ETHIQUE

Quand la dignité ne fait plus surface

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

La lampe d’Aladin pouvait exhausser tous les vœux… tous ? Pas vraiment. Il en restait deux que la lampe ne pouvait réaliser : forcer l’amour de la Belle et vaincre la mort. L’humaine condition est à ce prix, l’amour et la mort ne se laissent commander. En creusant un peu, certains concepts aussi restent rebelles aux frictions de la lampe et la dignité fait partie de ceux-là.

femme âgée foule

Une réflexion philosophique autour de la dignité dans les soins.

Je crains cette chambre. Quand je prendrai ma respiration une odeur infecte va m’envahir et il va falloir que je déploie des montagnes d’énergie pour ne pas montrer que ce patient me dégoûte. Au bout de quelques respirations, l’odeur sera moins douloureuse pour moi. Cette odeur, âcre, molle et pernicieuse donne l’impression de nous envahir mais si le patient la supporte, alors moi, comment dois-je réagir ? Je sais que je ne peux réduire ce patient à une odeur mais elle occupe tellement l’espace qu’elle m’empêche de le considérer. Cette puanteur modifie l’image que j’ai de ce patient et la difficulté à le reconnaître comme même que moi est de plus en plus grande. Cette fin de vie suggère l’inacceptable à mes yeux. Pourvu que je ne finisse pas comme ça ! C’est ainsi que des soignants sont amenés à appeler et espérer la mort de leurs vœux pour libérer le patient d’une situation insupportable. Compassion, projection, crainte de ne pouvoir assumer notre propre impuissance face à un symptôme non maîtrisable, angoisse de se trouver seul encore et encore face à l’horrible, sentiment de danger de contamination symbolique. Le temps de l’agonie se renforce de signaux effrayants qui touchent aux représentations angoissantes que nous avons de l’approche de la mort : respiration superficielle, apnées prolongées, relâchement des sphincters, odeurs pestilentielles, râles graillonnant, grimaces douloureuses… Où se cache la dignité dans ce tableau ? Quand la dignité ne fait plus surface, il arrive qu’elle ne soit plus aussi évidente et reconnaissable.

Compassion, projection, crainte de ne pouvoir assumer notre propre impuissance.

Les principes de dignitéÉtymologieDignité : du dérivé latin dignitas = fait de mériter, puis glissement sémantique vers l’apparence – la posture, la beauté majestueuse.  « Dignité » a supplanté l’ancien type populaire « deintié » et « daintié » de dignitatem = seigneurie – puissance / morceau d’honneur, de choix, friandise. En vènerie daintiers désigne les testicules du cerf… On voit...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)