IDEL

La télémédecine est un mode d’exercice qui nécessite une interdisciplinarité

    Suivant

Les enjeux pratiques de la télémédecine ont été discutés lors d’un congrès qui s’est tenu les 3 et 4 décembre 2019. Parmi les nombreuses sessions au programme, une table ronde était organisée avec des orateurs représentant les différentes professions concernées dont Daniel Guillerm, président de la Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) et Sophie Peres, cadre de santé en HAD. Selon eux, les infirmiers seront les acteurs incontournables pour la réussite du déploiement de la téléconsultation.

La téléconsultation est un moyen et non un objectif à atteindre. Elle présente deux avantages : elle permettra au patient de consulter depuis son domicile et chacun pourra connaître davantage le métier de l’autre.

L’important est la collaboration interprofessionnelle avec les acteurs de terrain, notamment les infirmiers, souligne le Dr Suzy Josroland, médecin généraliste. Celle-ci s’est exprimée lors du congrès européen sur les enjeux de la télémédecine où, lors d’une table ronde, différents professionnels de santé étaient conviés pour réfléchir aux évolutions des parcours de soins avec le déploiement de la téléconsultation.

Le Dr François Le Bas, également généraliste, partage ce point de vue. Pour lui, le travail de coordination est primordial : il ne s’agit nullement d’avoir une perte de chance dans la filière de soins, c’est un nouveau mode d’exercice. Daniel Guillerm, actuel président de la FNI, pense également que la télémédecine est une opportunité pour décloisonner les professions de santé. Cela amène un concept d’hybridation des métiers. On a l’habitude de nos espaces de compétences réservés, mais la situation évolue. De mon point de vue, cela va de moins en moins coller à la réalité. Ces changements nous permettront de mieux interagir entre nous et de mieux connaître la profession de ceux avec qui l'on travaille.

La télémédecine est un outil adapté au décloisonnement des pratiques professionnelles Infirmier, la pierre angulaire de la téléconsultationDe même, pour Sophie Sergent, responsable d’une CPTS, il ne faut pas avoir peur des téléconsultations : c’est un support différent pour pratiquer les soins et rester au service du patient. En effet, pour le Dr Jean-François Thébault, cardiologue et membre du Haut Conseil du DPC, le côté humain ne disparaitra pas avec la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)