable qu'il ne puisse plus exercer de la même façon s'il déménage dans une autre région ? Non... Ce doit être pareil pour les infirmiers : une compétence acquise doit pouvoir être transposée. Il faut sortir de la situation locale, peu constructive pour la profession, considère-t-elle. Pourquoi ne pas mettre en place une licence d'infirmier généraliste et une licence complémentaire ?, propose la présidente du CII.

Selon la présidente du CII, la France se situe, avec la Belgique, au sommet des pays francophones. A ce titre, elle se doit d'aider les autres pays dans leur évolution, en particulier les pays d'Afrique francophone

Reconnaître la discipline infirmière

Judith Shamian s'est également exprimée sur la formation infirmière. Elle a remarqué que sur les sujets de la réingénierie du diplôme et de la formation des formateurs, la France et le Canada ont eu les mêmes réactions « normales ». Selon la présidente du Conseil International des Infirmières, les formateurs ne sont souvent pas intéressés par l'universitarisation, par peur, peut-être de ne pas pouvoir suivre le processus au niveau individuel. Dans ce cas, la meilleure conduite à tenir est de les accompagner et les encourager à se former eux-mêmes...

Judith Shamian, qui ne comprend pas le manque de reconnaissance de la discipline infirmière en France, a également précisé que tant que la discipline ne sera pas reconnue en tant que discipline scientifique, nous serons vus comme des cols bleus et non comme des cols blancs. Pour évoluer, il est nécessaire, selon la présidente du CII, de définir un cadre de compétence clair et de le valider, tant pour les infirmiers spécialisés (IADE, IBODE, IPDE) que pour les Infirmiers de Pratique Avancée (IPA). Rappelons à ce sujet la création récente, en France et sous l'égide de l'ANFIIDE, du REPASI (Réseau des pratiques avancées en soins infirmiers).

Pour tous les acteurs présents, cette rencontre était riche en tout point. Judith Shamian a encouragé les infirmiers français à déposer des abstracts pour intervenir lors des séances plénières de la prochaine conférence du CII à Séoul, en juin 2015 ... L'occasion d'exposer notre expérience et notre vision des soins infirmiers... et de la partager !

Judith Shamian, présidente du Conseil International des Infirmières

Judith Shamian présidente du CIIEn mai 2013, Judith Shamian a été élue présidente du Conseil International des Infirmières (CII), une fédération regroupant plus de 130 associations nationales d’infirmières représentant ainsi plus de 13 millions d'infirmières du monde entier.

« Au Canada, le Dr Shamian a occupé de nombreux postes à responsabilités au niveau national : présidente de l'Association des infirmières et infirmiers du Canada, directrice générale de Santé Canada, présidente de l'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario et vice-présidente du département des soins infirmiers de l'Hôpital Mount Sinai. Elle a piloté un certain nombre  d'initiatives visant à améliorer la qualité et l'accès aux services de santé, en mettant un fort accent sur les déterminants sociaux de la santé. Elle est lauréate à ce titre de plusieurs prix et distinctions. Son travail académique autour des modèles de politiques publiques et des transferts de connaissances s'est également avéré très efficace pour traduire en action politique concrète les recherches et le plaidoyer en soins infirmiers. Les infirmières détiennent la clé de la plupart des solutions potentielles. Quant au CII, il doit jouer un rôle important dans l'extension du domaine de la profession infirmière, afin qu’elle participe à l’application des programmes d'action au niveau national et international, déclare Mme Shamian. J’estime que les populations ont le droit fondamental d’accéder aux conditions et ressources nécessaires à leur bien-être et à leur santé. Dans ce contexte, notre objectif ultime, en tant  qu’infirmières, devrait consister à maximiser nos contributions en vue de la réalisation du meilleur état de santé possible, pour le bien du plus grand nombre possible de personnes. »

Pour en savoir plus : http://www.icn.ch

Creative Commons License

IPA en coordination de parcours complexe de soins IDEL et IDEC au RSP ILHUP, Comité de pilotage du REPASI
fambrosino13@gmail.com

Retour au sommaire du dossier Exercice international

Publicité

Commentaires (21)

loulic

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#21

tant va la cruche ...

… on peut effectivement citer à l'infini des proverbes sans grand rapport avec le sujet, si ça ne fait pas avancer quoique ce soit, ça permet au moins de ne pas répondre à des questions simples.

quichou13

Avatar de l'utilisateur

70 commentaires

#20

Con-Fucius

Bizarrement ces commentaires acerbes me font penser à Confucius:
"Quand le sage montre la lune, l'idiot, lui, regarde le doigt."

moutarde

Avatar de l'utilisateur

493 commentaires

#19

Une pseudo élite autoproclamée

auto centrée, frustrée et désespérée avec son lot d’admirateurs troublés qui déteste tout et tout le monde sauf elle-même et qui intéresse si peu…

Ni production, ni contribution et encore moins d'esprit d’ouverture.

C’est donc la meilleure chose la fée, d’arrêter là cette logorrhée qui flirte avec le ridicule et la vulgarité à bien des endroits qui ne sert personne et même pas celles et ceux que tu vénères.

loulic

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#18

Sans surprise, en effet ...

Sans surprise tu ne réponds pas à des questions pourtant essentielles :

_ quelle est la production de ces différents groupes dits "infirmiers" et dont les membres se cooptent les uns les autres et trustent tous les sièges de ces congrès consanguins ?

_ quelle est l'audience de ces groupes ?

_ comment ces différents groupes peuvent prétendre à nous représenter et parler en nos noms, alors même que leurs travaux (?) n'intéressent ni la profession, ni les professionnels de la santé et du soin ? Profession dont beaucoup ont quitté les rangs depuis longtemps.



Au delà de ça, ta vie et ton parcours, aussi exceptionnels soient ils, n'interessent personne concernant le sujet donné. D'autant que tu n'aborde pas le sujet en question, tu te contente d'insulter tes interlocuteurs sans jamais déployer un seul argument en faveur de ceux que tu prétends défendre.

Ouverture ...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#17

Sans surprise...

... le même discours qui tourne en boucle, renouvellement zéro et entêtement habituel, du grrrrrand loulic !

Mais dis-moi la vérité. Tu as pensé à toi en écrivant ton message, non ?
Parce que tout ce que tu y exposes m'a plutôt l'air de s'appliquer en premier lieu à ta manière de fonctionner plus qu'à la mienne (sur laquelle tu continues d'ailleurs à te berlurer force 12 en toute méconnaissance du sujet, la routine...).

Alors voilà, bien que ça me déchire le coeur, j'ai pris la douloureuse décision de cesser de te donner de l'importance en te répondant, ainsi qu'au colonel Moutarde.
Non non, inutile de me supplier, ma décision est irrévocable !

De plus j'ai vraiment autre chose à faire de ma vie que de tenter de l'apprendre à tous les obtus de la tête que compte la profession (car n'en déplaise à ton sens aigu du déni systématique à l'égard de personnes ou événements que tu ne connais pas et appréhendes de loin, j'ai à la fois l'âge, le passif, les compétences et le parcours socio-professionnel nécessaires pour pouvoir prétendre à une certaine idée de l'éducation aux plus démunis d'impulsions cérébrales, et ainsi leur permettre à eux aussi de pouvoir voir la lumière, t'en fais pas pour mes chevilles elles vont très bien merci...).

Je vais donc vous quitter sur cette pensée culte extraite d'une oeuvre qui ne l'est pas moins, et que je soumets à votre méditation et votre sens aigu de la compréhension instinctive:

"Tu vois amigo, dans la vie il y a deux sortes de gens. Ceux qui ont le révolver chargé, et ceux qui creusent. Toi tu creuses."

(Sergius Leonus, philosophe romain)

loulic

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#16

Merci.

Au delà de tes attaques ad hominem et de l'expression de toute ton ouverture, quelles sont donc les avancées claires et concrètes en faveur de la profession et des professionnels par les groupes sus cités ?

Quelles sont les productions et quelle est l'audience de tous ces groupuscules dont les membres se retrouvent d'une assemblée à l'autre sous différentes casquettes ?


Puisque manifestement tu execre le corps médical qui fait rien qu'a te faire du mal (c'est toujours plus simple de trouver un bouc émissaire à ses propres avanies que se pencher sur ses propres défauts), remplace professeur de médecine par professeur de n'importe quelle discipline (droit, lettre, mathématique, ...), le résultat est le même.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#15

Centrisme et contribution

A part t'obnucentrer en permanence sur toi-même et poster en boucle tes certitudes éculées depuis des lustres, tu fais quoi de constructif pour la profession ?

Crois-tu sincèrement que c'est par ce genre de comportement fat et puéril que ta "contribution au soin et à la santé" est plus louable que celle dont tu dénigres les acteurs avec autant de virulence que de méconnaissance ?

Et si les chirurgiens aux mains pleines de sang te font à ce point transpirer l'entre-cuisses, va donc un peu passer quelques temps dans un vrai service de chir et tu m'en diras des nouvelles.
Ceux-là même devant lesquels tu te pâmes si volontiers sont les pires passéistes et immobilistes du monde. Tout ce qu'ils désirent, c'est juste que rien ne bouge et conserver leurs précieuses prérogatives de petits coquelets de cour de ferme, soigneusement entretenues d'ailleurs par le genre de galinette à oeil crevé à laquelle je réponds en ce moment (oui, parce qu'il doit t'en manquer au moins un pour ne voir que la moitié des choses...), et qui ne veulent surtout pas remettre en cause leur tout-puissant "savoir" et la suprématie aussi obsolète qu'imméritée qu'ils exercent sur le reste de la profession, soignants en tête.

Pour t'en convaincre, va donc parler à un de ces grands professeurs de la manière de cicatriser une plaie autrement qu'en laissant se former la bonne vieille croûte des familles. Tu seras surpris(e) du résultat (du moins je l'espère...).

Quant aux groupes dont tu dénigres si ouvertement l'engagement, essaie donc déjà de regarder par-dessus la semelle de leurs godasses et tu pourras au moins te dire que t'en as fait l'effort.

Pour le reste de ta prose, ça reste bien entendu du lieu commun et de la courte vue, et je ne répondrai même pas sur l'affirmation gratuite et toujours infondée selon laquelle ceux qui réfléchissent à plusieurs sont déconnectés de la réalité de tout travail effectif, là-dessus aussi tu serais surpris(e)...

Un bon ophtalmo, ma poule...

loulic

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#14

ouverture ...

Formidable ouverture en fait que celle de ce petit groupe de personnes qui ne produit rien mais qu'on retrouve dans tout un tas de comités théodules.

On retrouve les mêmes un peu partout, mais surtout le plus loin possible d'un malade ou d'un service.

Là ou le professeur de chirurgie travaille concrètement les mains dans le sang, nos apprentis chercheurs infirmiers n'ont pas vu ue seringue depuis belle lurette. Où comment théoriser sur une matière qu'on ne connait plus depuis des lustres et qu'on ne veut surtout pas rencontrer le lendemain.

Personne ne s'y tropme d'ailleurs, ces groupes sont centrés sur eux mêmes, glosent entre eux, et n'intéressent ni les patients ni les soignants de quelque profession que ce soit.

Leur contribution au soin ou à la santé est nulle.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#13

@Sancho

Respect, couzin !
La vérité tcha tout kompris au truk, tcha vu !!!

(ça c'est pour que tout le monde puisse comprendre ma réponse...).

Pour le reste, entièrement d'accord, Bro !!!

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#12

Bonjour, C'est clair ...

... lire des commentaires aussi a-constructif sujet après sujet, cela ne donne pas envi.
La critique a-constructive qui nous laisse dans l'immobilisme le plus complet et ce depuis de trop longue année.

Râler on sait faire, mais se bouger ou faire confiance à des confrères ou consoeurs pour se bouger pour nous, quand nous n'avons pas le temps ou l'envi de le faire au niveau individuel on a beaucoup plus de mal.

La critique est facile mais l'art est difficile. (La critique seule n' a jamais rien fait avancé)

Discutons et surtout soyons constructif ensemble au niveau national et international.

Cordialement

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#11

Ben non, t'as rien compris.

Et oui, tu n'as encore rien compris à ce que tu as lu, ou alors tu as lu en travers, ou que le début, ou que la fin, ou alors tu as dû avoir une redescente d'acide assez difficile, ou une rupture récente dont les répercussions sur le reste du monde seraient biaisées par ta malheureuse expérience, ou tout simplement que faire le troll t'amuse énormément, bref quoi qu'il en soit, tu ne rends aucun service à ton image en continuant à répondre à côté et en critiquant tout et n'importe quoi à tort et à travers.

Peut-être ton ego surdimensionné de ÜberTroll y trouve-t-il tout son compte, mais niveau pertinence de réaction et compréhension basique de texte, tu te fais certes remarquer (si c'est le but de tes nombreuses interventions pour rien ou pas grand'chose), mais tu te rends surtout risible d'inconsistance de pensée et pitoyable de modestie intellectuelle auprès de gens qui, je le souhaite, seront suffisamment neuronés pour savoir faire la part des choses et ne pas t'accorder autant de considération que je n'en gaspille à te répondre.

J'espère au moins que tu apprécies à sa juste mesure ma modeste contribution à une éventuelle timide tentative d'amélioration de ta manière de faire fonctionner au mieux tes connexions synaptiques défaillantes et sauver ce qui peut encore l'être de la jachère définitive.

moutarde

Avatar de l'utilisateur

493 commentaires

#10

ça donne pas envie...

Ah ouais, j'ai compris ! On "mandate" (rien du tout en fait car ils s'auto mandatent sans aucune concertation) ou on "torche des fions".

Bien sûr dans l'intervalle,il ne se passe rien... Pathétiques !

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#9

Bonjour,

Heureusement que ces organismes cherche à faire avancer les choses.

Les infirmiers français ne peuvent pas en plus de leur travail dans des conditions difficiles réfléchir sereinement et a grande échelle sur le devenir et la défense de notre profession.

C'est pour cela que nous devons mandater des infirmiers pour faire ce travail de fond dans des organismes comme les syndicats professionnels, les associations professionnelles, l'ONI, le CII, ... .

Si nous voulons être constructif, agissons au sein de ces structures, soit en les soutenant, soit mieux,en y exerçant à temps partiel ou à temps plein pour faire avancer notre métier.

Cordialement

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#8

Une ouverture

C'est ce que ces cénacles tentent d'apporter à la profession.

Une ouverture sur d'autres horizons que de continuer à torcher des fions en râlant qu'on mérite mieux et en rendant la terre entière responsable de son infortune.

L'immobilisme et le déni systématique n'ont jamais fait avancer quoi que ce soit dans quelque domaine que ce soit.

Alors les aigri(e)s de l'envie de rien et les revanchard(e)s de la médiocrité, faites donc un petit effort d'ouverture d'esprit (je sais je sais, c'est pas donné à tout le monde), sortez donc un peu la tête de vos habituelles récriminations stériles et de votre marasme si confortable soit-il, et vous verrez qu'il se passe des choses en-dehors de votre petit univers, mais qu'il faut juste du temps et que rien ne se met en place tout seul, surtout dans la profession où le moindre petit pas en avant doit forcément s'accompagner de tout un tas de précautions toutes plus consensuelles les unes que les autres, et que si certains acceptent d'aller au casse-pipe en toute connaissance de cause en se mangeant au passage plus de revers, d'humiliations et de rebuffades que de reconnaissance pour l'engagement indispensable à ce genre de démarche et du travail fourni (si si) , je pense qu'un minimum de reconnaissance serait de bon aloi, d'autant que ce n'est pas en restant assis benoîtement dans ses certitudes et en critiquant de loin ce qui mériterait qu'on s'y intéresse de près que les choses bougeront toutes seules, et si d'autres y travaillent, au moins soutenez-les un peu au lieu de les enfoncer, et surtout renseignez-vous, déplacez-vous, allez un peu à la pêche aux nouvelles, soyez au moins au fait de ce que vous critiquez au lieu de hurler avec les loups pour tout et n'importe quoi, c'est ça être constructif.


(Hors sujet : Essayez donc de lire la phrase précédente sans respirer et en en comprenant le sens général avant de manquer d'oxygène et un premier pas aura été fait dans la bonne direction, fermons la parenthèse).

loulic

Avatar de l'utilisateur

252 commentaires

#7

Quelle contribution ?

Au fait quelle contribution nous apporte ces cénacles ?

Concrètement ils ont apportés quoi à la profession ?

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#6

Toutes mes excuses

C'est vrai je me trompais, tu connais effectivement "de près ou de loin l'une ou plusieurs des personnes dont il est question dans cet article", et dans ce cas c'est quand même de trèèèèès loin... ou vu par un seul petit bout de lorgnette typique de la manière étriquée de penser de certains syndicats (pour ne pas dire tous) depuis que le monde est monde.

En fait, depuis que je te vois écrire tous tes commentaires, je me dis que finalement j'aurais dû te répondre plus tôt.
Car "de l'échange vient la connaissance de l'autre, surtout lorsqu'il nous en apprend sur lui plus que ce qu'il ne voudrait" (google that, quelqu'un un jour a bien dû commettre de ce genre de pensée profonde...).

Toutes mes excuse donc, c'est vrai que tu m'as l'air d'en connaître un sacré rayon sur les gens en général et la profession en particulier... au moins de loin mais bon... on va pas en faire un fromage, passqu'avec la moutarde, le fromage...

moutarde

Avatar de l'utilisateur

493 commentaires

#5

Les inconnus

Et oui je connais au moins 2 des personnes.

Une qui a jeté l'éponge concernant les soins exercés en libéral et l'autre qui se dit libérale mais doit être à temps très très partiel compte tenu de ses nombreuses casquettes.

Une de ses occupations d'ailleurs, c'est de faire la chasse à (la sorcière) pardon à l'IDEL mais ferait bien de balayer devant la porte de son cabinet, vitrine, enseigne, dénomination...etc.

Si on faisait un sondage (non dévoyé) de qui connaît ces gens et des actions qu'ils ont entreprises pour la profession, on devrait approcher les zéros pour les 2 réponses...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#4

Ca veut rien dire

"Ce qui n'est pas le cas de cette pseudo élite auto proclamée centro-centrée et terriblement frustrée."

Tu parles encore sans savoir.

Connais-tu au moins de près ou de loin l'une ou plusieurs des personnes dont il est question dans cet article, leur chemin de vie, leur parcours social et professionnel, bref ce genre de connaissances basiques sur lesquelles il est pertinent de se faire une opinion au cas par cas étayée par une réelle connaissance du sujet, et certainement pas une dévaluation ignorante et généraliste de ce que tu ignores donc dénigres ?

Tiens mais attends donc... ça me fait penser... ne serait-ce pas la presque définition de la frustration dont tu te fais le Rambo Quichotte ?... Ah ça pour une vraie question c'est une vraie question...

... devait pas être bien fermé le pot...

moutarde

Avatar de l'utilisateur

493 commentaires

#3

T.... répondit l'écho !

Mon petit monde ? Peut-être mais au contact des malades, de leur famille, de leur problématique. Au contact de mes collègues tant en structure qu'en ville.
Ce qui n'est pas le cas de cette pseudo élite auto proclamée centro-centrée et terriblement frustrée.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#2

En fait aussi...

... @ moutarde, quand on en sait aussi peu sur ce qui se passe ailleurs que dans son petit monde, on devrait juste un peu se mêler d'autre chose que de poster pour ne rien dire, et surtout rester dans son bocal le mieux fermé possible (on sait jamais, autant ça s'attrape...).

moutarde

Avatar de l'utilisateur

493 commentaires

#1

En fait,

cela intéresse qui ?

A part toujours les mêmes dans les salons où les toujours mêmes intervenants, souvent coupés du terrain, causent et se gavent de ptits fours et autres petites bulles... :)

MNH