COOPERATION

Infirmier clinicien : "une piste intéressante"...

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

Deux sénateurs, auteurs d'un rapport d'information sur la coopération entre professionnels de santé, prônent la création de professions intermédiaires et jugent intéressante la création d'une profession d'infirmier clinicien.

coopération soignants

Les sénateurs estiment que la profession d'infirmier clinicien, qui existe déjà au Canada et aux Etats-Unis, constitue une "piste intéressante" en matière de coopérations interprofessionnelles

Les deux sénateurs Catherine Génisson (PS, Pas-de-Calais) et Alain Milon (UMP, Vaucluse) chargés d'une mission d'information sur la répartition des compétences entre les professionnels de santé, ont présenté le 28 janvier 2014 après-midi en commission des affaires sociales leur rapport d'information et leurs 14 propositions pour améliorer la coopération entre professionnels de santé.

Le rapport intégral ne devrait être rendu public qu'en fin de semaine et sera en ligne sur la page des rapports de la commission des affaires sociales.

Lors de son intervention le 28 janvier, la sénatrice Catherine Génisson a estimé, selon un discours dont APM a eu copie, que la nécessité de recourir aux expérimentations de l'article 51 de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) de 2009 sur les coopérations entre professionnels révélait en creux les imperfections de l'organisation actuelle et les marges d'amélioration. Celle-ci, organisée autour du monopole médical, est structurée sous la forme d'une hiérarchie...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#1

Intéressante pour qui ?

Cela intéresse surtout l'enveloppe que nos zélus veulent attribuer à la santé.

Le principal but est de compenser le temps médical devenu insuffisant soit à cause des numerus clausus défaillants soit à cause des territoires non ou mal couverts en partie en lien avec les conditions de travail.

Le but suivant, est de jouer aux médecins ou nouveaux métiers de la santé sans (assez) formation, sans (assez) qualification, sans (aucune) reconnaissance dont bien sûr salariale.

En ce qui concerne les IDE, le fer de lance étant le bénévolat. Et après viennent les pleurnicheries...