LIVRE

La leçon de Rose mag : "Je suis blessée mais jamais je ne gémis. Je suis une guerrière"

par .

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

    Précédent Suivant

Le ton est donné, l'édition automne/hiver de Rose Magazine, 17e du nom, reste fidèle à son engagement : rendre "visibles" les personnes malades du cancer - ou celles qui l'ont été -, et montrer qu'elles ont autant de visages et d'espoirs que de douleurs et de désillusions, sans oublier la fantaisie et le plaisir d'imaginer un quotidien qui nous laisse admiratif devant tant d'énergie déployée avec et malgré la maladie. Ces quelques articles présentés ici en témoignent !

rose mag 17e pub

Pourquoi des pubs ? Parce qu'elles sont le miroir que nous tend notre époque - miroir où se mirent des corps parfaits, sans aspérités, iréels. "Elles portent, à présent, vos visages et nos valeurs. La combativité, la douceur, la sensualité, la sororité..."

Face au cancer, nous le savons toutes, il n'y a pas de petite victoire. Avancer en est une. Rester debout aussi. une autre victoire : se dresser, regard fier, stigmates et blessures révfélés, devant l'objectif d'un photographe comme l'ont fait dix femmes, adhérentes à notre association. Elles sont les modèles du portfolio où nous interprétons des publicités célébrissimes. Pourquoi des pubs ? Parce qu'elles sont le miroir que nous tend notre époque - miroir où se mirent des corps parfaits, sans aspérités, iréels. Ces images, ces mythologies contemporaines, nous les avons réinvesties. Redéfinies. Leur avons donné uin nouvel élan. Insufflé la vie. Elles portent, à présent, vos visages et nos valeurs. La combativité, la douceur, la sensualité, la sororité... tel est le message impulsé par Céline Lis-Raoux, Directrice de l'association RoseUp dans son édito. 

Malade ? Le mot est trop petit, trop étriqué. Le cancer n'est pas un rhume. Le cancer ne s'attrape pas, c'est lui qui vous attrape. Dans le mot cancer, il y a de l'injustice. de la traitrise. c'est le corps qui renonce. qui cesse de vous défendre. Sorj Chalandon

L'histoire de Gaëlle nous est racontée... Il était une fois... une folle envie. Celle de porter un soutien-gorge chic et féminin, et adapté aux femmes mastectomisées. Gaëlle le voulait tant qu'elle a sollicité la marque Princesse tam.tam. et son rêve est devenu réalité. Gaëlle, professeur d'arts plastiques apprend en 2018 qu'elle a un cancer du sein infiltrant. Chimiothérapie, mastectomie, thérapie ciblée... En attendant sa reconstruction, pas question de renoncer aux dentelles et à la féminité... De fil en aiguille, les réunions de travail et les ajustements donnent naissance au soutien-gorge idéal. J'en ai rêvé ! s'exclame Gaëlle. Elles l'ont fait ! Depuis Gaëlle planche sur un projet de maillot de bain. Elle souhaitait glisser un petit message aux femmes : "Faites-vous dépister, ne négligez pas l'autopalpation", et elle a pensé le faire imprimer au dos de l'étiquette. et devinez quoi ? Princesse tam.tam lui a dit Banco !

J'avais besoin d'être actrice. De ne pas subir. Envie de projets, de transformer ce qui m'arrivait. Une thérapie en quelque sorte. Gaëlle

rose mag 17e soutien-gorge

Autre lieu pour une autre aventure. Au coeur du désert marocain, le raid coeur d'argan, organisé au profit de la lutte contre le cancer réunit des participantes toutes concernées par la maladie. Du haut des dunes, paysage lunaire, Julie reste sans voix : je ne crois pas avoir déjà vu quelque chose d'aussi beau dans ma vie. Ce paysage... et ces femmes qui ont enduré tant d'épreuves pour en arriver là. C'est l'équipe des Succulentes des dunes qui a remporté la victoire cette année. Un trio de femmes qui se sont rencontrées lors d'un programme d'accompagnement des personnes touchées par le cancer, en 2017. Elles sont depuis inséparables. 

Le raid c'est notre bulle hors du temps, on pensera au cancer en rentrant, pas avant. Sandra

rose mag raid coeur d'argan

L'expérience du cancer transformée en compétence validée par un diplôme, puis en métier ? ... C'est ce qui s'est passé pour Sabine, "patiente partenaire" à l'Institut du sein de Bordeaux. C'est un nouveau métier pour cette ancienne orthophoniste. J'avais 48 ans lorsqu'on m'a diagnostiqué un cancer du sein. La maladie a remis le curseur sur ce qui était vraiment important pour moi. J'ai voulu rendre cette période constructive, en faire un tremplin vers quelque chose de positif au service des autres. Comme une évidence, elle entreprend de se former à la "mission d'accompagnant de parcours du patient en cancérologie", titre d'un diplôme universitaire (DU) délivré par l'université Pierre-et-Marie Curie qui en dispense les cours dans le cadre de l'Université des patients.

C'est magnifique, tu peux devenir une personne ressource pour d'autres !

Le portfolio imaginé pour ce 17e numéro réinterprète huit publicités célébrissimes en y intégrant des femmes touchées par le cancer. C'est vraiment impressionnant ! Puissante et sexy dans l'interprétation de Wonderbra, séductrice dans l'image inspirée d'Aubade ou guerrière pour Invictus... ces dix femmes sont plurielles : parfois fortes, parfois fragiles, soeurs, mères, amantes et amies. Version parfumée : "Invaincue - Je suis le maître de mon destin. Je suis le capitaine de mon âme" et "On vous adore". Version sexy : "Leçon N°1 : s'aimer" et "Regardez-moi dans les yeux... J'ai dit les yeux". Version sportive : I Did it. Version lunettée : Avant j'avais un cancer". 

Rose mag 17 nike

Ma cicatrice, c'est le tatouage de ma vie, nous dit Ophélie

Ce 17e numéro nous offre bien d'autres sujets, traités avec gravité - "Handicap & cancer : la double peine" - ou plus de légèreté, même s'ils sont graves "Voyage en alopécie" ou "Reconstruction mammaire : à quel sein se vouer ?" Une place importante est également faite, comme à l'habitude, à la mode, au bien-être, à la forme, à la beauté ou au goût, histoire de ne pas oublier les petites choses de la vie qui produisent de grands effets, même lorsqu'il faut les conjuguer avec la maladie.

Mention spéciale pour finir à la vague formidable produite, à travers le monde, par la pratique du dragon boat dont la finalité est d'améliorer la qualité de vie des patientes. Nous avons déjà assez ramé avec la maladie. Maintenant nous pagayons ! résume avec humour une des Dragon Ladies d'Annecy. Le cancer isole. Dans le dragon boat, les équipières oublient un moment la maladie et s'ouvrent à l'autre. c'est le premier pas vers la guérison, souligne Un gynécologue obstétricien, à l'origine du club des Dragon Ladies Lo.Ve, à Saumur. 

 Rose 17 boat

Je suis blessée mais jamais je ne gémis. je suis une guerrière... nous dit Mélody

Laissons le dernier mot à Céline Lis-Raoux, à RoseUP, nous avançons pour et avec vous. Cette aventure, c'est notre aventure commune. Rejoignez-nous pour construire un présent meilleur et un avenir possible pour les malades du cancer : rose-up.fr

Rose Magazine en pratique

Couv Rose 17Edité à 200 000 exemplaires, Rose Magazine est gratuitement disponible dans 1 150 services de cancérologie des hôpitaux publics, dans les 20 centres de lutte contre le cancer et dans les relais H hospitaliers en France. Il est disponible également dans les territoires d'outre-mer grâce au soutien de la Fédération Hospitalière de France.

- Suivre Rose sur sa page facebook

- Suivre Rose sur son compte twitter

Et Rose Association est devenue RoseUp ! 

Retrouvez tous les articles de Rose Magazine sur infirmiers.com

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Publicité

Commentaires (0)