AU COEUR DU METIER

"Aujourd'hui, moi, le solide, le motivé, je suis tombé..."

L'hôpital, ce lieu qui se devrait hospitalier tant pour les soignants qui le font vivre que pour les patients qui y ont recours, l'hôpital est devenu maltraitant malgré lui : il épuise les acteurs du soin, ne leur laissant que de frêles perspectives pour des jours qui se voudraient plus apaisés. Quand le soignant, qui se croit solide et infaillible pour les autres, tombe à l'heure de l'introspection, l'addition est douloureuse - quand elle ne fait pas le lit de la culpabilité. Au travers de deux textes très intimes que nous livre Morgan, infirmier "sur la touche", nous mesurons combien n'être devenu qu'un numéro sur la ligne d'un planning toujours plus tendu, substitue à la compassion attendue l'insupportable souffrance au travail.

homme qui tombe

Aujourd'hui, moi, le solide, le motivé, je suis tombé. Tombé si bas que j'ai du pour quelques semaines m'extraire de ce tourbillon infernal, dominé et dirigé par des administratifs et non pas par des soignants.

Je suis infirmier aux urgences d'un hôpital depuis 3 ans. J'ai quitté ma famille, en province, pour ma carrière car j'avais et j'ai toujours des ambitions, d'avoir une carrière utile, qui puisse changer quelque chose pour ma profession. Je me suis beaucoup investi, mais je me suis retrouvé face au mur de mes cadres et cadre supérieur, probablement par une guerre d'ego et en représailles de la grève des urgences (ça n'est qu'une supposition). Il y a un mois, j'ai sombré dans une dépression, tiraillé entre les préoccupations matérielles et futiles de ma hiérarchie et les miennes : prendre en charge de manière optimale mes patients. J'ai dû mal à m'en sortir car je culpabilise beaucoup d'être sur la touche. J'aime écrire alors voici les textes que je voudrais partager avec "ma" communauté soignante car j'assume ce que j'écris. Je pense d'ailleurs écrire un ouvrage sur la période que je traverse.

Mon corps a dit stop

L'aurais-je cru moi, le passionné, l'amoureux, même, de la médecine d'urgence, que j'allais finir par craquer comme tant d'autres avant moi ? L'aurais-je cru, il y a 3 ans, que la surmotivation que j'avais, mes ambitions de faire avancer ma profession allaient finir par se retourner contre moi, probablement pour une guerre d'égo ?

L'aurais-je cru, à l'heure de quitter ma famille, de me séparer de mes amis, avec l'envie d'avoir une grande et utile carrière, que je trouverai si peu d'humanité, si peu de de reconnaissance ? Aurais-je cru un jour me sentir comme un numéro, un code, une ligne sur un planning ? Aurais-je cru que l'institution me rendrait maltraitant sans aucune compassion ni soutien ?

Aujourd'hui, moi, le solide, le motivé, je suis tombé. Tombé si bas que j'ai du pour quelques semaines m'extraire de ce tourbillon infernal, dominé et dirigé par des administratifs et non pas par des soignants. Qui savent pointer les erreurs, de manière accablante pour certains de mes collègues, qui tombent aussi, je le sais. Mais qui jamais ne relèvent le positif, lorsque tu en chies un matin ou un après-midi d'enfer. Alors oui, je suis entouré, de ma famille, que j'aime profondément. De mes collègues qui sont devenus pour certains des amis que je peux réveiller à n'importe quelle heure, en pleurs, et avec qui je retrouve du réconfort. Des quelques amis de ma ville d'origine que je revois et qui comprennent le conflit entre mon amour pour mon métier et les manières dont on doit l'exercer.

Aujourd'hui je suis tombé, mais je vais me réparer et je vais me relever. Je vais revenir, rapidement, c'est mon souhait. Mais par dessus tout je n'espère qu'une chose : ne nous taisons plus.

Le jour de trop

Elle est arrivée un jour de Septembre, l'automne s'installait, et ma mélancolie aussi. C'était beau dehors, les feuilles orangées tombaient des arbres, la nuit tombait de plus en plus tôt mais le noir s'est installé dans ma tête encore plus tôt. Je ne l'ai pas reconnue de suite, j'étais en plein combat contre elle, mais elle avait des armes et j'étais désarmé. Des personnes plus haut gradées ne faisaient que l'appeler inconsciemment, ou peut être sciemment, invoquant la charge de travail comme source de mon mal être.

Comme une traître, elle attaquait la nuit, elle savait que je n'avais pas mon armée de soutiens. Elle savait que j'étais obstiné, que j'allais tout faire pour la repousser. Elle savait que j'avais de l'égo et que je jamais je ne pensais qu'elle m'inviterait en tête à tête. J'étais persuadé qu'elle ne traînait qu'avec les autres. Quel con.

Et puis elle a lancé l'attaque ultime, celle qui vous met au sol. Celle qui vous pourri le cerveau d'idées noires, celle qui vous empêche de vous lever, celle qui vous interdit de manger, celle qui vous fait sentir comme le plus faible, et qui vous fait culpabiliser. J'ai riposté, mais elle a ramené avec elle un autre ennemi : le passé, qui vous rappelle qu'adolescent vous étiez plutôt rejeté, plutôt harcelé notamment dans votre club de basket. Elle et lui ont réouvert des livres que je pensais clos depuis des années.

Elle s'est installée et malgré l'entourage formidable que j'ai, elle a pris une location longue durée. Ce n'est pas une grippe non, ce n'est pas une jambe dans le plâtre, elle est sournoise, elle ne se voit pas, mais elle est là, même si elle s'affaiblit, elle reste là, dans un coin, à attendre...

Publicité

Commentaires (3)

Pascal idel

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Solidaire également

Je n'ai pas ton talent d'écriture et ton récit est bouleversant. Sache que tu peux compter sur le soutien de toute la communauté infirmière, ils sont nombreux les témoignages d'ides dégoûté(e)s du soin par l'absurdité administrative qui gère l'hôpital comme elle gérerait une entreprise quelconque. Le soin n'est pas une activité de services comme une autre, l'humain est au cœur du soin et le reste grâce aux professionnels tels que toi, qui mettront toujours le patient au sommet de leurs préoccupations, parfois à leur détriment. Tiens bon, entoure toi de gens qui t'aiment, c'est le meilleur traitement.
Confraternellement

Chingachook628

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Déjà vu ....

... en effet, c'est la sensation que me fait ton témoignage.
Bravo et merci de le partager. Sortir du silence est le premier pas pour refaire tes armes face á ta souffrance qui a touché, touche et touchera encore de trop nombreux collègues.
Passé ce cap, tu en feras une force qui te permettra d'orienter tes priorités en fonction de tes besoins, car ce n'est pas de l'égoïsme de prendre soin de soi sans culpabiliser. La reconstruction sera longue mais pérenne. Tu as tout mon soutien. Prends le temps qu'il te faut ... L'institution trouveras une solution n'ait crainte et occupe toi de toi pour le moment ...

pat1964

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Solidaire

Bonjour Morgan.
Votre témoignage me parle tellement, car moi aussi je reviens de loin, comme vous, sans préavis, je me pensais tellement hors d’atteinte. Fort, engagé, motivé. Infirmier je suis devenu CDS. Je pensais que ce statut me permettrait de faire évoluer certaines pratiques, moi qui déteste entendre ”ça fait 20 ans qu’on fait comme ça pourquoi on changerait ! ” . Me voilà devenu un @ cadre coincé devant ses tableaux Excel et ces injonctions paradoxales, empêché d’avancer tant la lourdeur administrative est pesante, prit en sandwichs dans ce millefeuille hiérarchique qui ne parle plus patient mais chiffres et activités. Je ne retrouve pas mes valeurs soignantes qui pour moi sont de prendre soin de mes équipes pour qu’elles puissent prendre soin des patients : absentéisme non remplacé, changement de planning etc....je ne sais pas si je vais tenir longtemps. Bon courage à vous