MODES D'EXERCICE

FPH : un climat social en dégradation dans les mois à venir ?

    Suivant

La maîtrise de la masse salariale constitue le plus important sujet de mobilisation des directeurs hospitaliers en charge des ressources humaines, montre le premier baromètre "des enjeux RH", réalisé pour la Fédération hospitalière de France (FHF) par le groupe de services Obea.

degradation-fonction-publique-hospitaliere

Dans la Fonction publique hospitalière, les politiques RH sont très dictées par les contraintes économiques et budgétaires.

Ce baromètre a été réalisé par le biais d'un questionnaire mis en ligne sur le site d'Obea et relayé par la FHF en mai 2016 (soit avant la création officielle des groupements hospitaliers de territoire, GHT), a expliqué Luc Vidal, directeur général adjoint d'Obea, lors des Rencontres RH de la santé qui se sont tenues à La Baule. Ces journées sont organisées par la FHF et l'Association pour le développement des ressources humaines des établissements de santé et sociaux (Adrhess). Il a précisé que 274 directeurs hospitaliers avaient répondu (directeurs des ressources humaines, directeurs des affaires médicales et directeurs d'établissements de santé et médico-sociaux). Tous les types d'hôpitaux sont représentés. Parmi les répondants, 40% sont directeurs dans des centres hospitaliers (CH). La "quasi-totalité" des CHU a répondu.

Ce premier baromètre des enjeux RH a pour but d'objectiver les besoins des DRH et des directeurs d'affaires médicales, et de mieux comprendre leurs difficultés, a expliqué Marie Houssel, responsable du pôle ressources humaines à la FHF. Il s'intègre dans une démarche développée par la FHF pour accompagner les directeurs, notamment les directeurs en charge des RH, dans le cadre de la mise en place des groupements hospitaliers de territoire (GHT). Pour 80% des directeurs, le climat social est considéré comme positif, a détaillé Luc Vidal. Toutefois, beaucoup prévoient une dégradation, notamment 52% qui anticipent des tensions chez le personnel non médical dans les mois à venir et 26% chez les médecins. Plus de la moitié (52%) font part d'un manque de confiance dans les perspectives économiques des établissements et 58% se disent inquiets du rythme des réorganisations. Ils sont 71% à ne pas être confiants dans l'évolution du secteur de la santé. Mais une grande force existe puisque 80% des directeurs ayant répondu affichent un attachement fort aux valeurs du service public. Ils montrent aussi l'image de professionnels engagés : dans leur métier (à 97%), vis-à-vis de leur établissement (à 75%, en particulier dans les petits établissements) et auprès de la fonction publique hospitalière (pour 55%).

Si les directeurs ayant répondu estiment avoir des moyens de reconnaissance vis-à-vis de leurs personnels, d'autres réponses montrent que leur fonction RH est spécialement sous contrainte, en termes budgétaire et d'organisation du travail. Ils sont en effet 80% à indiquer que la maîtrise de la masse salariale est leur premier sujet de mobilisation, un taux très élevé qu'on ne retrouve pas dans les entreprises privées, a souligné Luc Vidal. Les autres sujets les mobilisant sont l'organisation du travail (pour...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)