CADRE

Tuteur de stage, vous avez dit tuteur de stage !

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Adjointe à la direction de l'IFPP et adjoint de pôle en hôpital, ils nous racontent leur expérience concrète de partenariat qui vise à envisager de façon constructive et optimale le rôle du tuteur de stage auprès des étudiants en soins infirmiers qu’ils accompagnent.

tutorat etudiants en soins infirmiersLes programmes de formation au diplôme d’état infirmier se suivent (1972, 1979, 1992, 2009) et… ne se ressemblent pas… Même s’ils ont toujours contribué à former des professionnels reconnus dans le contexte dans lequel ils s’inscrivent, ils présentent néanmoins des particularités spécifiques à chacun d’entre eux.

Le référentiel de 2009 repose notamment principalement sur la construction des compétences par les étudiants. Tout en rendant l’apprenant « autonome,…responsable…et réflexif... »1.  Ces éléments sont essentiels dans l’approche pédagogique et constituent la colonne vertébrale de cette réforme.

La notion de compétence, très en vogue actuellement, intègre différents milieux et devient une référence incontournable pour la professionnalisation. Il s’avère que : « La compétence est inséparable de l’action et ne peut être appréhendée qu’au travers de la pratique professionnelle »2. Cela précise bien qu’elle ne prend vie qu’au travers de la pratique quotidienne  infirmière, autrement dit : le milieu de soins.

Cette réforme des études implique donc :de nouveaux rapports entre les personnels des structures de soins et l’IFSI. Elle nécessite un engagement plus important des acteurs des terrains qui doivent s'inscrire dans cette nouvelle démarche pédagogique notamment au niveau de l’utilisation du portfolio et de l'évaluation des compétences et actes, activités, techniques de soins pour l'attribution des ECTS ; de nouvelles organisations pour encadrer les étudiants: la définition d'un trium vira, avec un...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#3

Ne nous emportons pas !

Je tiens d'abord a vous préciser que je suis toujours très volontaire pour encadrer les étudiants en service et que je ne fais pas partie de ceux qui les fuis. Je suis IDE sur le pool de remplacement de l'institut (cancérologie) et je travaille donc dans tout les services selon les besoins. J'encadre donc très régulièrement car il y a toujours des stagiaires IDE, As, Dentaire, manip radio, etc...

Vos exemples d'encadrant exécrable nous les avons tous subit même sous l'ancien diplôme, tout vos collègue pourrons vous citer un/des service(s) disfonctionnel où ils ont subis tout le long du stage... mais il ne faut pas n'ont plus une généralité. Nous avons aussi d’excellent exemples, nous avons tous en tête au moins une collègue qui vous a transcendée durant un stage, vous a remotivé et donner envie de faire le métier comme elle.

Pour ma part, mon commentaire fait part de mon expérience, Le nouveau programme ne m'a jamais été expliqué, je me suis plongé dedans sur mon temps personnel et merçi a infirmiers.com !! Difficile de se repositionner et de savoir exactement se que l'on attend de nous, comment formuler les choses, comment interagir avec notre stagiaire. Du coup, je fais comme avant (ça marchais pas si mal) et je demande à l'étudiant ses besoins pour m'adapter à lui. C'est pas si évidant que ça, surtout quand ont prends en compte l'accélération des cadences et de la charge de travail, il faut être motivé et en forme pour encadrer correctement, le temps... toujours ce fichu temps...

Je maintien que ses fascicules de stages sont très indigestes car très scolaire et même parfois difficile à comprendre. quand vous avez 2 ou 3 stagiaires c'est mission impossible. La simplicité et les bonnes vielles méthodes ont parfois du bon.

Par rapport aux comportements et aux l'attitudes de certains étudiants vous ferai votre propre expérience dans peu de temps, vous verrez qu'avec le temps c'est pas si évident. Au bout de quelques années on se sent en décalage et on a plus de mal a s'adapter d'autant que le ministère vous réforme les études et tout ce que cela induit. Personnellement, dans l'institut où je travaille les stagiaires sont plutôt bien accueilli et beaucoups de mes collègues et des cadres y mettent de la bonne volonté et de l'énergie. je fais toujours la démarche d’accueillir les vagues successives de stagiaires et j'ai un rapport de futur confrère avec eux. Pour ceux qui sont motivé pas de problème, pour ceux qui ne sont pas consciencieux ou ne s'implique pas, je ne fais plus d’efforts... personne est parfais et nous n'avons plus le temps...

Liiinou

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Pitié

Vous savez l'apport théorique on le fait p,us facilement chez nous qu'en service et le résultat est le même.
Après je pense que c'est un peu généralisé les choses que de dire que les nouveaux étudiants ont une attitude passive...
Je pense surtout que ce référentiel, que, je vous le rappelle, nous subissons autant que vous, ne vous convient pas et que beaucoup (je ne dis pas tous car j'ai eu des encadrants supers durant ma formation) dénigrent car change de leurs habitudes et de ce que eux ont fait pendant leur formation...on appelle ça évoluer, c'est du changement et il faut savoir aussi l'accepter et arrêter de reporter cette fausse faute sur les étudiants qui sont là, tout comme vous quand vous étiez étudiants, pour APPRENDRE (c'est l'essence même d'être en formation me semble t il...).
Le référentiel ne vous plait pas ? Mais c'est comme ça, alors ça sert à rien de ne pas en vouloir. Quand on sait que certains IDE en service refusent même catégoriquement de prendre des élèves en charge en leur disant "soit tu vas avec l'AS si elle veut bien de toi, soit sinon je te note comme absent" vous pensez a votre tour que c'est une façon de faire ? Vus pensez que ça donne envie à un élève de s'investir ?
Et ne croyez pas que c'est un cas isolé, bcp d'élèves se trouvent en difficultés car on ne veut pas les coatcher et désolée mais du haut de les pauvre 31 ans, je ne trouve pas ça normal et surtout purement et simplement injuste.
Pour ma part, a un stage je suis arrivée, on m a mise avec une infirmière qui en phrase d'accueil m'a gentiment dit "toute façon votre référentiel c'est de la merde, tu ne seras jamais une infirmière, tu seras peut être bonne a faire des piqûres et encore"
Nan mais c'est quoi cette façon de penser super débile et réductrice ? Parce que je ne suis pas du référentiel 92, je ne suis pas une infirmière ? C'est n'importe quoi et ceux qui pensent ça n'ont simplement pas eu l'intelligence de comprendre et d'appréhender cette nouvelle formation et je trouve cela bien dommage, mais dans ce cas, quand on ne connait pas les choses, on se tait, ça évite de raconter des bêtises et de passer pour un imbécile.
Le sacré saint Graal du référentiel 92, faut arrêter ! Ce n'est pas une question de référentiel mais une question de personnalité des élèves !!
Je suis sur le référentiel 2009, je suis en stage avant que les IDE arrivent, je répond a toutes les sonnettes des patients, j'apprends tous les médicaments, je finis plus tard que prévu, j'ai plus de 10 patients a charge en 2ème année dans un service de chir et je bosse en voyant mes encadrants se poser dans le poste de soins, mais je ne râle certainement pas parce qu au moins je fais des choses et on ne pourra pas Me le repprocher.
Vous oubliez une chose, vous étiez évaluer sur vos MSP qui vous faisait flipper, nous on se fait évaluer sur tout le temps de notre stage a chaque stage. Et quand un stage n est pas bon, l IFSI ne le valide pas et on doit en refaire un. Vous croyez vrai.ent que c plus simple seulement parce qu on n a pas les MSP ? Belle erreur ! Encore une fois c'est ne pas connaître le référentiel.
Pour chaque stage mon IFSI me demande en plus de remplir mon portfolio, une démarche de soins de tous les patients que j'ai pris en charge ainsi que des devoirs écrits de leur choix. On nous interroge au retour de stage sur nos démarches et ne pensez pas que les questions sont plus douces.
La seule différence, c'est de ne pas avoir de MSP "officielle", ce qui n'empêche nullement les encadrants d'évaluer les étudiants sur leurs actes et techniques au quotidien au long court du stage...
Bref je m'emballe mais je suis fatiguée de devoir justifier à chaque instant que je ne serais pas plus mauvaise que X ou Y qui est déjà en service. On ne le sera pas, alors s il vous plaît, stoppez vos a priori, et aidez nous a apprendre ce métier que l'on veut aimer, mais sans votre aide on ne pourra pas, vous risquez de nous le faire détester....est ce cela que vous souhaitez ?
Merci de m avoir lu...ou pas

iaahhh

Avatar de l'utilisateur

33 commentaires

#1

Ouai... c'est pas gagner...

Toutes ces formulations pompeuses et stéréotypées sont pour moi très indigeste... il y aurait moyen de rester professionnel et de faire beaucoup plus simple. On continue de farcir la tête des étudiants de théories et de longs discours mais souvent l'essentiel passe à la trappe. Personne ne veux ce "coller" à l'évaluation écrite des étudiants tant ces fascicules sont ennuyeux...

Je remarque que beaucoup d'étudiants en service sont en difficulté que ce soit au niveau de l'analyse des situations de soins, de la prise en charge des patients et aussi de l'exécution correcte des soins... Combien d'étudiant voyez vous regarder dans les protocoles de service, le vidal,... Hors exceptions, la plupart ne se mettent plus la pression, subissent le stage, et peu prenne de l'autonomie et de la réflexion...

C'est peut être aussi une question de génération, je commence à être vieux (35ans)... Je suis toujours très volontaire pour encadrer et former les étudiants mais je suis souvent étonné de leur attitudes passive. Heureusement il y a des exceptions qui font du bien.