AU COEUR DU METIER

Suivi téléphonique infirmier pour chimiothérapie orale à domicile

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

À l'image de l'Oncopôle de Toulouse (Haute-Garonne) et son suivi téléphonique infirmier pendant la chimiothérapie, l'Institut Paoli-Calmettes de Marseille (Bouches-du-Rhône) expérimente son propre programme. Intervenant le 16 mai au salon infirmier dans le cadre d'une table ronde consacrée au parcours des patients âgés, Éric Cini, infirmier expert, a dressé un bilan de ce dispositif de coordination. Merci à Hospimedia de partager cet article avec la communauté d'Infirmiers.com. 

280 séniors ont rejoint le programme infirmier de suivi téléphonique hebdomadaire de l'Institut Paoli-Calmettes.

Depuis près d'un an et demi, Éric Cini est en charge à l'institut du suivi des patients de plus de soixante-dix ans à domicile sous thérapie orale présentant un cancer métastatique ou localement avancé. 280 séniors ont d'ores et déjà participé au programme, acceptant de faire toutes les semaines un point de 8 minutes en moyenne par téléphone avec l'infirmier. 75% de ces appels sont passés par les patients eux-mêmes ; 20% par leurs proches aidants et 5% par d'autres. Le principal objectif du programme est de vérifier que la prise en charge prescrite est appliquée. Ce programme semble donner de bons résultats, seulement 3% des patients inclus ont volontairement demandé à ne plus être suivis. Toutefois, Éric Cini rappelle que "le constat d'observance se fait uniquement sur déclaration, ce qui ne remplace pas le suivi hospitalier oncologique et hématologique". L'infirmier intervient en complément de la procédure habituelle.

Outre un suivi personnalisé et la mise à disposition d'une plateforme téléphonique également joignable sans rendez-vous en cas de doute sur un traitement, le programme permet de créer un lien entre la prise en charge hospitalière et la médecine de ville. Éric Cini a ainsi témoigné que de plus en plus de médecins généralistes proposent à leurs patients de participer au programme marseillais. Avant d'être inclus, il faut passer plusieurs étapes. Tout d'abord, une première rencontre est organisée avec l'infirmier expert. Une fiche présentant les effets secondaires des médicaments est alors remise au patient qui passe aussi un test d'autonomie (soit le questionnaire de dépistage gériatrique G8). L'infirmier recueille ensuite les coordonnées de l'entourage familial et professionnel du sénior y compris le nom de son laboratoire, de son médecin traitant et de son pharmacien.

Pendant ce suivi téléphonique, sur 244 patients, un peu moins de 40% ont été hospitalisés pour différentes raisons (progression de la maladie, infections, toxicité du traitement...), 8 hospitalisations ont été déclenchées dans le cadre de l'appel hebdomadaire de l'infirmier. Autre donnée chiffrée : la durée moyenne de suivi a été évaluée à 159 jours.

HospimediaLydie WATREMETZ

Cet article a été publié sur HOSPIMEDIA le 16 mai 2017. Tous droits réservés 2001/2017 - HOSPIMEDIA

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)