CONCEPTS DE SOINS

Concepts de soin - La « bonne action »

Savoir ce qu’il faut faire pour bien agir est simple, il s’agit de ne pas offenser le principe de non contradiction. Il faut avoir une bonne volonté. Et la bonne volonté, c’est la volonté de bien agir, c’est-à-dire de ne jamais agir contradictoirement. L’expérience que nous raconte Christine dans son service de cardiologie illustre parfaitement le concept de la « bonne action ».

de l'accompagnement du soigné au soignantCet article est extrait de l’ouvrage de Philippe Gaurier intitulé « De l’accompagnement du Soigné au Soignant », paru aux Éditions Losange en novembre 2011.

Cet ouvrage, témoignage et appel à la reconnaissance du métier infirmier dont le geste premier est «â€ˆprendre soin du prochain » est le troisième de l’auteur, cadre supérieur de santé, chercheur mais aussi rédacteur d'Infirmiers.com.

Savoir ce qu’il faut faire pour bien agir est simpleEmmanuel Kant (1724-1804) est le fondateur de la philosophie critique. Publiés en 1875, les Fondements de la métaphysique des mœurs1 jettent les bases des philosophies de la liberté qui se développent au XIXe siècle. Kant y affirme, notamment, la nécessité d’une philosophie morale pure, débarrassée de toutes les scories portées par l’empirisme, et entreprend de rechercher et de déterminer le principe suprême de la morale. Ce sont alors les célèbres « impératifs catégoriques » : « Agis selon une maxime telle que tu puisses vouloir en même temps qu’elle devienne une loi universelle » ; « Agis de telle sorte que tu uses de l’humanité, en ta personne et en celle d’autrui, toujours comme fin, et jamais simplement comme moyen » ; « Agis de telle sorte que ta volonté puisse se considérer elle-même, dans ses maximes, comme législatrice universelle. »

La volonté de bien agir

Un soignant kantien est sans doute un soignant idéaliste, qui se fixe ce vers quoi il doit tendre, même s’il sait qu’il ne l’atteindra jamais. Il tentera de respecter la dignité intrinsèque et inaliénable de la personne humaine. Il ancrera sa pratique dans le formel, l’a priori et la liberté. Comme Kant, il essaiera de penser l’humanité de l’homme à partir de ce qu’il y a de plus haut en lui : la raison. Il refusera tout compromis. Il s’inscrira dans la Loi mosaïque : Fais à...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)