AU COEUR DU METIER

Vers la reconnaissance officielle des infirmiers coordinateurs

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Deux ans après sa création, la Fédération française des infirmières diplômées d'État coordinatrices (Idec) prend ses marques. Sa première journée interrégionale en Pays de la Loire s'est ouverte sur une perspective de changement pour les Idec toujours sans reconnaissance officielle. Le ministère des Solidarités et de la Santé pourrait y pallier.

infirmière sourire

La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) envisage en effet de lancer cet automne un groupe de travail consacré aux missions des Idec.

Sans reconnaissance officielle de ses missions, l'infirmier coordinateur* se retrouve parfois à jouer des coudes pour faire valoir ses spécificités notamment face aux cadres de santé. Dans ce contexte, la perspective d'un déploiement d'infirmiers de pratiques avancées (IPA) en Ehpad risque encore plus de brouiller les cartes, a indiqué à Hospimedia, Blandine Delfosse, présidente de la Fédération française des infirmières diplômées d'État coordinatrices (Ffidec), à l'occasion de la première journée interrégionale des Idec à Nantes (Loire-Atlantique). Et si on ajoute à cela les expérimentations d'infirmiers de nuit, les responsables d'établissement pourraient à terme s'y perdre dans ce nouvel arsenal paramédical dédié aux Ehpad.

Cinq missions en perspective

Après avoir déploré, une nouvelle fois, le manque de considération du Gouvernement pour les spécificités des Idec, Blandine Delfosse a annoncé à la tribune que les choses bougent. La Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) envisage en effet de lancer cet automne un groupe de travail consacré aux missions des Idec. Contactée par Hospimedia, la DGCS a bien confirmé l'information.

Cette initiative ministérielle laisse donc penser à la présidente de la Ffidec que la profession pourrait se trouver à la veille d'assister à l'élaboration de son décret de compétences tant attendu. Et pour ne pas manquer cette occasion, elle compte bien remettre le 5 juillet à la DGCS les premières propositions de la Ffidec. Cette dernière, attendait en quelque sorte cette main tendue du Gouvernement. Elle a soutenu Karine Leveugle, consultante et formatrice, dans son enquête sur les fonctions de l'Idec, réalisée dans le cadre du master de politiques du vieillissement de Sciences Po. Il en est ressorti cinq missions principales que Blandine Delfosse espère bien défendre (lire l'encadré) et proposer, accompagnées des activités correspondantes. Pour elle, il ne faut pas aller au-delà de ces cinq missions. Pour en débattre, elle pense retrouver dans le futur groupe de travail ministériel sur les Idec les représentants des directeurs et des fédérations.

Les principales missions des Idec :

  • Organiser et coordonner la production de soins dans un souci de continuité et de qualité ;
  • Contribuer au déploiement de la politique institutionnelle au regard du cadre réglementaire ;
  • Gérer les ressources humaines et manager les équipes ;
  • Garantir la production de bonnes pratiques gériatriques ;
  • Promouvoir et coordonner les partenariats de la filière gérontologique dans une dynamique de mutualisation des moyens et de collégialité.

Parmi les problématiques qui pourraient être soulevées, figurent celles liées aux exercices différents du métier en fonction des secteurs (privé lucratif ou non et public). Les membres du groupe pourront en effet difficilement éviter d'aborder la question des statuts mais elle rappelle que le sujet est délicat. D'autant plus que l'infirmier coordinateur est absent des grilles de la fonction publique hospitalière (FPH). Blandine Delfosse milite également pour une qualification de sa profession à la hauteur des enjeux, et donc au niveau master. Elle imagine bien les Idec suivant une formation en pratique avancée. Finalement, quel que soit le cursus retenu, elle souhaiterait que l'exercice professionnel Idec s'accompagne d'une obligation de formation dans un laps de temps limité après la prise de poste, à l'image de ce qui a été mis en place, par exemple, pour les médecins coordonnateurs. Au passage, elle rappelle que ces derniers sont les partenaires les plus proches des Idec avec les directeurs, composant ainsi un trinôme.

En attendant donc le début des réflexions ministérielles, les infirmiers coordinateurs en activité ont notamment été invités à réaffirmer dans leurs établissements leur posture et tout particulièrement leurs spécificités médico-sociales qui les distinguent des cadres de santé. Il a été évoqué, très sérieusement, la suggestion de réfléchir à une nouvelle dénomination des Idec correspondant plus à la réalité du métier. Des sujets qui devraient s'inscrire aussi au programme des prochaines journées interrégionales de la fédération en octobre à Lyon (Rhône).

Le trophée success-stories est attribué à une bande dessinée

Pour marquer cette première journée interrégionale des infirmiers coordinateurs à Nantes (Loire-Atlantique), la Ffidec a créé son prix intitulé success-stories. Deux initiatives ont été retenues et présentées. Ce sont les participants au congrès qui ont départagé les lauréats. La bande dessinée, Dominique, une histoire de vie pour parler des soins palliatifs a donc remporté le trophée. Plus justement, il s'agit d'un roman graphique. Nathalie Bardet, cadre infirmière de l'équipe mobile sarthoise de soins palliatifs. Ariane 72, membre de l'équipe projet, a présenté cette initiative qui s'adresse à la fois aux professionnels et au grand public. Elle a déclaré, qu'il s'agit à la fois d'un outil de formation, un support de discussion mais aussi d'information levant des tabous. Les dernières pages portent ainsi sur la mort du personnage principal. L'ouvrage est vendu en librairie depuis le mois de mai. Sa conception n'a pas été simple. Nathalie Bardet rapporte que certains s'étaient même inquiétés qu'une bande dessinée puisse montrer un cadavre. Elle ajoute qu'a priori cela ne choque pas les premiers lecteurs.

La deuxième initiative sélectionnée par la Ffidec est le guide régional des Pays de la Loire des soins palliatifs, porté par le fonds dédié à cette activité. Ce document trouve son origine dans une initiative menée par la coordination de l'accompagnement en soins palliatifs angevine (Casspa 49) et les équipes mobiles de soins palliatifs du Maine-et-Loire qui ont créé le premier guide départemental, ont rappelé Christelle Foin, chargée de mission pour la coordination et Anne-Claire Boussy, infirmière d'une équipe mobile. Elles ont notamment signalé que l'aventure se poursuit. À partir du modèle initial, toutes les régions de France devraient prochainement être dotées d'un tel guide ressource. C'est déjà le cas de l'Auvergne-Rhône-Alpes, l'Occitanie, le Grand-Est et les Pays de la Loire. Suivent le Centre-Val-de-Loire et la Nouvelle-Aquitaine. Les versions de l'Île-de-France et des Hauts-de-France sont en cours. En septembre, sont attendues celles de Bretagne, Normandie, Provence-Alpes-Côtes d'Azur, Corse et Bourgogne Franche-Comté, sans oublier fin 2018 les Dom-Tom.

Cet article a été publié par Hospimédia le 15 juin 2018. Merci à eux pour le partage de cet article.

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)