LEGISLATION

Ehpad : l'aide à la prise de médicaments n'incombe pas qu'aux IDE

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

L'aide à la prise de médicaments pour les personnes en perte d'autonomie au sein des établissements et services médico-sociaux peut être assurée par toute personne chargée de l'aide aux actes de la vie courante et ne relève pas des seuls infirmiers, a rappelé la Cour de cassation.

prise de médicaments

La Cour de cassation rappelle le cadre de l'aide à la prise de médicaments.

Dans un arrêt rendu le 2 décembre, publié au bulletin de la Cour de cassation, la chambre sociale a confirmé le licenciement pour faute d'une salariée d'un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) qui avait refusé de distribuer des piluliers nominatifs aux résidents lors des repas servis dans les chambres.

Elle traduit pour la première fois dans sa jurisprudence l'application de l'article L313-26 du code de l'action sociale et des familles, créé par la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST) du 21 juillet 2009. Cet article prévoit qu'au sein des établissements sociaux et médico-sociaux, lorsque les personnes ne disposent pas d'une autonomie suffisante pour prendre seules le traitement prescrit par un médecin à l'exclusion de tout autre, l'aide à la prise de ce traitement constitue une modalité d'accompagnement de la personne dans les actes de sa vie courante. L'aide à la prise des médicaments peut, à ce titre, être assurée par toute personne chargée de l'aide aux actes de la vie courante dès lors que, compte tenu de la nature du médicament, le mode de prise ne présente ni difficulté d'administration ni d'apprentissage particulier, selon l'article, qui prévoit aussi la rédaction d'un protocole d'information sur le traitement. L'objectif était d'encadrer la pratique en rassurant les personnels des établissements, qui refusaient parfois de distribuer des médicaments par crainte de voir leur responsabilité engagée, rappelle-t-on.

Revirement de la salariée

La salariée à l'origine du contentieux avait été engagée en 1993 comme agent de service de salle à manger par une résidence mutualiste de Haute-Vienne. Sa fiche de fonction faisait notamment référence à l'aide à la prise de médicaments, sur délégation et sous la responsabilité de l'infirmier ou infirmière.

Pendant de nombreuses années, elle a effectué une distribution de médicaments aux résidents lorsque le petit-déjeuner était servi en salle à manger. Ces médicaments sont préparés en amont par les infirmiers qui les placent dans des piluliers nominatifs déposés sur des plateaux individuels.

En mai 2010, son employeur lui a infligé une mise à pied suite à son refus de poursuivre cette distribution lors du service du déjeuner en chambre. Elle a réitéré son refus en juillet suivant, quelques jours après avoir suivi une formation spécifique sur la distribution de médicaments, selon l'arrêt.

La Mutualité française limousine a alors prononcé son licenciement pour faute, ce qu'a confirmé la cour d'appel de Limoges dans un arrêt du 26 février 2013. La salariée s'est pourvue en cassation contre cette décision, en faisant valoir trois arguments.

Elle invoquait en premier lieu les dispositions du code de la santé publique encadrant les actes pratiqués par les infirmiers, qui peuvent les assurer sous leur responsabilité avec la collaboration des seuls aides-soignants, auxiliaires de puériculture ou aides médico-psychologiques.

Elle considérait que la cour d'appel ne justifiait pas en quoi les médicaments en question ne présentaient pas en l'espèce de difficulté d'administration ni d'apprentissage particulier.

Enfin, elle faisait valoir qu'ayant été engagée comme "agent de service-salle à manger", elle pouvait légitimement refuser de distribuer des médicaments lors des repas pris en chambre.

La Cour de cassation a rejeté tous ces arguments, en rappelant d'abord les termes de l'article 313-26 du code de l'action sociale et des familles, avant de confirmer l'analyse de la cour d'appel qui notait que la salariée avait accompli les tâches litigieuses pendant de nombreuses années lorsque le repas était servi en salle.

Ayant constaté que la salariée, engagée comme agent de service de salle à manger, distribuait les médicaments et assistait les résidents à la prise de médicaments lors des repas, conformément à sa fiche de poste, mais qu'après que certains de ces repas avaient été servis dans les chambres, elle avait refusé de remettre à leurs destinataires les piluliers nominatifs placés sur les plateaux repas qu'elle distribuait, la cour d'appel en a exactement déduit que la salariée avait commis une faute, note la Cour de cassation.

Elle a donc rejeté son pourvoi en la condamnant aux dépens.

Arrêt de la Cour de cassation n°13-28505.

Retour au sommaire du dossier Profession infirmière et législation

Publicité

Commentaires (6)

Claude-Louise

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#6

Langage écrit

Dans un cadre professionnel, le vocabulaire, l'orthographe, la syntaxe ainsi que la lisibilité de l'écriture participent à la qualité des transmissions. Ils témoignent aussi du niveau d'instruction et sont un des reflets de l'image que l'on donne d'une profession.
Or, les forums dont les textes sont cousus de fautes et dénués d'accentuation et de ponctuation sont illisibles et portent préjudice à l'objectif recherché.
Il est difficile de ne faire aucune faute mais on peut faire un petit effort dans ce sens, au moins par politesse.
Il est aussi dommage de ne pouvoir corriger ses propres fautes une fois le message posté !

Claude-Louise

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#5

EHPAD

Le statut des Ehpad est batard, notamment dans les établissements de petite taille, car nous nous heurtons à l'ambiguïté suivante : les résidents vivent dans leur domicile, ils sont suivis par des soignants exerçant en libéral(médecin, kiné, pédicure, pharmacie, ...) et pourtant le fonctionnement ressemble à un système hospitalier (infirmières salariées, contraintes de la vie en communauté, ...).
Des établissements dans lesquels s'installent des résidents pour des raisons diverses mais principalement pour la sécurité médicale.
Or, la continuité des soins n'est pas assurée faute d'infirmières de nuit, à moins de recourir au 15, et exclut par conséquent, à titre d'exemple, des dispositifs tels des perfusions IV. Ce qui me conduit à évoquer, juste pour mémoire, la notion des soins palliatifs.
Par ailleurs, comme nous l'éprouvons quotidiennement, le recours à un médecin - sans rendez-vous préalable et déjà difficile à obtenir - relève de la gageure.
Tenant compte de la progression des moyens de maintient à domicile des personnes âgées et au regard de l'âge moyen des résidents ainsi que des pathologies dont ils souffrent, il conviendrait d'adapter le statut des Ehpad aux nouvelles réalités.

Sur un registre différent, j'ajoute encore une remarque : dans un même établissement, la différence d'âge entre les plus âgés et les plus jeunes des résidents peut dépasser largement les 40 ans. Cohabitent donc trois générations. Bien que l'âge ne soit pas un critère de santé, les résidents les plus jeunes, souffrant par exemple d'une dégénérescence liée à l'âge, se trouvent, comme je l'ai entendu, avec des vieux, ce qui ne participe guère à leur mieux-être.

Claude-Louise

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#4

En cas d'erreur

En réponse à infthomas.
Quand on délègue un acte on ne délègue pas sa responsabilité.
L'article évoque la possibilité de protocole, ce qui n'exclut pas tout risque. Je suis infirmière en Ehpad et comme elle je me pose cette question. Je prends en charge la distribution des médicaments mais pas toujours leur administration. Quand des ESI sont dans l'établissement dans lequel je travaille, je leur délègue une partie de la distribution des médicaments après m'être assurée de leur compétence . Le plus souvent nous le faisons ensemble ce qui permet à la fois vigilance pour moi et autonomie pour elles.
Je ne manque pas non plus d'informer les AS sur la possibilité qu'elle ont de distribuer les médicaments comme une précédente jurisprudence concernant un AS nous avait permis de lever le doute. Je m'étonne d'ailleurs qu'il ne soit pas ici question de ce cas.

Claude-Louise

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#3

Administration des médicaments

En réponse à Bronco. L'article L313-26 cité indique la condition suivante : " ... dès lors que, compte tenu de la nature du médicament, le mode de prise ne présente ni difficulté d'administration ni apprentissage particulier.".
Ce n'est pas le cas de la GEP dont l'administration relève par conséquent du rôle infirmier.

infthomas

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#2

et en cas d erreur

Quid de la responsabilité en cas d erreur ? Malgres que cela soit nominatif une erreur peut arrivée dans ce cas la c est l ide ou l agent de service qui porte la responsabilité ? Article intéressant dans les faits il manque cependant une part d analyse

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#1

GEP et administration de traitements .

Quant'est-il du point de vue législatif pour les patients porteurs de GEP ? Acte de la vie courante ou pas ? Qui dans ce cas doit administrer ? IDE ou AS , AMP voire agent de service ?
Quelqu'un peut-il me renseigner ?
Par avance merci .