AU COEUR DU METIER

Margot Phaneuf n'est plus : les soins infirmiers perdent une grande dame

Cet article fait partie du dossier :

Histoire de la profession

    Précédent Suivant

Infirmière canadienne connue pour son action pédagogique en soins infirmiers, Margot Phaneuf (1928-2020) s’est éteinte après avoir largement œuvré à la visibilité internationale des soins relationnels des soignants. Infirmière puis docteure (Didactique), elle a rédigé des ouvrages, des articles pour ancrer des pratiques cliniques et prendre soin des personnes vulnérables. Hommage à son engagement pour des soins toujours plus humains et dans le respect de la personne soignée avec un souci de transmission transgénérationnelle et de volonté de partage d’expériences pour assurer la pérennité des Sciences Infirmières.

L’humanisme, cette idée magnifique de l’homme au centre de toutes choses avec sa pensée, sa liberté, sa dignité et sa tension vers le devenir se reflète sur nos soins pour les rendre toujours plus à la mesure de ses besoins. Margot Phaneuf, 2016.

Margot Phaneuf

Margot Phaneuf (1938 - 2020) fut connue pour avoir fait (re)connaître une profession profondément soignante. Elle fait partie de l’histoire infirmière croyant en l’importance de communiquer, de partager, de publier, pour assurer la pérennité des sciences infirmières.

Après avoir acquis une formation universitaire en sciences infirmières, Margot Phaneuf obtint un doctorat en didactique (Montréal). Elle reçut l’Insigne du Mérite de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) et la médaille du Conseil Interprofessionnel du Québec (2002). Ses grands sujets de prédilection furent, entre autres, la communication soignant-soigné, l’enseignement à la relation d‘aide en soins infirmiers, le rôle clinique des soignants, la prise en charge des personnes vulnérables…

Écrire permet de communiquer des idées, des ressentis, des valeurs, d’aborder des problèmes, mais de manière à laisser des traces. Margot Phaneuf, 2014.

L’impact de son travail a permis de développer en France plusieurs approches de la relation d‘aide impactant un rôle jusqu’alors mal connu, touchant les personnes soignantes, impactant par ricochet les personnes soignées.

Intéressée par tous les sujets relatifs à la qualité des relations interpersonnelles, comme les soins interculturels, elle créa autour d’elle des échanges francophones. Citée plus de 1000 fois dans Google Schaloar, elle fut également citée dans les publications d’auteurs renommés (Jérôme Pellissier, Françoise Bourgeois, Sassine Kazan Rima, Christophe Debout, Genneviève Roberton, Françoise Billot, Richard-Pierre Williamson…). Ses principaux ouvrages ont permis d’ouvrir la question de la relation soignant-soigné dans une perspective universelle et lexiculturelle.

Il est concevable qu’il soit difficile de cultiver des objectifs d’empathie et de sérénité dans une profession soumise aux contraintes de l’efficacité. » Margot Phaneuf, 2014.

J’ai moi-même beaucoup utilisé les livres de M. Phaneuf pour le Dictionnaires des concepts en sciences infirmières et je me suis naturellement inscrite dans son sillage empreint d’humanitude. De la douceur au non-jugement, de l’intimidation au travail  au "circept", elle ne cessa de discuter autour des concepts humanistes pour inviter les soignants à produire une réflexion académique, à améliorer des pratiques créatives dictées par l’humanitude.

L’engagement forme l’une des assises du professionnalisme dont se réclame notre discipline.
Margot Phaneuf, 2014.

Elle fut connue pour avoir fait (re)connaître une profession profondément soignante. Elle fait partie de l’histoire infirmière croyant en l’importance de communiquer, de partager, de publier, pour assurer la pérennité des sciences infirmières.

Toutes  les  infirmières  et  tous  les  infirmiers  ne  sont  pas  destinés  à  devenir  des  gestionnaires,  mais  tous  doivent  être  capables de faire valoir leurs idées et de faire respecter leurs compétences dans les équipes de soins et auprès des malades. Nous appartenons à une profession qui invente continuellement son devenir et des ouvertures nouvelles se présentent à nous. Il nous faut de l’audace et de la détermination pour suivre cette mouvance.
Margot Phaneuf, 2006.

Pour aller plus loin

Infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Histoire de la profession

Publicité

Commentaires (0)