LIVRE

A lire - Guide des rites, cultures et croyances à l'usage des soignants

par .

Dans son livre « Guide des rites, cultures et croyances à l'usage des soignants », Isabelle Lévy fait le point sur les traditions rituelles des religions et des cultures. Un ouvrage indispensable pour le soignant qui souhaite améliorer l'accompagnement et les soins prodigués dans le respect des croyances de l'autre.

Bougie dans les mains

Mieux comprendre les rites, cultures et croyances

Même s'il est interdit de notifier la religion d'un patient dans son dossier médical, il est nécessaire que le soignant soit informé de ses croyances et pratiques afin d'appréhender ses besoins. Pour mieux comprendre les traditions rituelles des religions et des cultures et ainsi mieux prendre soin, Isabelle Lévy, conférencière et formatrice autour des rites, cultures et religions en milieu hospitalier, consigne dans son ouvrage les principes à connaître. Le « Guide des rites, cultures et croyances à l'usage des soignants » s'adresse aussi bien aux croyants qu'aux athées ou agnostiques et offre un large panorama des doctrines existant à travers le monde, mais pas que.

D'emblée, Isabelle Lévy aborde la question du respect de la laïcité dans les établissements de santé et rappelle notamment que l'article R. 1112-46 du Code de la santé publique stipule qu'à l'exception des ministres des différents cultes, tous les fonctionnaires et agents publics sont soumis au principe de neutralité religieuse dans l'exercice de leurs fonctions. Toutefois, le décret n°74-27 du 14 janvier 1974 souligne que les hospitalisés doivent être mis en mesure de participer à l'exercice de leur culte. La première partie de l'ouvrage est également consacrée aux cultes dans le quotidien institutionnel : prière, calendriers, pèlerinages, lieux de culte... mais aussi à l'interprétariat, l'alimentation et aux soins corporels. Pour chaque sujet traité, l'auteure prend bien soin de donner des conseils concrets aux soignants en fonction des personnes et des situations qu'ils peuvent rencontrer :

  • ne pas déplacer la Bible, le missel ou le chapelet du patient chrétien sans son accord et ne pas lui enlever sa petite croix ou sa médaille de baptême sauf en cas de nécessité ;
  • éviter de programmer un examen médical ou une intervention chirurgicale d'un musulman le vendredi, jour de la grande prière, s'il peut être reporté à un autre jour sans conséquences néfastes pour la santé ;
  • ne pas recourir aux membres de la famille pour la traduction des échanges (censure, mauvaise interprétation, mots inexistants dans la langue maternelle...) ;
  • lors des soins d'hygiène ou médicaux, privilégier le recours à un personnel du même sexe que le patient ;
  • respect de la préséance du côté droit dans le judaïsme, christianisme et islam.

Les grands événements de la vie et le croyant

Guide des rites cultures et croyances à l'usage des soignantsDans la seconde partie de l'ouvrage, Isabelle Lévy revient sur les grands événements de la vie : mariage, maternité, interruption volontaire de grossesse, maladie, vieillesse, mort, toilette funéraire, prélèvements et greffes d'organes... L'auteure offre ainsi une meilleure compréhension des rites culturels et religieux dont il faut tenir compte lorsque l'on soigne une personne croyante. Elle explique notamment qu' une maman peut refuser que l'on donne le lait maternel à son enfant provenant du lactarium. La maman donneuse a pu ingérer des aliments interdits par sa culture (Afrique, Inde...) ou sa religion (judaïsme, islam, hindouisme, bouddhisme). Cette attitude ne peut être acceptée par les personnels si elle va à l'encontre de la santé de l'enfant. Ils n'hésiteront pas à faire appel à un ministre du culte pour lui faire entendre raison si besoin est. Au fil des pages, religieux,  spécialistes et soignants apportent également leur expertise sur le sujet. Ainsi, Yolande, infirmière en soins palliatifs, souligne il ne nous viendrait plus à l'idée, dans notre service, d'appeler un curé pour tout le monde, par exemple, ni de nous fier au patronyme pour en déduire la confession. Chez nous, tous les soignants ont reçu, à leur demande, une formation sur les différents rituels mortuaires. D'ailleurs, quand une personne décède, c'est souvent la famille qui vient nous voir pour nous dire ce qu'il faut faire, sinon, nous allons vers elle. Ainsi, chez les musulmans, la règle nous interdit de toucher le corps, une fois que l'imam ou les hommes de la famille (ou les femmes, s'il s'agit d'une femme) ont procédé à la toilette du défunt. On apprend aussi à tourner le corps dans la direction de La Mecque. Il est évidemment crucial, pour nous, soignants, de connaître ces pratiques afin d'éviter de froisser les proches et de heurter les croyances dans des moments très pénibles.

A noter que tout au long de son ouvrage, Isabelle Lévy partage les coordonnées d'associations ou d'institutions permettant d'obtenir des informations complémentaires sur les différentes thématiques abordées.

La santé avant tout !

Si le respect des traditions culturelles et religieuses du patient est primordial, les diverses revendications, parfois excessives, des personnes hospitalisées ne peuvent pas toujours être prises en compte pour leur propre bien. Dans un article publié dans L'Express le 13 septembre 2004, Isabelle Lévy fait en effet remarquer que l'impératif de santé doit toujours passer avant les interdits religieux et ce quels que soient les préceptes à transgresser et d'ajouter on peut tolérer qu'un patient prie dans sa chambre, exige le respect d'interdits alimentaires dans la limite des menus proposés et du régime prescrit par le médecin, réclame auprès de lui des objets de culte... mais on ne peut absolument pas tolérer qu'un patient décide de mettre sa vie en danger ou risque de perdre son intégrité physique ou mentale sous prétexte de respecter un rite.

Le « Guide des rites, cultures et croyances à l'usage des soignants » est au final très riche et contient nombre de détails contribuant à une meilleure compréhension des traditions, religions et cultures qui nous sont étrangères. Bien entendu, comme le souligne Isabelle Lévy, les éléments rituels n'ont qu'une valeur indicative sachant que l'implication de chaque croyant peut être différente. Toutefois, les situations évoquées ne seront peut-être pas inconnues des soignants...

LEVY I., Guide des rites, cultures et croyances à l'usage des soignants, Éditions DE BOECK ESTEM, Belgique, septembre 2013, 35 € ; en savoir plus sur levyisabelle.net

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Rédactrice Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier AMP

Publicité

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

434 commentaires

#2

hum...

"mais on ne peut absolument pas tolérer qu'un patient décide de mettre sa vie en danger ou risque de perdre son intégrité physique ou mentale sous prétexte de respecter un rite”.
--> c'est plus qu'une histoire de tolérance, dans ce cas, c'est une histoire d'obligation pénale!!

"ne pas recourir aux membres de la famille pour la traduction des échanges (censure, mauvaise interprétation, mots inexistants dans la langue maternelle...) ;"
--> non, surtout secret médical !

KitKat-S

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

.

Wow quelle preuves d'ouverture d'esprit ! Je trouve ça très bien, tant que ça soit fait à part égale pour n'importe quelle religion !