AU COEUR DU METIER

Rôle de l'infirmière dans le suivi de la polyarthrite...

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Le suivi des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde par une infirmière est non inférieur au suivi par un rhumatologue, avec même certains bénéfices cliniques, selon une étude randomisée publiée dans les Annals of the Rheumatic Diseases.

Patient alité soins infirmière

Une étude qui soutient la non-infériorité du suivi par une infirmière dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde

Cette étude avait également un volet médico-économique dont les résultats suggèrent que le suivi par une infirmière est plus coût-efficace lorsque l'on considère l'activité de la maladie et la satisfaction générale, mais sont plus mitigés au regard du critère plus général des années de vie gagnées ajustées à la qualité (QALY).

Au total, 181 patients ont été randomisés entre les deux types de suivi. Le suivi par une infirmière a été associé à une plus grande amélioration de l'activité de la maladie, mesurée par le DAS28, aussi bien en intention de traiter qu'en ne prenant en compte que les patients qui ont effectivement respecté le protocole. Le critère de non-infériorité était atteint.

Les coûts de consultation étaient significativement moins élevés avec le suivi par une infirmière. Les dépenses de santé tendaient également à l'être, avec une différence de 710 livres (851 euros) par patient en analyse per-protocole.

Le suivi par une infirmière était plus coût-efficace au regard des coûts liés à la baisse du score d'activité de la maladie DAS28, avec une probabilité de plus de 80% à tous les seuils de volonté de payer pour chaque augmentation de 0,6 point du DAS28. Mais en termes de gain de QALY, l'analyse per-protocole était favorable au suivi par une infirmière, mais pas l'analyse en intention de traiter. A un seuil de 20.000 à 30.000 livres par QALY, le suivi par une infirmière avait une probabilité de 62% à 74% d'être coût-efficace per-protocole, mais seulement de 25% à 27% en intention de traiter. De ce fait, nous ne pouvons faire de conclusion robuste en termes de stratégie de santé sur le rapport coût/efficacité du suivi par une infirmière, écrivent les auteurs.

Néanmoins cette étude apporte des éléments robustes pour soutenir la non-infériorité du suivi par une infirmière dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde. Nos résultats ont même montré qu'il peut y avoir quelque bénéfice clinique avec le suivi par une infirmière, en particulier au regard des critères d'activité de la maladie et de la satisfaction générale du suivi, concluent les auteurs.

The outcome and cost-effectiveness of nurse-led care in people with rheumatoid arthritis : a multicentre randomised controlled trial - Annals of the Rheumatic Diseases, publication en ligne avancée 27 August 2013

Une étude qui soutient la non-infériorité du suivi par une infirmière dans la prise en charge de la polyarthrite rhumatoïde

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)