AU COEUR DU METIER

Vers une fédération des infirmières coordinatrices d'Ehpad ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Des infirmières diplômées d'Etat coordinatrices (Idec) d'établissement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) se sont interrogées sur la création d'une fédération les réunissant, lors des premières assises nationales des infirmières coordinatrices en Ehpad, organisées fin juin 2014 à Paris.

personne agée en ehpad

 Les infirmières coordinatrices d'Ehpad souhaitent se fédérer pour exister pleinement

Les débats de cette journée le 24 juin dernier ont fait apparaître à la fois les besoins de reconnaissance des professionnels occupant cette fonction et les quelques initiatives de regroupement d'Idec existantes, en Alsace, en Franche-Comté, en Poitou-Charentes et en Aquitaine. Le rôle des infirmières coordinatrices ou référentes en Ehpad n'est en effet pas défini par la réglementation, rappelle-t-on, contrairement à celui des médecins coordonnateurs. Selon Joëlle Sicard, présidente de l'Association nationale des infirmières référentes en Ehpad (Anire), chacun dans sa région mène des actions pour réunir les infirmières coordinatrices et participer à la réflexion sur [la construction de] ce métier. Il faut regrouper l'ensemble de ces bonnes volontés pour que l'on soit une force représentative, qu'on soit vraiment uni pour déterminer ce qu'est le métier, faire une fiche de poste commune à tous les Ehpad quel que soit leur statut et qu'on ait une homogénéité dans la pratique de nos fonctions.

Joëlle Sicard a également expliqué la genèse de son association, créée en 2004 par une poignée d'Idec ayant suivi la même formation, mais aussi les difficultés à la faire vivre. On a réfléchi sur ce métier en émergence qu'il fallait faire reconnaître. Cette association est partie de bonnes volontés, au niveau local, avec la volonté d'avoir une association à titre national et d'avoir un vrai statut. Mais je dois humblement avouer qu'elle est un peu en sommeil. On a très bien démarré dans les premières années, mais les gens s'essoufflent un peu, a-t-elle raconté. L'Anire compte à ce jour 75 adhérents, a précisé Joëlle Sicard.

Il est à noter que trois des quatre expériences de regroupement régionaux évoquées lors de ces assises ont été lancées par des agences régionales de santé (ARS), en Alsace, en Franche-Comté et en Poitou-Charentes. En Alsace, l'ARS a notamment fait plancher un ensemble de professionnels des Ehpad (directeurs, médecins coordonnateurs, Idec) sur une fiche de poste de l'Idec. En Franche-Comté, Renée Wittmann, conseillère technique et pédagogique en soins à la direction de l'offre de santé et médico-sociale de l'ARS, a impulsé la création d'un réseau régional d'Idec. Elle a expliqué que cette idée lui était venue lors des missions d'inspection menées dans les Ehpad. Lors des premières inspections, je me suis rendue compte que l'Idec était pivot dans l'Ehpad, mais qu'elle était confrontée à une multitude de questions, à la solitude et à l'isolement. L'ARS Franche-Comté a alors décidé de créer un lieu de parole, selon les termes de la conseillère, et un comité de pilotage réunissant des Idec, mais aussi des directeurs d'Ehpad a été créé. L'ARS a envoyé un questionnaire aux 122 Ehpad de la région sur le rôle et les fonctions de l'Idec et 106 ont répondu, a assuré Renée Wittmann. Une première journée de regroupement a été organisée pour créer officiellement le réseau d'Idec. Une deuxième journée a été l'occasion de travailler sur une fiche de poste, et lors de la troisième, prévue le 14 octobre, le thème retenu est celui de l'alimentation et des repas. Le schéma de ces journées est toujours le même, a expliqué la représentante de l'ARS Franche-Comté: des intervenants extérieurs le matin et des ateliers animés par les Idec l'après-midi.

L'Idec était pivot dans l'Ehpad, mais confrontée à une multitude de questions, à la solitude et à l'isolement

Parallèlement, l'ARS a travaillé avec deux organismes paritaires collecteurs agréés (Opca), l'Association nationale pour la formation permanente du personnel hospitalier (ANFH) pour la fonction publique hospitalière et Unifaf, fonds d'assurance formation pour la branche sanitaire, sociale et médico-sociale non lucrative, pour proposer dans un premier temps une journée de formation aux infirmières coordinatrices. Nous souhaitons aller plus loin, a assuré Renée Wittmann, précisant avoir constaté une sous-qualification du personnel des Ehpad et indiquant qu' en trois ans, l'ARS aura investi 3 millions d'euros pour le personnel soignant en Ehpad et permis de faire accéder "105 agents" au diplôme d'aide-soignant. Elle a également ajouté que l'ARS intégrait dorénavant les Idec dans ses groupes de travail et réflexions.

En Franche-Comté, les Idec ainsi constituées en réseau travaillent aussi hors de la présence de l'agence, a raconté Françoise Binetruy, Idec à la résidence Granville de Besançon, qui fait partie de ce réseau. Cela nous a permis de [nous constituer] un carnet d'adresses, a-t-elle fait valoir. Elle a expliqué l'utilité de ce carnet d'adresses à travers deux exemples : la possibilité de faciliter les recrutements, en donnant l'exemple d'une infirmière pour laquelle il avait été possible de constituer un plein temps sur trois Ehpad, et la possibilité de mieux aider les familles en recherche d'une place en établissement quand l'accueil n'est pas possible dans son propre Ehpad.

Un statut de "cadre gérontologique"

Sur le réseau d'Idec que je connais, aucune n'a la même fiche de poste ni les mêmes responsabilités. Autant d'Idec, autant de missions différentes, a par ailleurs précisé Françoise Binetruy, estimant que sa participation au réseau était un vrai plus contre l'isolement. Sur la nécessité de fédérer les bonnes volontés au niveau national, Joëlle Sicard a estimé que c'était la condition sine qua non pour arriver à avoir un vrai statut citant celui de cadre gérontologique. Une infirmière dans la salle a fait remarquer que l'ordre infirmier [étant] en cours de déclin, il [était] important que la profession infirmière soit représentée par ses pairs" et "nécessaire et vital de faire valoir sa place dans le système de santé.

Autant d'Idec, autant de missions différentes

Le Dr Pascal Meyvaert, médecin coordonnateur, vice-président de la Fédération nationale des associations de médecins coordonnateurs en Ehpad (Ffamco), et qui a participé à l'élaboration d'une fiche de poste Idec dans le cadre des travaux de l'ARS Alsace, a encouragé les Idec. Ne laissez pas les autres décider à votre place. [Soyez] les interlocuteurs des pouvoirs publics pour donner votre avis sur votre métier. Il faut se fédérer. Les médecins coordonnateurs y sont arrivés. Je ne vois pas pourquoi on n'y arriverait pas, a estimé Joëlle Sicard. De son côté, Renée Wittmann a assuré que si une fédération se crée, on ne dira pas non.

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

trouvez votre poste en quelques clics

Publicité

Commentaires (3)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#3

donc

ok, regroupez-vous avec les cadre de services de soins.

Parce que je ne vois tjs pas l'intérêt d'une fédé des inf coordinatrices. Quelles différences avec les cadres ?

Alsete

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#2

Besoin de reconnaissances des compétences professionnelles.

@ binoute1

Parce qu'IDEC en EHPAD est un métier spécifique.
Il s'agit de management d'équipes de soins, de coordination transversale, d'élaboration de projet d'établissement, de projets personnalisés de soins, de démarche qualité, d'élaboration de plans de formation, etc.

Il/elle collabore avec le médecin coordonnateur et le directeur dans les procédures d'agrément par les organismes de tutelle, etc.

Parce que le métier n'a pas de statut défini par les pouvoirs publics.

Parce qu'un(e) IDEC exerce des fonctions de cadre de proximité et aspire naturellement à entrer dans la grille salariale des cadres de santé et non plus sur la base IDE.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#1

et hop

encore un métier "nnouveau" ou incomprise ou "en émergence"


Pourquoi de tels besoins dans notre profession d'infirmière d'être reconnu chacun comme une spécialisation ???