INFOS ET ACTUALITES

50ème anniversaire de la MNH : la solidarité d’abord

Cet article fait partie du dossier :

MNH

    Précédent Suivant

A l’occasion de son congrès, la MNH a réaffirmé ses valeurs et exprimé ses nombreux désaccords avec la politique sociale du Gouvernement, qu’elle porte sur l’assurance maladie, la gestion des personnels hospitaliers ou le projet de réforme des retraites.

Comptant plus de 650 000 adhérents, professionnels de la santé et du social, et protégeant 1 200 000 personnes, la MNH - Mutuelle Nationale des Hospitaliers - fête cette année son cinquantième anniversaire. A l’occasion de son assemblée générale, les 24 et 25 juin, elle a réaffirmé ses valeurs (service public et solidarité), annoncé son rapprochement avec des mutuelles de la fonction publique (représentant au total plus de 6 millions de personnes protégées) et s’est félicitée de sa bonne santé financière. Elle s’est également prononcée contre une bonne partie de la politique gouvernementale en matière de protection sociale.

Elle dénonce notamment « des transferts de charges de plus en plus importants sur les budgets des ménages », l’absence de mesures contre les dépassements d’honoraires (qui atteignent 2 milliards d’euros cette année !), le financement de l’assurance maladie par des taxes « bafouant l’équité », l’aggravation des inégalités d’accès aux soins primaires.

Elle s’élève contre les suppressions de poste dans les établissements publics et le « démantèlement du service hospitalier » par la loi HPST.

Elle se prononce en faveur d’un Indice Santé Hospitalier, projet de loi d’initiative parlementaire soutenu par l’ensemble des fédérations hospitalières publiques et privées et qui aurait pour objet de «  mesurer l'évolution réelle des charges pesant sur les établissements de santé, afin d’éclairer les décideurs publics dans leurs décisions. »

Elle condamne le projet de réforme des retraites, en particulier le recul de l’âge légal de départ, en insistant sur le fait qu’il ne tient pas compte de la pénibilité des métiers, dont on sait qu’elle est forte dans les métiers du soin. Enfin, elle s’inquiète de la non-reconnaissance des mutuelles par le droit européen, qui les assimile à des sociétés d’assurance privées, « alors même que leurs objets et leurs objectifs sont opposés. »

En définitive, les délégués de la MNH à son assemblée générale déplorent l’incitation à l’individualisme et la disparition des « repères sociaux et institutionnels ». Ils plaident pour une « protection sociale de qualité », qui « génère la confiance des citoyens », « nécessaire au bon fonctionnement de la société. »

Creative Commons License


Rédaction Infirmiers.com
serge.cannasse@izeos.com

Retour au sommaire du dossier MNH