LIVRE

A lire - La sélection du mois de mai d'infirmiers.com

par .

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

Chaque mois, la rédaction d'Infirmiers.com vous propose ses conseils de lecture… Une nouvelle rubrique comme une occasion d'affûter sa curiosité et de parfaire son savoir dans bien des domaines !

La méthode de Naomi FeilLa méthode de Naomi Feil à l'usage des familles

Reconnue et utilisée dans le monde entier, la Validation de Naomi Feil est une méthode d'accompagnement pour les personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer ou de maladies apparentées. L'auteur, Vicki de Klerk-Rubin, met la Validation à la portée du plus grand nombre et des familles des malades en particulier. Elle propose une méthode pour rejoindre la personne désorientée dans sa réalité, en acceptant ses ressentis face à la difficulté de la situation et en mettant de côté nos propres sentiments, le temps de la relation, afin d'accueillir ceux du proche malade. Il s'agit d'observer, de trouver la juste distance et d'utiliser les techniques appropriées pour procurer un soulagement aux grands vieillards et leur permettre de se sentir acceptés tels qu'ils sont devenus, en évitant ainsi le repli sur soi. Les nombreux exemples concrets présentés constituent autant d'outils pratiques pour garder le lien, communiquer, accompagner et valoriser ses proches désorientés.

La Validation est une méthode pour communiquer avec les très vieilles personnes et les accompagner dans la dernière étape de leur vie. L'objectif est autant d'aider ces personnes à aller mieux que de permettre aux aidants de changer leur approche et ainsi de pouvoir entrer dans la réalité personnelle de celui dont ils s'occupent.

• La méthode de Naomi Feil à l'usage des familles. La validation pour garder le lien avec un proche âgé désorienté, Vicki de Klerk-Rubin, Editions Lamarre 2e édition, mars 2015, 25,50 €.

Bien vivre auprès d'un proche atteint d'AlzheimerBien vivre auprès d'un proche atteint de la maladie d'Alzheimer

Même si le terme d’éthique est connoté positivement dans nos esprits, il peut, d’une certaine façon, sembler inaccessible et loin de notre quotidien. Pourtant, que le lecteur se rassure : l’éthique est tout sauf inabordable, elle est même tout à fait pratique, et son application ne se cantonne pas aux seuls domaines de la réflexion philosophique ! Les soignants professionnels ont développé de véritables outils issus de l’éthique : des aides qu’ils utilisent quotidiennement dans leur travail d’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Dans cet ouvrage, ces aides sont rendues accessibles aux aidants familiaux. À partir de nombreux témoignages et exemples tirés de lapratique sur le terrain, les situations et problématiques quotidiennes que rencontre le conjoint, l’enfant ou l’ami qui accompagne un de ses proches malade, à son domicile ou en institution, sont explorées : le moment de la toilette, des repas, la conduite automobile, la déambulation et les fugues, la vie de couple, les questions du mensonge, de l’annonce du diagnostic, du maintien à domicile, de l’entrée en institution… Comment l’éthique permet-elle d’aborder ces situations ? Comment prendre quotidiennement ces décisions petites et grandes qui constituent, dit-on, le « fardeau » de l’aidant ? Ce livre met à disposition ces outils qu’offre l’éthique, pour qu’aidant et aidé puissent bien vivre ensemble.

De nouvelles aides dans l’accompagnement quotidien d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer.

• Bien vivre auprès d'un proche atteint de la maladie d'Alzheimer. Outils et réflexions éthiques à l'usage des familles et des soignants, Corine Ammar, Faustine viailly, Benoït Michel, Collection Comprendre, Editions de boeck, février 2015, 20 €.

Vérité de soi et quête de sensVérité de soi et quête de sens

« La parole est le propre de l’homme. Elle lui permet de dire ce qui est et ce qui n’est pas. Le problème est que les mots sont terriblement imparfaits. Ils n’arrivent jamais à dire la totalité de ce qui est. Ils sont réducteurs, simplifient les choses. Mais il n’y a pas lieu d’y voir un drame. L’imperfection de la parole est en réalité une chance : elle fait des hommes des êtres créateurs. Certes ce qu’ils créent est imparfait, mais cette imperfection sera elle-même à nouveau source de création. Qu’en est-il lorsque les êtres humains racontent leur vie? Là aussi ils utilisent des mots imparfaits. Dans une relation de soin, ils les utilisent pour se faire connaître, établir un lien, arriver à une intelligence commune. Mais l’essentiel est que narrer sa vie c’est la créer. Les mots imparfaits que j’utilise pour parler de moi sont créateurs d’un “autre moi”. Nul ne sait totalement ce qu’il est. Lorsque l’homme se raconte, il découvre dans les interstices des mots cet autre lui-même qu’il ne connaît pas et qui surgit de l’imperfection des mots. En se racontant, il advient. Et lorsque, en tant que soignant, on se met à l’écoute du soigné qui se raconte, ce n’est pas là un simple acte d’écoute, mais un acte catalyseur de création. » (Extrait de la préface)

Peut-on établir une relation soignante sans tenir compte des récits de vie ?

• Vérité de soi et quête de sens - Le récit d'une vie dans la relation de soins, Sous la direction de Jacques Quintin, Editions Liber, juin 2014, 22 €.

Guéris vite ou va au cielGuéris vite ou va au ciel !

François a 17 ans. Un âge où on n'est pas sérieux, un âge où on a la vie devant soi, un âge où on ignore volontiers que la vie et la mort se confondent. Le jour où il apprend qu'il est atteint d'une leucémie, on fête les 7 ans de la petite dernière de ses soeurs : "C'est mon anniversaire, et tout le monde est triste", s'exclame la gamine pour qui cette maladie a un nom de fleur. Agathe, qui est la deuxième de cette famille, catholique et pratiquante, de huit enfants, qui fait des études d'infirmière, ne comprend que trop bien, elle, le calvaire qui commence pour les siens au risque de leur foi. Sans aucun pathos, ce récit poignant suit les longs mois d'hospitalisation de François : les rémissions, les espoirs, les rechutes, les élans, l'insouciance, l'obsession, la gaieté, l'angoisse, et la prière. Agathe ne se tourne pas vers le Ciel pour lui demander pourquoi. Elle veut croire que Dieu n'envoie jamais d'épreuves insoutenables, qu'il faut avec Blaise Pascal implorer le bon usage des maladies, qu'il convient de se couler dans la Providence. Alors que François meurt, Agathe apprend à vivre. François mort, le témoignage d'Agathe constitue une leçon d'espérance sans concession à l'esprit dévot ou à l'air du temps.

Un témoignage lumineux à lire comme l'on prend un fortifiant. Un manuel de traversée des pires épreuves sans désespoir ni ressentiment.

• Guéris vite ou va au ciel, Agathe Brunet, Editions du Cerf, janvier 2015, 14 €.

On dit qu'ils sont fous et je vis avec eux

On dit qu'ils sont fous et je vis avec eux

Vivre avec les fous ! Les soigner d'accord, mais partager le même toit ? Pour une psychiatre censée garder ses distances avec ses patients, ça n'est pas très professionnel... Quelle mouche a donc piqué Marie-Noëlle Besançon quand elle a décidé de créer un étrange lieu de vie : une maison où des personnes, souffrant de troubles psychiques, et des "bien portants" font la cuisine, partagent des repas, apprennent l'informatique, gèrent une friperie et organisent des défilés de mode ? Ce livre raconte l'aventure passionnante d'une femme et de son mari qui, avec l'aide d'une association, ont pris le risque insensé de mettre en œuvre une utopie : sortir ceux que l'on appelle les fous de l'enfermement de l'hôpital sans les abandonner à la rue et à la précarité, les reconnaître comme des humains sans les réduire aux maux dont ils souffrent. Ainsi est née la Maison des Sources, une formidable bouffée d'espoir et d'amour, où chacun, tort de ses fragilités et s'enrichissant de l'autre, est invité au festin de la vie.

La Maison des Sources, une formidable bouffée d'espoir et d'amour, où chacun, tort de ses fragilités et s'enrichissant de l'autre, est invité au festin de la vie.

• On dit qu'ils sont fous et je vis avec eux, Marie-Noëlle Besançon, avec la collaboration de Marie-Thérèse Renaud, Editions de l'Atelier, février 2015, 20 €.

A lire également

  • La peine d'être vécue, témoignage, Priscilla Deborah, Les Arènes, février 2015, 17 €.
  • Un enfant cousu de fil blanc, Lisa Heme, IS Edition – Libres d'écrire, 2014, 15,50 €.
  • Cannabis sur ordonnance, Martine Schachtel, Editions Albin Michel, janvier 2015, 15 €.
  • Journal d'une interruption sélective de grossesse, Soizic Beauchard, érès, mars 2015, 9 €.
  • D'une île à l'autre, Tanguy Hébert, Edilivre, 2013.
  • Fausses impressions, Anita Banos-Dudouit, Editions du bout de la rue, 2014, 15 €.
Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Livres de la rédaction

Publicité

Commentaires (0)

EM