AU COEUR DU METIER

Rôle infirmier dans l’accompagnement d’une perte auditive

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

De plus en plus de personnes souffrent aujourd’hui d’une perte auditive. Les infirmiers, qu’ils soient en exercice salarié ou libéral, ont un rôle à jouer en la matière qui relève justement de leur rôle propre. Explications.

Cet article est une publi-information de Ideal-Audition

Rôle infirmier dans l’accompagnement d’une perte auditive

Chaque infirmier a donc sous sa responsabilité la surveillance des personnes souffrantes de pertes de l’audition, notamment lorsqu’il s’agit de personnes âgées, sujettes à d’autres maladies plus graves

La déficience auditive est un mal qui survient lorsque les personnes atteintes n’entendent plus ou peu les bruits qui les entourent. Ces troubles de l’audition sont de plus en plus répandus, notamment chez les adultes de plus de 60 ans. Ce dysfonctionnement de l’appareil auditif, dû la plupart du temps au vieillissement, créé des situations de handicap chez ces personnes, tant sur le plan physique que psychologique et parfois même social.

D’après une enquête menée par Ipsos à l’occasion de la journée de l’audition, nous estimons à 40 % le taux de personnes âgées de plus de 60 ans souffrant de pertes auditives. Ce chiffre passe à 50 % concernant la catégorie des plus de 80 ans.

L’Organisation mondiale de la santé estime que d’ici 2050, plus de 900 millions de personnes – soit une personne sur 10 souffriront de déficience auditive incapacitante.

Toujours selon cette étude, il est dit que dans 90 % des cas, la perte auditive entraîne un repli sur soi, un sentiment d’inconfort et d’insécurité ainsi qu’un changement d’humeur lié au fait que les activités du quotidien deviennent des plus complexes, à partir du moment où une perte de l’audition est observée.

Alors que de nombreuses personnes souffrent de perte de l’audition, rares sont celles qui traitent ce problème. En termes de chiffre, l’Inpes estime qu’à 20 ans, un jeune sur deux aurait déjà été confronté à un trouble de l’audition, mais 10 % seulement ont consulté un ORL.

Un accompagnement du patient de la part de l’infirmier

Les soins qui incombent à l’infirmier en matière de perte auditive sont définis aux articles 4311-3 à 4311-5 du code de santé publique (CSP). Il est indiqué qu’un infirmier, qu’il exerce en hôpital ou à domicile, a pour obligation d’évaluer les besoins de son patient, de poser un diagnostic, de prendre l’initiative des soins à lui prodiguer, et d’en organiser la mise en œuvre. Chaque infirmier a donc sous sa responsabilité la surveillance des personnes souffrantes de pertes de l’audition, notamment lorsqu’il s’agit de personnes âgées, sujettes à d’autres maladies plus graves. Dès lors, toute négligence en la matière peut constituer une faute et engager la responsabilité pénale de l’infirmier.

Chaque infirmier a sous sa responsabilité la surveillance des personnes souffrantes de pertes de l’audition, notamment lorsqu’il s’agit de personnes âgées, sujettes à d’autres maladies plus graves.

SSIAD, EHPAD, IDEL…

La perte de l’audition n’est pas une maladie prise en charge par les hôpitaux ou les centres médicaux, néanmoins, dès qu’une personne de plus de 60 ans observe des troubles de l’audition qui entrave sa santé et sa qualité de vie, il est préférable pour elle d’envisager un encadrement plus poussé.

Pour les personnes âgées qui sont encore autonomes, mais qui ont simplement besoin d’aide pour les gestes du quotidien, il est possible de faire appel à un SSIAD, autrement dit un service de soins infirmiers à domicile ou d’une aide à domicile (APA). Ce dispositif a pour fonction d’épauler et de rassurer les personnes en perte auditive. Ainsi, elles sont accompagnées et bénéficient d’un traitement adapté, qu’il s’agisse de soin infirmier ou de prestation d’aide à domicile : aide à la prise de médicaments, toilette, préparation des repas, aide aux déplacements (courses, rendez-vous médicaux…).

En maison de retraite, l’accompagnement infirmier limite l’isolement et le sentiment de solitude des personnes atteintes de pertes sévères de l’audition.

De la même façon, l’infirmier libéral, à l’occasion de soins dispensés à domicile à des personnes âgées dépendantes pourra, lui aussi, dans une approche globale, surveiller l’audition de ses patients et notamment veiller au bon usage des prothèses auditives (entretien, rangement, hygiène…).

La perte auditive est donc une réelle maladie, aux conséquences sérieuses, qui nécessite un traitement et un accompagnement bien spécifique. Les troubles de l’audition ne doivent pas être minorés. Les infirmiers, de par leur rôle propre et leur expertise clinique, se doivent d’y être attentifs. Interlocuteurs en première ligne des patients, ils sont ensuite relais pour référer au médecin hospitalier ou traitant la problématique auditive décelée et ainsi la prendre en charge.

Ideal-audition.fr

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)