COOPERATION

La vaccination prescrite par des infirmiers en Haute-Normandie

par .

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Les professionnels de santé du Centre hospitalier de la Risle de Pont Audemer vont pouvoir mettre en œuvre le protocole « Consultation, décision et prescription de vaccination pour les usagers par un(e) infirmier(e) en lieu et place d'un médecin ».

infirmière seringue masque

Vaccination : consultation, décision et prescription par les infirmiers en Haute-Normandie.

Initié depuis plus de deux ans par des professionnels de santé exerçant dans la région Haute-Normandie, le protocole « Consultation, décision et prescription de vaccination pour les usagers par un(e) infirmier(e) en lieu et place d'un médecin » est effectif au sein du Centre hospitalier de la Risle de Pont Audemer depuis mars 2015. Ainsi, les infirmiers pourront prendre la décision de vacciner, prescrire les vaccins, mettre à jour le carnet de vaccination et gérer les effets secondaires immédiats. Rappelons que la Haute Autorité de Santé (HAS) a donné, en mai 2013, un avis favorable à ce protocole, estimant que la qualité et la sécurité de prise en charge sont garanties. Amaury de Saint-Quentin, directeur général de l'Agence Régionale de Santé, a ensuite autorisé ce protocole en région Haute-Normandie au travers d'un arrêté en décembre 2013.

Concrètement, à la suite d'une formation théorique et pratique minimale de 12 heures, les compétences de l'infirmier sont évaluées. Afin que l'infirmier puisse adhérer au protocole, l'ensemble des compétences doivent être acquises.

Augmenter la couverture vaccinale

La mise en œuvre de ce protocole a pour objectifs :

  • d'augmenter la couverture vaccinale et l’accès à tous les publics ;
  • de diminuer les délais de rendez-vous et d’attente ;
  • d'économiser du temps médical ;
  • d'augmenter l’amplitude d’accueil des usagers.

Le centre de prévention santé du centre hospitalier de la Risle est en effet ouvert tous les jours de la semaine. Les patients peuvent ainsi, après avoir pris rendez-vous, et après consentement, se faire vacciner par des infirmiers.

Pour l'infirmier, ce protocole lui permet de promouvoir sa fonction et de mettre en œuvre une prise en charge concernant la problématique vaccinale.

Voir le protocole « Consultation, décision et prescription de vaccination pour les usagers par un(e) infirmier(e) en lieu et place d'un médecin ».

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (1)

jolide

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Les infirmiers et le grand écart- coup de gueule

D'un côté les pharmacies qui veulent faire "du pilulier" et proposent aux patients suivi par des libéraux de prendre en charge leurs traitements grâce à "des machines qui feraient moins d'erreurs que les infirmiers (dixit)", ils proposent une petite prise de tension (par la préparatrice au CAP ad hoc) au passage et un suivi d'AVK en sus...et maintenant la vaccination par le grand docteur en pharmacie (il n'a qu'a les prescrire aussi, why not..)
Des laboratoires qui se gèrent un pool d'infirmiers à moitié sous contrat (cf procès de IDEL de Cavaillon) pour récupérer les bilans fort lucratifs...
Des associations qui font du profit en faisant faire des soins infirmiers type nursing et Traitement à des personnes non qualifiés et sous payées...
Au final tous le monde peut faire notre travail mais nous alors les pratiques avancées on peut se "brosser"car il ne faudrait pas faire de l'exercice illégal de la médecine ma "pauv dame", par contre l'exercice illégal du métier d'infirmier là les médecins ils s'en inquiètent pas trop, pourtant on leur mouline bien le travail sans compter le SAV quand ils sont injoignable. Ce sera moins tranquille pour eux lorsque nous aurons disparus
Bravo les syndicats partiaux à la vue courte et pour l'ordre ce n'est pas beaucoup plus rutilant....dommage qu'il ne soient pas aussi efficaces que ceux de nos collègues.
C'est bon j'ai fini, ça soulage même si ça ne changera pas et de toute façon là j'ai du travail qui m'attend.