CADRE

Tuteur de stage, vous avez dit tuteur de stage !

Cet article fait partie du dossier :

Compétences infirmières

Adjointe à la direction de l'IFPP et adjoint de pôle en hôpital, ils nous racontent leur expérience concrète de partenariat qui vise à envisager de façon constructive et optimale le rôle du tuteur de stage auprès des étudiants en soins infirmiers qu’ils accompagnent.

tutorat etudiants en soins infirmiersLes programmes de formation au diplôme d’état infirmier se suivent (1972, 1979, 1992, 2009) et… ne se ressemblent pas… Même s’ils ont toujours contribué à former des professionnels reconnus dans le contexte dans lequel ils s’inscrivent, ils présentent néanmoins des particularités spécifiques à chacun d’entre eux.

Le référentiel de 2009 repose notamment principalement sur la construction des compétences par les étudiants. Tout en rendant l’apprenant « autonome,…responsable…et réflexif... »1.  Ces éléments sont essentiels dans l’approche pédagogique et constituent la colonne vertébrale de cette réforme.

La notion de compétence, très en vogue actuellement, intègre différents milieux et devient une référence incontournable pour la professionnalisation. Il s’avère que : « La compétence est inséparable de l’action et ne peut être appréhendée qu’au travers de la pratique professionnelle »2. Cela précise bien qu’elle ne prend vie qu’au travers de la pratique quotidienne  infirmière, autrement dit : le milieu de soins.

Cette réforme des études implique donc :

  • de nouveaux rapports entre les personnels des structures de soins et l’IFSI. Elle nécessite un engagement plus important des acteurs des terrains qui doivent s'inscrire dans cette nouvelle démarche pédagogique notamment au niveau de l’utilisation du portfolio et de l'évaluation des compétences et actes, activités, techniques de soins pour l'attribution des ECTS ;
  • de nouvelles organisations pour encadrer les étudiants: la définition d'un trium vira, avec un positionnement stratégique des tuteurs de stages, au centre des collaborations entre le formateur référent de l'IFSI, le maître de stage, et les professionnels de proximité. Ces tuteurs, investis d'une mission de formation et d'évaluation renforcée, acquièrent et mobilisent de nouvelles compétences. Ils doivent consacrer du temps au suivi des étudiants dans un contexte de travail souvent tendu et parfois difficile ;
  • une modification de la posture des encadrants : passer d’un mode de transmission de savoir basé sur la démonstration et la reproduction à une pédagogie qui repose sur la sollicitation, la réflexion (analyse de pratique), l'action et le transfert ; "construire avec l'étudiant". L’accent est donc mis sur le stage. Non seulement, il est un lieu d’apprentissage privilégié mais il nécessite des exigences de qualité. C’est une véritable aubaine pour les équipes pédagogiques. Nous l’avons vécu comme tel à Dreux, car une opportunité de plus nous est donnée d’enrichir le partenariat avec notre établissement support : le centre hospitalier Victor Jousselin. C’est ainsi que débute notre projet commun de tutorat. En complémentarité avec  Christophe Pineau, adjoint de pôle, nous avons rédigé et piloté un projet (cf. encadré « Plan d’action ») dont les objectifs sont les suivants :
  • permettre aux professionnels de santé (tuteur) de développer un accompagnement des étudiants en soins infirmiers, personnalisé et orienté vers la professionnalisation ;
  • mettre en place des stages qualifiants et de qualité.

Ce projet se décline selon trois axes : la rédaction des livrets d’accueil, la formation des tuteurs et l’harmonisation des modalités d’encadrement.

tutorat plan d'action

Rédaction des livrets d’accueil

Un groupe de travail constitué de cadres de proximité et de formateurs a permis la rédaction des livrets d’accueil, outil indispensable à un encadrement de qualité. Les participants étaient tous volontaires spontanés et représentaient l’ensemble des secteurs de l’établissement. Pour l’élaboration de ce document, à partir d’une base documentaire, un accord a été trouvé quant à la construction d’une trame commune. Celle ci déployait :

  • la charte d’encadrement (rédigée par un groupe de travail régional) ;
  • la présentation du pôle et du service ;
  • le parcours  possible des étudiants au sein de l’unité, le cas échéant ;
  • l’illustration de chaque compétence par des situations de soins et activités inhérentes à la spécificité de la structure (cf. encadré « Service de neurologie »).

Après une répartition sectorielle de pôles et de services, chaque membre du groupe a accompagné les cadres et leurs équipes pour la rédaction de ces livrets.

Ceux-ci, dés leur validation par le groupe de travail, sont disponibles sur un logiciel documentaire institutionnel et auprès du centre de documentation de l’IFSI. Ils sont accessibles par l’ensemble des professionnels et des étudiants. Ces derniers les consultent avant de choisir et négocier leur lieu de stage sur l’IFSI. Cela leur apporte des renseignements précieux pour éclairer leur représentation et favoriser leur choix quant à leurs objectifs d’apprentissage. David, étudiant de 3ème année, le souligne : « cet outil est essentiel, pour préparer notre stage dans de bonnes conditions ». Prochainement, ces livrets seront sur un site internet, afin d’être disponible pour tout apprenant souhaitant effectuer un stage sur l’établissement. Enfin des modalités d’actualisation annuelles  sont déterminées.

Formation des tuteurs IFSI

Formation des tuteurs

Des informations relatives à ce nouveau référentiel de formation ont été dispensées à plusieurs reprises au centre hospitalier, auprès de tous les professionnels de services. Via les cadres de proximité, les personnes volontaires pour adopter cette fonction de tuteur ont été recensées.

La fiche pédagogique (cf. encadré « Vous avez dit tuteur de stage » ) précise les objectifs, les compétences, le contenu et les moyens mis en place au service de cette formation de 2 jours en discontinu.

Les apprentis tuteurs ont montré un réel intérêt à la formation dispensée avec une participation active. Le contexte de travail, souvent difficile, à cause de l’absentéisme professionnel et du turnover des patients, n’a pas altéré leur motivation à cette fonction ni leur dimension constructive quant à l’élaboration et l’appropriation de nouveaux outils d’apprentissage. Les tuteurs sont informés des mises en stage des étudiants au même titre que les maîtres de stage.

Formation des tuteurs IFSI

Yoan, tuteur en psychiatrie, le souligne : « Etre tuteur, c’est centraliser les informations et favoriser un encadrement de qualité au niveau de l’équipe de soins. Je suis le référent et garant du suivi pédagogique de l’étudiant pour l’équipe pluridisciplinaire. Ma fonction me confère un statut de médiateur entre les collègues et l’IFSI. C’est une fonction privilégiée qui me permet d’organiser, avec l’étudiant, son parcours au sein du pôle. »
Un an après la formation, les formés sont invités à une journée de bilan et de retour d’expérience. Nous en profitons pour dispenser des actualités pédagogiques, particulièrement riches ces dernières années !

Chaque année, une réunion  est instaurée afin de faire le point sur le tutorat mis en place, et échanger à propos de problématiques particulières.
Dans un premier temps, cette formation est animée par les pilotes du groupe pour être relayée ensuite par un cadre de proximité et un formateur. Cette co-animation, outre la complémentarité, permet de matérialiser auprès des tuteurs ; le binôme indispensable à la formation clinique des apprenants. Il était donc de mise d’élaborer une fiche de poste de tuteur. Celle ci a bénéficié d’une validation par le centre hospitalier et l’institut de formation.

Harmonisation des modalités d’encadrement

Cette perspective a été envisagée, car des écarts de pratique au niveau de l’encadrement  parasitaient l’apprentissage des étudiants. De ce fait, le groupe de travail s’est enrichi de tuteurs formés et d’étudiants infirmiers de 3ème année. Le premier travail a consisté à se mettre d’accord sur les termes employés, encadrement, tutorat, apprentissage, responsabilité... Des dossiers documentaires ont été distribués à chaque membre du groupe afin de favoriser l’appropriation des concepts. Des échanges très fructueux ont permis de définir les termes retenus.

La fiche action (cf. encadré « Dispositif d’encadrement des étudiants infirmiers et élèves aides-soignants en stage ») qui a suivi a été élaboré en fonction des expériences des professionnels, des exigences réglementaires, du projet pédagogique de l’IFSI et des attentes des étudiants.
Après validation par les directions respectives (soins et IFSI), cette fiche sera annexée au livret d’accueil et présentée aux instances institutionnelles.

Formation des tuteurs IFSI

Quel bilan ?

Intégré au projet de soins institutionnel et au projet pédagogique de l’IFSI, ce dispositif est très actif :

  • plus de ¾ des livrets d’accueil des services sont rédigés ;
  • cinq formations de tuteurs ont eu lieu et ont évolué vers la formation de tuteurs des structures de stages partenaires (hors centre hospitalier drouais) ;
  • des questionnaires d’évaluation de la qualité du stage sont effectués auprès des étudiants et des responsables d’encadrement. Ceux ci sont analysés en équipe afin de mettre en place des mesures correctives, le cas échéant.

Néanmoins, même si les graines sont semées, il faut les faire vivre au quotidien, et ce n’est pas toujours une mince affaire compte tenu de paramètres organisationnels et humains. Cela nécessite une implication et une persévérance de tout instant.

Malgré les visites individuelles de stage et les temps de regroupement (analyse de pratique) planifiés et anticipés par les formateurs sur les lieux de stage, les échanges avec les tuteurs ne sont pas toujours effectifs compte tenu de leur disponibilité. Cela fera partie des axes d’amélioration à trouver.

Quelles perspectives ?

Les tuteurs occupent une place privilégiée dans ce dispositif d’encadrement et tout prétexte est saisi afin de concrétiser cette fonction et ainsi renforcer le partenariat et la collaboration.

Quelques exemples :

  • participation à la formation clinique sur l’IFSI ;
  • co-évaluation d’Unité d’enseignement avec les formateurs ;
  • membre actif des commissions d’attribution des crédits européens…

Le référentiel de formation aide soignant bénéficie aussi d’une approche par compétences. Tout naturellement nous élargissons les livrets d’accueil aux compétences aides soignantes, selon le même principe. Au sein de l’équipe pédagogique, un portfolio aide-oignant a été créé, mis en place auprès des élèves et va fêter son premier anniversaire. Enfin, pour finir, nous envisageons d’adapter ce dispositif au profit des tuteurs aides soignants ; réalisant ainsi un transfert au référentiel de formation aide-soignant.

N’est ce pas cela, la spécificité d’une compétence…et d’une collaboration assurée ?

Notes

  1. Ministère de la santé et des sports. Profession infirmier : recueil des principaux textes relatifs à la formation préparant au diplôme d’Etat et à l’exercice de la profession. Annexe III. Paris : Berger Levrault, 2011.
  2. Le Boterf Guy, Repenser la compétence : pour dépasser les idées reçues : 15 propositions. Paris : Eyrolles, 2009 (Collection Ressources humaines).


Adjointe à la direction de l’IFPP de Dreux

Christophe PINEAU
Adjoint de pôle au Centre hospitalier Victor Jousselin de Dreux

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (3)

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#3

Ne nous emportons pas !

Je tiens d'abord a vous préciser que je suis toujours très volontaire pour encadrer les étudiants en service et que je ne fais pas partie de ceux qui les fuis. Je suis IDE sur le pool de remplacement de l'institut (cancérologie) et je travaille donc dans tout les services selon les besoins. J'encadre donc très régulièrement car il y a toujours des stagiaires IDE, As, Dentaire, manip radio, etc...

Vos exemples d'encadrant exécrable nous les avons tous subit même sous l'ancien diplôme, tout vos collègue pourrons vous citer un/des service(s) disfonctionnel où ils ont subis tout le long du stage... mais il ne faut pas n'ont plus une généralité. Nous avons aussi d’excellent exemples, nous avons tous en tête au moins une collègue qui vous a transcendée durant un stage, vous a remotivé et donner envie de faire le métier comme elle.

Pour ma part, mon commentaire fait part de mon expérience, Le nouveau programme ne m'a jamais été expliqué, je me suis plongé dedans sur mon temps personnel et merçi a infirmiers.com !! Difficile de se repositionner et de savoir exactement se que l'on attend de nous, comment formuler les choses, comment interagir avec notre stagiaire. Du coup, je fais comme avant (ça marchais pas si mal) et je demande à l'étudiant ses besoins pour m'adapter à lui. C'est pas si évidant que ça, surtout quand ont prends en compte l'accélération des cadences et de la charge de travail, il faut être motivé et en forme pour encadrer correctement, le temps... toujours ce fichu temps...

Je maintien que ses fascicules de stages sont très indigestes car très scolaire et même parfois difficile à comprendre. quand vous avez 2 ou 3 stagiaires c'est mission impossible. La simplicité et les bonnes vielles méthodes ont parfois du bon.

Par rapport aux comportements et aux l'attitudes de certains étudiants vous ferai votre propre expérience dans peu de temps, vous verrez qu'avec le temps c'est pas si évident. Au bout de quelques années on se sent en décalage et on a plus de mal a s'adapter d'autant que le ministère vous réforme les études et tout ce que cela induit. Personnellement, dans l'institut où je travaille les stagiaires sont plutôt bien accueilli et beaucoups de mes collègues et des cadres y mettent de la bonne volonté et de l'énergie. je fais toujours la démarche d’accueillir les vagues successives de stagiaires et j'ai un rapport de futur confrère avec eux. Pour ceux qui sont motivé pas de problème, pour ceux qui ne sont pas consciencieux ou ne s'implique pas, je ne fais plus d’efforts... personne est parfais et nous n'avons plus le temps...

Liiinou

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Pitié

Vous savez l'apport théorique on le fait p,us facilement chez nous qu'en service et le résultat est le même.
Après je pense que c'est un peu généralisé les choses que de dire que les nouveaux étudiants ont une attitude passive...
Je pense surtout que ce référentiel, que, je vous le rappelle, nous subissons autant que vous, ne vous convient pas et que beaucoup (je ne dis pas tous car j'ai eu des encadrants supers durant ma formation) dénigrent car change de leurs habitudes et de ce que eux ont fait pendant leur formation...on appelle ça évoluer, c'est du changement et il faut savoir aussi l'accepter et arrêter de reporter cette fausse faute sur les étudiants qui sont là, tout comme vous quand vous étiez étudiants, pour APPRENDRE (c'est l'essence même d'être en formation me semble t il...).
Le référentiel ne vous plait pas ? Mais c'est comme ça, alors ça sert à rien de ne pas en vouloir. Quand on sait que certains IDE en service refusent même catégoriquement de prendre des élèves en charge en leur disant "soit tu vas avec l'AS si elle veut bien de toi, soit sinon je te note comme absent" vous pensez a votre tour que c'est une façon de faire ? Vus pensez que ça donne envie à un élève de s'investir ?
Et ne croyez pas que c'est un cas isolé, bcp d'élèves se trouvent en difficultés car on ne veut pas les coatcher et désolée mais du haut de les pauvre 31 ans, je ne trouve pas ça normal et surtout purement et simplement injuste.
Pour ma part, a un stage je suis arrivée, on m a mise avec une infirmière qui en phrase d'accueil m'a gentiment dit "toute façon votre référentiel c'est de la merde, tu ne seras jamais une infirmière, tu seras peut être bonne a faire des piqûres et encore"
Nan mais c'est quoi cette façon de penser super débile et réductrice ? Parce que je ne suis pas du référentiel 92, je ne suis pas une infirmière ? C'est n'importe quoi et ceux qui pensent ça n'ont simplement pas eu l'intelligence de comprendre et d'appréhender cette nouvelle formation et je trouve cela bien dommage, mais dans ce cas, quand on ne connait pas les choses, on se tait, ça évite de raconter des bêtises et de passer pour un imbécile.
Le sacré saint Graal du référentiel 92, faut arrêter ! Ce n'est pas une question de référentiel mais une question de personnalité des élèves !!
Je suis sur le référentiel 2009, je suis en stage avant que les IDE arrivent, je répond a toutes les sonnettes des patients, j'apprends tous les médicaments, je finis plus tard que prévu, j'ai plus de 10 patients a charge en 2ème année dans un service de chir et je bosse en voyant mes encadrants se poser dans le poste de soins, mais je ne râle certainement pas parce qu au moins je fais des choses et on ne pourra pas Me le repprocher.
Vous oubliez une chose, vous étiez évaluer sur vos MSP qui vous faisait flipper, nous on se fait évaluer sur tout le temps de notre stage a chaque stage. Et quand un stage n est pas bon, l IFSI ne le valide pas et on doit en refaire un. Vous croyez vrai.ent que c plus simple seulement parce qu on n a pas les MSP ? Belle erreur ! Encore une fois c'est ne pas connaître le référentiel.
Pour chaque stage mon IFSI me demande en plus de remplir mon portfolio, une démarche de soins de tous les patients que j'ai pris en charge ainsi que des devoirs écrits de leur choix. On nous interroge au retour de stage sur nos démarches et ne pensez pas que les questions sont plus douces.
La seule différence, c'est de ne pas avoir de MSP "officielle", ce qui n'empêche nullement les encadrants d'évaluer les étudiants sur leurs actes et techniques au quotidien au long court du stage...
Bref je m'emballe mais je suis fatiguée de devoir justifier à chaque instant que je ne serais pas plus mauvaise que X ou Y qui est déjà en service. On ne le sera pas, alors s il vous plaît, stoppez vos a priori, et aidez nous a apprendre ce métier que l'on veut aimer, mais sans votre aide on ne pourra pas, vous risquez de nous le faire détester....est ce cela que vous souhaitez ?
Merci de m avoir lu...ou pas

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#1

Ouai... c'est pas gagner...

Toutes ces formulations pompeuses et stéréotypées sont pour moi très indigeste... il y aurait moyen de rester professionnel et de faire beaucoup plus simple. On continue de farcir la tête des étudiants de théories et de longs discours mais souvent l'essentiel passe à la trappe. Personne ne veux ce "coller" à l'évaluation écrite des étudiants tant ces fascicules sont ennuyeux...

Je remarque que beaucoup d'étudiants en service sont en difficulté que ce soit au niveau de l'analyse des situations de soins, de la prise en charge des patients et aussi de l'exécution correcte des soins... Combien d'étudiant voyez vous regarder dans les protocoles de service, le vidal,... Hors exceptions, la plupart ne se mettent plus la pression, subissent le stage, et peu prenne de l'autonomie et de la réflexion...

C'est peut être aussi une question de génération, je commence à être vieux (35ans)... Je suis toujours très volontaire pour encadrer et former les étudiants mais je suis souvent étonné de leur attitudes passive. Heureusement il y a des exceptions qui font du bien.