COOPERATION

Dix nouveaux protocoles de coopération...

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

L'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France a autorisé 10 protocoles de coopération entre professionnels de santé, a-t-elle annoncé le 13 septembre 2012.

Dix nouveaux protocoles de coopération...Un seul de ces protocoles était à l'initiative de la région, les autres émanant de huit autres régions et déjà appliqués, précise l'ARS qui souhaitait pouvoir les mettre en oeuvre dans son ressort au même moment.
Les 10 protocoles ont reçu l'approbation de la Haute autorité de santé (HAS), conformément à l'article 51 de la loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires (HPST).

Le protocole francilien permet à des infirmiers de prescrire et d'effectuer des actes de vaccinations et de sérologies (VIH, hépatite B et C et syphilis), et l'autorise à remettre les résultats de sérologie au patient lors d'une "consultation infirmière de prévention", sous l'égide de médecins. Le projet était porté par le centre de prévention et de santé d'Etampes (Essonne).
Il est susceptible de concerner "toute personne en situation de vulnérabilité sociale et pour qui les risques liés à la santé constitueraient un obstacle à son insertion professionnelle et sociale".

Les neuf autres protocoles concernés portent sur les thèmes suivants :

  • pratique de myélogrammes (ponction médullaire en crête iliaque) par des infirmiers formés sous la responsabilité d'hématologues (Paca) ;
  • réalisation d'échographies par des manipulateurs d'électroradiologie sous la responsabilité de radiologues (Haute-Normandie, Lorraine);
  • dépistage itinérant de la rétinopathie diabétique par des orthoptistes (Bourgogne);
  • suivi de pathologies chroniques par des infirmières sous l'égide de médecins généralistes (Action de santé libérale en équipe Asalee, Bourgogne);
  • séquence de soins réalisés par les ophtalmologistes et les orthoptistes (Nord-Pas-de-Calais) ;
  • réalisation d'échographies par des infirmiers encadrés par des cardiologues (Alsace, Rhône-Alpes)
  • réalisation de bilans urodynamiques par des infirmiers encadrés par des urologues (Haute-Normandie).

L'ensemble des protocoles ont été mis en ligne sur la plate-forme d'appui aux professionnels de santé d'Ile-de-France.

L'ARS précise qu'elle souhaite susciter d'autres protocoles de coopération "dans des domaines à fort enjeu de santé publique tels que la santé mentale, la gérontologie, les maladies chroniques ou encore la cancérologie".

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

Norma Colle

Avatar de l'utilisateur

86 commentaires

#3

L'ordre bras armé du gouvernement?

article égora...extraits....

http://www.egora.fr/sante-societe/organisation-des-soins/152151-d%C3%A9l%C3%A9gation-de-t%C3%A2ches-la-has-bras-arm%C3%A9-du-gouvernement

""Délégation de tâches : la HAS, bras armé du gouvernement

Lors d’une conférence de presse, la Haute autorité de santé (HAS) s’est déclarée prête à appliquer les changements voulus par le gouvernement, notamment dans l’organisation des parcours de soins et les délégations de tâches des médecins vers d’autres personnels soignants.......................


ainsi qu’un recensement des tâches médicales pouvant être déléguées à d’autres personnels soignants (notamment pour pallier la pénurie de médecins sur certains territoires ou dans certaines spécialités).
......................

Enfin, le professeur a rappelé que la loi Hôpital Patients Santé Territoires (HPST) prévoyait déjà la délégation de tâches médicales, qui va être développée. Plusieurs tâches (échographies, orthoptie, dépistage de la rétinopathie diabétique, etc) seront déléguées sous le contrôle de médecins même si pour l’heure leur rémunération n’a pas encore été tranché.""


HAS bras armé du gouvernement? Est-elle la seule ?
Et l'ordre est-il le bras droit ou gauche:celui qui plébiscite+++++++++++++++ ces délégations et qui ne bouge pas son croupion pour que ces délégations soient d'abord cadrées financièrement et cadrées en reconnaissance diplôme AVANT la mise en place? L'ordre est-il là pour valoriser la profession ou la couler sous encore plus de responsabilités et ceci sans aucune compensation?

Pierre d'Aumont

Avatar de l'utilisateur

14 commentaires

#2

Crête iliaque?

Ce ne serait pas plutôt une ponction dans le manubrium sternal?

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

Oui, mais...

En + de l'arrêté du 28/03/2012 qui modifie les procédures de coopération (...), ce qui serait intéressant, c'est que l'on aborde des aspects tels :

- L'obectif premier de ces nouveaux rôles.

- Leur reconnaissance.

- Leur reconnaissance financière.

- La responsabilité.

- La couverture assurantielle, son coût et pour qui.

- Les liens de subordination entre IPA et médecins et entre IPA et IDE en soins généraux et spécialisés.

- La concertation du patient dans son (non ?) choix du praticien.