MODES D'EXERCICE

Les soignants appelés à se mobiliser le 10 octobre 2017

par .

La Coordination Nationale Infirmière (CNI) appelle les soignants à participer au mouvement de grève des organisations de la fonction publique le mardi 10 octobre 2017. L'objectif : dénoncer les nouvelles restrictions du Gouvernement qui nuisent à la prise en soins des patients. De son côté le SNPI CFE-CGC rappelle combien le malaise est important dans de très nombreux éblissements de santé français.

Les soignants de la fonction publique sont appelés à se mobiliser contre les restrictions du Gouvernement.

Mise à jour le 09 octobre 2017. A Paris, le départ aura lieu à 14h place de la République. Les cortèges se déplaceront ensuite en direction de Nation en passant par la place de la Bastille.

Le 10 octobre 2017 sera jour de mobilisation dans la fonction publique. À l'initiative de plusieurs organisations syndicales (fédérations CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FA (Autonomes), FO, FSU, Unsa et Solidaires), les fonctionnaires sont invités à manifester leur mécontentement contre les mesures prises par le Gouvernement. La Coordination Nationale Infirmière (CNI) s'associe à ce mouvement de protestation et appelle l'ensemble des infirmiers à participer à cette mobilisation. Sourd aux appels des professionnels de santé qui subissent la mobilité à outrance, la surcharge de travail, l'alternance jour/nuit, les rappels à domicile, le gouvernement choisit de répondre par de nouvelles restrictions, déplore la CNI dans un communiqué de presse.

Du côté du SNPI CFE-CGC, le syn­di­cat infir­mier le rappelle, il est impor­tant d'infor­mer des luttes loca­les, afin de par­ta­ger le quo­ti­dien des col­lè­gues face aux plans d’économies impo­sées dans les hôpi­taux et cli­ni­ques de France. Partout, nous sommes confron­tés à une logi­que comp­ta­ble qui n’hésite pas à broyer les soi­gnants et les patients.

Le Syndicat National des Infirmiers Anesthésistes (SNIA) invite également tous les IADE de la Fonction publique à faire grève toute la journée ou un débrayage et à participer aux différentes manifestations prévues. Le syndicat dénonce le profit qui est devenu l'intérêt majeur et appelle les professionnels à tous se sentir concernés, dans [leur intérêt] mais avant tout dans l'intérêt du patient.

L'Union Syndicale de la Psychiatrie se joint également à l'appel à manifester le 10 octobre dénonçant, notamment, une baisse du budget et une mise à mal de la Sécurité sociale, une privation rampante, une baisse du budget des hôpitaux, une baisse du budget de la psychiatrie etc. Dans un communiqué diffusé le 6 octobre, L'USP rappelle son attachement à l'accès aux soins psychiques pour toutes et tous et demande une nouvelle fois au gouvernement de favoriser une politique permettant de promouvoir les services publics et leurs agents, garants d'une répartition équitable de ces services, et notamment des soins, sur l'ensemble du territoire.

Le Syndicat National des Infirmiers de Bloc Opératoire (Snibo) appelle lui aussi l'ensemble des Ibode à la mobilisation le mardi 10 octobre 2017 pour dénoncer les mesures annoncées par le Gouvernement. Et d'ajouter un an après, quasiment jour pour jour, après la première grève de la profession infirmière de l'année 2016 qui dénonçait des conditions de travail déplorables et qui avait rassemblé toute la profession dans les rues, le Snibo dénonce une inertie inquiétante malgré le changement de Gouvernement. Rien n'a changé, les conditions de travail sont toujours déplorables et le personnel soignant soumis à des amplitudes horaires pour garantir la continuité des soins trop souvent "hors" droit du travail. Ces dérives horaires imposées aux Ibode se cumulent avec des astreintes et des gardes qui peuvent parfois générer des journées de travail de 24 heures d'affilée.

Gel du point d'indice, retour du jour de carence, suppressions de postes, les soignants voient rouge

Dès le 1er janvier 2018, le point d'indice des fonctionnaires sera à nouveau gelé. Rappelons qu'il avait déjà été gelé entre 2010 et 2016, et finalement augmenté de 1,2% entre juillet 2016 et février 2017 (+0,6% le 1er juillet 2016 et + 0,6% le 1er février 2017). Les agents de la fonction publique hospitalière vont voir leur pouvoir d'achat diminuer, dénonce Nathalie Depoire, présidente de la CNI. De son côté, Gérald Darmanin, ministre du Budget, estime dans un entretien accordé au Monde, que la formule d'aujourd'hui, qui est l'augmentation du point d'indice, ça fait deux milliards d'euros de dépense publique mais très peu d'augmentation de pouvoir d'achat pour chaque agent public. Il souhaite ainsi prendre davantage en compte, objectivement, le mérite.

Par ailleurs, le jour de carence sera également rétabli en 2018 pour combattre l'absentéisme. Pour Nathalie Depoire, cette mesure ne peut que favoriser un allongement des arrêts maladies pour des agents à bout de force.

Non, les soignants ne sont pas des fainéants qui s'arrêtent dès qu'ils ont envie de congés supplémentaires.

Dans l'ensemble des fonctions publiques, 120 000 postes de fonctionnaires devraient être supprimés d'ici la fin du quinquennat, une mesure qui inquiète particulièrement les soignants. Alors que les conditions de travail au sein des établissements sont de plus en plus délétères, ils exigent que des moyens soient alloués aux établissements pour permettre une augmentation des effectifs au lit des patiens en regard des besoins réels et garantir une prise en charge sécuritaire des usagers. Pour l'heure, aucun détail de répartition n'a été donné sur ces suppressions, mais Gérard Darmanin a annoncé que 1 600 postes seront supprimés dans la fonction publique d'État en 2018.

La définition de ratios soignants au lit du patient par spécialité pour tous les secteurs d'activité est aussi une solution qui pourrait enfin donner un peu d'oxygène aux professionnels de santé.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSSE Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse

X

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)