LEGISLATION

L'entretien pré-don de sang par les infirmiers bientôt généralisé

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

Les pouvoirs publics prévoient d'ouvrir définitivement la réalisation d'entretiens préalables au don du sang par les infirmiers, après une expérimentation concluante sur l'ensemble de la France, selon un projet de décret soumis à consultation dont l'APM a eu copie.

don du sang prélèvement

L'entretien pré-don de sang par les infirmiers va être généralisé après une expérimentation concluante.

Alors que ces entretiens étaient uniquement menés par des médecins, une première expérimentation pour intégrer les infirmiers au dispositif a été conduite en 2007 dans trois établissements régionaux de transfusion sanguine. Une nouvelle expérimentation, plus longue et sur l'ensemble du territoire français, a été menée à partir de la mi-2015.

Entre avril et décembre 2015, 112.000 entretiens pré-don ont été effectués par une centaine d'infirmiers volontaires, avait rapporté le président de l'Etablissement français du sang (EFS), François Toujas, en juin 2016. Le dirigeant avait évoqué une généralisation de l'entretien infirmier pour 2017, tandis que le directeur de l'EFS Ile-de-France, Rachid Djoudi, avait assuré qu'il n'y avait pas de différence significative dans l'expérimentation entre les entretiens menés par les infirmiers et ceux conduits par les médecins en termes de contre-indications au don du sang, de sécurité et de qualité.

Afin de permettre la généralisation, le projet de décret prévoit de modifier le code de la santé publique pour indiquer que le personnel infirmier disposant d'au moins deux ans d'expérience dans l'activité de collecte est autorisé à réaliser des entretiens pré-don. Les infirmiers devront avoir obtenu une habilitation mise en place par l'EFS et le Centre de transfusion sanguine des armées (CTSA), et avoir suivi une formation à l'entretien préalable au don. Le personnel ayant réalisé l'entretien pré-don ne pourra pas assurer la collecte pour un même donneur. En cas de difficulté ou lorsqu'un risque de contre-indication apparaît lors d'un entretien, l'infirmier devra faire appel au médecin titulaire.

L'EFS rendra dans un délai de 15 mois à compter de la publication du décret un rapport sur la généralisation de l'entretien pré-don infirmier. Ce rapport comparera les données obtenues lors de l'expérimentation avec celles recueillies depuis la généralisation sur une durée de 12 mois. Il comportera notamment des données de sécurité sur les entretiens pré-don réalisés par les infirmiers concernant les premiers dons ainsi que sur les entretiens pré-don réalisés par des infirmiers inclus après l'expérimentation. Il est prévu que le décret entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Retour au sommaire du dossier Profession infirmière et législation

Publicité

Commentaires (2)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#2

!!

eh ben...si ça se passe comme en hygiène en médecine du travail, bon courage !

à l'inverse en scolaire, les admin essaye de mettre la pression aux IDE pour faire fasse des actes médicaux

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#1

Quelle avancée !

Bonjour,
Des infirmiers capables de poser des questions en suivant un questionnaire pré-établi.
En plus, lorsqu'ils cochent une case grisée faisant apparaître une possible contre indication, ils préviennent le medecin...
Qui aurait pu croire cela possible ??
On marche sur la tête !! Pour rappel, l'entretien clinique (Recueil de données) fait parti du rôle propre infirmier depuis le décret d'acte de 1993.
Cordialement