ETHIQUE

À quoi ressemblera l’infirmier du futur ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Plus que jamais le sentiment de manque de reconnaissance étouffe notre profession. Faut-il aimer les paradoxes pour choisir une profession dédiée à autrui et en même temps disparaître aux yeux de tous ? Différemment du sentiment de persécution, le sentiment d’être invisible prend le pas sur le corps soignant.

Ce qui va tuer l’infirmier d’aujourd’hui

high tech moderne tactile

La carapace de l'infirmière, c’est une blouse, pas très épaisse, qui protège mal un cœur qui pourrait s’arrêter de battre juste parce qu’il ne saurait plus pourquoi il bat.

Le téléphone sonne, ma collègue du second secteur commence une phrase et s’effondre en larme. Inquiet, je lui demande ce qu’il se passe, elle se reprend doucement : c’est rien, c’est juste vendredi et je n’en peux plus….  5 retours de bloc, 3 pansements, la fermeture des lits de semaine, les déménagements des patients, les Urgences qui veulent imposer des entrées supplémentaires auront eu raison des nerfs de Lysa.

Lysa décroche le téléphone, un IDE des Urgences lui dit qu’il envoie un patient et qu’il s’en fout s’il n’y a pas de place, ce n’est pas son problème et lui raccroche au nez.  Je n’ai pas fait ce métier pour qu’on me parle comme ça ! Mais bon sang, je suis qui pour eux ? Nous arrivons à nous crier dessus entre collègues comme si nous étions des étrangers, des menaces les uns pour les autres. D’un côté les urgences qui doivent orienter leurs...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (14)

Jeanboulanger

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#14

.

L'intelligence artificielle et les robots feront le boulot :p

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#13

Du y’a qu’à, faut qu’on...

...à la méthode Coué ?

Appréhender sa réalité donc très subjectivement avec un optimisme béat dénature les problématiques et empêche aussi d’avancer.

CrisP

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#12

Ça sent toujours un peu le souffre, mais bon...

merci Augusta pour votre réaction et votre force de résistance, merci Loulic et Creol ainsi que Suzanne, Nous sentons bien le venin qui pourrait nous détruire mais l'idée serait de le mettre au service de notre communauté contre le prédateur plutôt que de faire comme le scorpion quand il se sent pris au piège...
Allez, on les aura, courage !

augusta

Avatar de l'utilisateur

68 commentaires

#11

S'adapter....

Un article résolument optimiste ça fait du bien!
On vous pourrit au téléphone? Déplacez-vous! Rien de tel qu'une discussion en face à face. Au téléphone, on parle à personne, en face à face, on parle à quelqu'un.
Les formations sont impossibles? Regardez dans votre ville...conférence, colloque, séminaire....Lisez...livres et revues...

Soit on subit sa profession (et ses dégradations?), soit on décide d'en être acteur!

suzanne25

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#10

L'infirmière de demain

L'infirmière de demain sera celle qui sera resister à la pression, pour qui organisation sera le maitre mot et qui ne considèrera pas son travail comme une magasin gratuit pour aller faire du libéral ou pour remplir sa maison (lessive, repas du résident, sac poubelle etc ...)

Creol

Avatar de l'utilisateur

26 commentaires

#9

La fin d'une époque

La volatilité du marché de l'emploi soignant (ide, amp as, ap) existe depuis longtemps. Ce qui change c'est le dégoût qu'inspire la profession une fois la porte claquée.
- Nombre d'étudiants ne finissent pas leur formation car on leur a vendu un "produit" qui n'existe plus (conditions de travail, salaire, universitalisation de la formation, mobilité professionnelle etc ...)
- Nombre d'infirmières sont dégouté par la toute puissance des drh, des patients, des résidents et de leurs famille.
- Nous sommes constamment infantilisé par nos directions, nous perdons chaque jour un avantage, un jour de repos.
- Nos RTT ont disparus et si nous demandions immédiatement leur paiement nous brisons définitivement le système.
- On fait porter sur nos épaules toute l'incohérence du système.
- Pire que tout, pour se protéger des sanctions on se bouffe entre nous.

Je ne parle même pas de la gériatrie qui est une honte nationale et dont l'ordre infirmier n'a STRICTEMENT RIEN FAIT.

La pire des choses est déjà arrivée. Quand une infirmière s'occupe seule d'un service on est déjà dans des soins dégradées. Je ne parle même pas d'une infirmière qui travaille en ehpad et qui doit en gérer 80 ...

loulic

Avatar de l'utilisateur

258 commentaires

#8

Moi je veux bien, mais ...

par exemple "Nous n’avons jamais vu autant de jeunes infirmiers quitter la profession après juste quelques mois, voire quelques années d’exercice. ".

Cà sort d'où ? Ca a toujours existé, ce phénomène est il majoré de nos jours ?

Ceci dit c'est fort possible, les sergents recruteurs des IFSI promettent une formation universitaire menant à un master ou un doctorat, avec un infirmier chef d'équipe "pensant" sans jamais mettre les mains dans la …

La réalité du métier doit arriver crûment à ces jeunes élèves pour peu qu'ils n'y soient pas préparé.

Concernant les procédures dégradées, c'est déjà largement le quotidien de beaucoup d'équipes. La seule perspectives de nos ARS, c'est la réduction des couts à court terme. Et c'est la politique strictement mené par tous nos échelons hiérarchiques.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#7

IDE en solde ?

Je fais une parenthèse mais permettez-moi Monsieur CrisP de tousser quand le CII qui déjà s’ingère dans les affaires/politique françaises, promeut lors de la journée internationale de l’infirmière 2015, la rentabilité des soins infirmiers…

Cela me semble totalement antinomique avec la reconnaissance que vous appelez de vos vœux et qui manque cruellement à l’ensemble des IDE qui mouillent leur blouse chaque jour au chevet du patient…

fifou182

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#6

infirmier aux urgences , bientôt 2 ans d'experience

Notre métier est difficile ok, nous l'avons choisi?? Non?
le manque de formation , séminaire, congrès??? ok je suis d'accord, il n'y à pas que la France. Celui ci devient un pays qui n'offre aucune possibilité d'évolution positive par manque de soutien des directions. Pour ma part 5 mois en France sortie de diplôme pas de cdi, pas de service qui me correspond, direction fermé a toute demande d’évolution par la formation (attente d'environ 2 ans minimum), poste de remplacement, interime, travail précaire, pas formé,....etc. Alors ma réaction qui est une parmi tant d'autre , et bien je suis parti de France. 2 ans bientôt: une spécialisation médecine d'urgences en cours en plus du travail, environ 15 séminaires, 6 congrès, 1 congrès en tant que orateur, plusieurs mise en situation, poste dans le service à responsabilité, autonomie de ma profession, relation medico-infirmier au top....etc tous cela payer par mon hôpital qui public et est un CHU. Et pourtant certaine sfois je suis épuisé mais la direction est derrières nous, ma hiérarchie est au top et à l'écoute, cela aide pour le moral et la vie de tout les jours. Alors oui il faudrait se mobiliser, oui il faudrait que nous soyons entendu mais pour cela ne faut il pas aller un peu voir ailleurs et voir comment cela fonctionne pour avoir un impact, une voi qui sera entendu??????.
Je souhaite plein de courage à mes collègues en France qui galère pour certains, d'autre épuisé, d'autre en attente d'un poste qui leurs correspond, mais franchement se plaindre sur les réseau sociaux ne fait pas avancé le shmilblique .... ....
Good nurse is a nurse happy!!!! Good luck everybody

CrisP

Avatar de l'utilisateur

50 commentaires

#5

Bonjour à tous, merci pour les commentaires

Changer l'environnement pour nous adapter serait la solution la plus brillante mais je crains que Moutarde ait raison dans son diagnostic ,
Allez on y croit quand même : résistance !
Quand à Motarde de Dijon, ne craignez pas que ce discours soit inaccessible : les infirmiers sont éminemment philosophes. Épousez un infirmier, vous aurez le beurre et l'argent du beurre . Je suis motard mais d'Albi : vieux motard que jamais !

Motarde de DIJON

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#4

Un langage ésotérique...

Entropie sociologique, thermodynamisme, éléments ordonnés, manifestations géocentriques... L'auteur de cet article, Docteur en philosophie, ne s'économise pas en circonvolutions dialectiques...

Pas sûr que sa brillante démonstration soit comprise par le commun des mortels...

Je connaissais DARWIN (pas personnellement), mais j'ignorais l'existence de LAMARCK. Comme quoi, on ne cesse d'apprendre.

Demain, j'épouse un philosophe!

jber

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

infirmier sans fautes !!!!

cela se fera également en abandonnant l'orthographe !!!
Dommage !

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#2

[••• il est plus que temps de mettre en œuvre des stratégies de fédération•••]

Tout le monde en parle et pas depuis hier… Mais autour de quel projet et porté par qui ? Etant entendu qu'il ne peut s'agir que d’une démarche volontaire…

[•••La pire des choses serait de mettre en œuvre des procédures dégradées qui ressembleraient à du soin « médiocrisé •••]

C’est déjà le cas… pour pouvoir faire plus avec moins de personnel, moins de compétences, moins de moyens, moins de reconnaissance, moins de tout. Je pense par exemple aux glissements de tâches normalisés voire légalisés.

Nous sommes tous obligés de prioriser et évidemment cela ne va pas dans le sens de la qualité/sécurité. Donc j’opte pour la théorie d’une nouvelle espèce.

never25

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

IDE DEPUIS 1 AN DEJA EPUISER

JE TRAVAILLE DANS UN EPHADE OU QUAND IL Y A DES APSENT DANS LE SERVICE INSISTE POUR APPELER CA UN MODE OPTIMISER MEME SI ON EST TOUS (SOIGNANT) POUR DIRE QUE C'EST UN MODE DEGRADER. LES SOIGNANTS SONT MAL CAR PAS HEUREUX DE LA QUALITE DE TRAVAIL QU'ILS FONT, ON S'EPUISE MORALEMENT ET PHYSIQUEMENT ET CA ENTRENNE UN CERCLE VISCIEUX. LA DIRECTION NE FAIT RIEN PUISQUE DE TOUTE FACON LE "MODE OPTIMISER" FONCTIONE SELON LEUR DIRE, OUI LE SERVICE TOURNE MAIS A QU'ELLE PRIS!!!
JE SUIS IDE DEPUIS 1 AN ET JE SUIS DEJA EPUISER. ET EN COLERE CONTRE LE PEU DE RECONNAISSANCE DE NOTRE TRAVAIL QU'ON A. EN EFFET ON SE RETROUVE SOUVANT ENTRE L'ENCLUME ET LE MARTEAU (FAMILLE DES PATIENTS ET DIRECTION OU MEDECIN). ALORS OUI IL Y A UNE FAILLE DANS NOTRE CARAPACE MAIS EN MEME TEMPS ON LUI TAPE DESSU ENORMEMENT.