AU COEUR DU METIER

EDITO - « J’aime Soigner » : 26 minutes de confidences sans tabou

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Le film J'aime soigner, écrit et réalisé par Florence Barruel, psychologue clinicienne à l’hôpital de Montfermeil, présente des regards croisés d’infirmières, d’aides-soignantes, d’agents, de médecins sur leur exercice de soignants. Ce film de 26 minutes, dédié à l'équipe d'onco-hématologie de l’établissement et tourné in situ, pose diverses questions autour des valeurs, des capacités à dépasser certaines situations difficiles ou encore des bénéfices à exercer ce métier de soignant. L’objectif de départ de ce projet de service ? Aider l’équipe d’onco-hématologie à communiquer et à rester soudée. Une réussite. 

équipe soignante oncologie hôpital Montfermeil

"Le but était aussi da,s cette démarche d'entretiens filmés, d'aller au-delà sdes évidences et de ce que chacun sait déjà sur lui-même et sur les autres."

Florence Barruel est psychologue clinicienne à l’hôpital de Montfermeil. Elle a eu l’idée de réaliser un film pour répondre aux inévitables crises traversées par l’équipe, comme dans tout service, pour montrer à celle-ci ce qu’elle continue de bien faire même quand tout va mal, ou tout simplement lorsque les difficultés s’accumulent, confie-t-elle sur le site qu’elle a dédié au film. J’ai eu envie de porter à l’image ces attentions bienveillantes que j’observe depuis longtemps, ces regards sensibles portés sur les patients, ces valeurs humaines qui soutendent les regards de l’équipe, et ce que je les vois faire avec soin. Florence Barruel a donc posé sa caméra dans le service pendant quatre mois entre les mois de mai et d'août 2016 et donné la parole à l’équipe, ainsi qu’à quelques patientes.  

Les soignants invités à l’introspection

Les soignants interrogés livrent des réactions très spontanées. Ils cherchent leurs mots, tâtonnent. A cette question : Qu'est-ce que soigner, qui ouvre le film, ils proposent des réponses très diverses : C'est prendre en charge des patients sur le plan moral, physique, psychologique, un des challenges dans mon esprit au XXIe siècle pour les soignants, c'est de concilier à la fois une vision globale et humaniste du malade et la haute technicité de l'hôpital, c'est tellement vaste que je ne sais pas par quoi commencer…, aider, aimer, partager..., Soigner, c'est écouter les gens... A travers ces entretiens filmés, l’équipe livre une analyse personnelle. Chacun raconte sa façon de traverser les difficultés, ce qui lui fait aimer son métier ou encore comment il atteint parfois ses propres limites. C'est cet effet miroir que constituait le film pour l'équipe qui m'intéressait, explique Florence Barruel. La surprise, c'est que celui-ci ait finalement touché des gens au-delà des soignants concernés, la direction de l'hôpital, mais aussi des IFSI qui se sont intéressés à la dimension pédagogique du film.    

Tu es là pour l'autre mais tu n'es pas là pour juger l'autre. Et c'est vrai que c'est une gymnastique au quotidien.    

Comment faire quand il y a conflits de valeurs ?

Une partie intéressante du film aborde la confrontation inévitable des soignants à des conflits de valeurs, à leurs limites et à leurs ressources. Un patient se montre agressif ? L’une dit traiter l'agressivité comme une souffrance. D’autres évoquent des instants marquants. J'ai le souvenir d'un patient musulman qui est décédé. L'Imam est venu. On a fait en sorte qu'il puisse y avoir la prière dans la chambre. Ça nous a fait énormément de boulot mais j'ai trouvé ça vraiment superbe. Je me suis dit : la personne est partie comme elle le désirait... Une jeune femme rappelle le droit aux soins pour tous, quelle que soit la pathologie, quel que soit le comportement, quels que soient les abus, la culture, la façon dont on est traités parfois... Une autre dit parfois être choquée par les choix d’un patient et conclut : souvent je mets de côté mes propres valeurs. Quand je soigne, je soigne l'autre [dans ce qu’il est] particulièrement. (…) Tu es là pour l'autre mais tu n'es pas là pour juger l'autre. Et c'est vrai que c'est une gymnastique au quotidien.    

Depuis que je travaille, j'ai appris à moins me plaindre. (…) Quand on voit des patients vraiment mal, on se dit qu'on n’a pas le droit de se plaindre pour des broutilles. 

Ce que je vois ici, j'en tire un bénéfice pour moi

Je me rappelle d’une maman qui avait mon âge, qui est décédée avec ses enfants à ses côtés, se souvient une soignante. Pour ma collègue et moi ça a été extrêmement difficile. Parce qu’on s'est projetées. On a commencé la toilette et nos collègues nous ont relayées. (…) Il n'y a même pas eu besoin de dire, ils sont venus et nous ont remplacées. Le film met en lumière, toujours à travers les témoignages, l’importance de la communication au sein des équipes, un soutien essentiel qui aide à la prise en charge. Si certaines disent avoir encore à apprendre d’elles-mêmes : quelle est ma limite ? Pour l'instant je crois que je ne le sais pas, la dureté du métier sert aussi de révélateur.  Les difficultés poussent à se recentrer sur l'essentiel. Depuis que je travaille, j'ai appris à moins me plaindre. J'étais beaucoup dans la plainte et quand on voit des patients vraiment mal, on se dit qu'on n’a pas le droit de se plaindre pour des broutilles, souligne une jeune femme. Une autre : ce que je vois ici, j'en tire un bénéfice pour moi (…) Je vois ça tous les jours, j'y suis confrontée tous les jours et en dehors, je me dis (…) on a si peu de temps, il faut vraiment qu'on en profite maintenant, je me rends compte de plein de choses. [Ce métier] me fait changer j'ai l'impression. La réalisatrice espère bien que son film encouragera ceux qui l'auront vu à prendre aussi soin des professionnels de santé. J'ai envie de développer d'autres choses aujourd'hui, confie-t-elle, avec les IFSI notamment. C'est un vrai besoin et j'aimerais lancer d'autres projets qui servent à la formation pédagogique dans le soin. En attendant, l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique l'a invitée à présenter son film dans ses murs, en janvier prochain.  

"J’aime Soigner" : découvrez le film dans son intégralité

Découvrez aussi le making-of, qui retrace quelques moments amusants captés au cours du tournage  

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin 

Retour au sommaire du dossier Médecin

trouvez votre poste en quelques clics

Publicité

Commentaires (0)