PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Les infirmières brillent dans les yeux d'Olivier !

par .

Toujours très attentive à la façon dont elle va être montrée et de fait représentée lorsqu'il s'agit d'en faire l'objet d'un documentaire, la profession infirmière reste sur ses gardes, prompte à la critique, criant vite à la supercherie. Pour une fois, soulignons-le, le documentaire proposé sur France 2 le 1er juin dernier par Olivier Delacroix et intitulé « Infirmières, à l'épreuve de la vie » a bénéficié d'un très joli accueil. La profession infirmière s'est en effet fortement reconnue dans les quatre portraits croisés présentés, comme autant de témoignages authentiques et habités, au plus près de la réalité du terrain. Un festival de commentaires positifs et reconnaissants - enfin presque - qui fait du bien !

Oeil regard homme

Un reportage qui a suscité l'engouement de la communauté infirmière grâce à la justesse du regard d'Olivier Delacroix porté sur les infirmières.

Au travers du concept de son émission « Dans les yeux d'Olivier », le journaliste Olivier Delacroix pose un regard atypique sur notre société. Avec son sens tout particulier de l'écoute et grâce à l'intérêt profond qu'il porte sur ceux qu'il rencontre, tel un Candide, avec délicatesse et bienveillance il va « chercher leur parole » la rendant ainsi plus libre, voire totalement libérée. Cette liberté de ton, cette vérité soudainement si évidente a, une fois encore, fait office de révélateur. En s'intéressant aux infirmières, Olivier Delacroix souhaitait rendre compte « au plus juste » de leur quotidien et de leur apport essentiel et si particulier auprès des personnes malades. Il s'est donc demandé quelle était la vie de ces soignantes - hospitalières, libérale, sapeur-pompier volontaire, humanitaire -, leurs engagements et leurs espoirs, leurs forces et leurs faiblesses. Au plus près de leur quotidien, professionnel certes mais aussi personnel, il s'est attaché à comprendre ce qui les motive et leur permet de supporter le stress, les responsabilités, d'affronter la mort et la souffance, « tout ça pour des salaires modestes et avec des horaires sans fin ».

Superbe émission pleine de réalités ! Allo le ministère de la santé ?

Lors de la diffusion de l'émission largement relayée sur notre page facebook les commentaires ont été extrêmement nombreux et surtout très positifs. Enfin un reportage concret et réaliste ! Pas comme la série Nina ! souligne Mégane. Je trouve ce reportage excellent car réaliste, sans tabou. Le temps de travail, les salaires, les difficultés d'organisation, l'impact émotionnel, le manque de reconnaissance mais aussi la priorité aux relations humaines et aux soins relationnels, tous ces sujets ont été abordés avec serieux, honnêteté et respect témoigne de son côté Chri Stof. Marie-Thérèse va dans le même sens : Je trouve qu'Olivier est un journaliste qui a toujours le regard juste et bienveillant. Il a montré la réalité du métier et des sentiments que l'on peut ressentir en tant que soignants. Merci à lui et aux collègues du reportage. Gérard a surtout apprécié la diversité des portraits : Vraiment, bon reportage, commentaires sobres, journaliste qui accompagne discrètement, témoignages des infirmièrtes plutot réalistes et pour une fois, il n 'y a pas QUE les urgences ! Magali a apprécié l'authenticité des propos de chacun : merci pour le reportage qui permet de montrer de façon assez juste ce qu'est notre profession. Merci au cadre qui a fait preuve de sincérité et a dénoncé la réalité de la prise ne charge des patients avec les conséquences sur les équipes... Dorothée surrenchérit, réagissant aux commentaires de certains qui regrettent néanmoins que la réalité de certains services - Ehpad, psychiatrie… - ne soit pas montrée : excellent reportage sur nous, même si effectivement tout le monde n'est pas représenté. Contente d'avoir entendu des collègues heureuses de faire notre beau métier dans les conditions difficiles que nous connaissons. Pour les revendications #MarisolTourraine !

Face au portrait de l'infirmière libérale en secteur rural nous aurions pu lire entre les lignes « Nous sommes tous des Charline ! » .

Dans les yeux d'OlivierAlors que l'exercice libéral est souvent montré du doigt et ce, pour de mauvaises raisons (litiges avec les caisses d'assurance maladie notamment...), le portrait de Charline, infirmière libérale en secteur rural que nous connaissons bien pour relayer régulièrement les billets de son blog « C'est l'infirmière », a déclenché des flots de sympathie et d'admiration. Sur les réseaux sociaux Flo l'a rappelé : Tu as parfaitement représenté la profession tant par ton dévouement, ton professionnalisme que ton humanité. Sans langue de bois tu as réussi à faire partager le quotidien d'une idel en pointant du doigt les choses essentielles. Bon j'ai eu la larme à l'œil. Bravo ! Merci Charline. Robert en rajoute : Chapeau bas : respect, humanité, bienveillance, tout y était ! Merci ce moment de partage très émouvant. C'est aussi une belle réponse aux obscurantismes de tous poils qui consistent à caricaturer la réalité rurale. Intéressant de souligner les aberrations de notre système de santé... j'espère que les intéressés ont pu prendre quelques notes. Merci ! Quant à Patricia, elle souligne la force des propos : enfin un témoignage de libérale sensible, où notre travail, nos difficultés, nos joies et nos peines sont dits clairement, sans agressivité et sans trémolos.  Des commentaires de la sorte, il y en a des centaines. Nous aurions pu lire entre les lignes Nous sommes tous des Charline !.

Ne dit-on pas souvent que le pire ennemi de l'infirmière c'est elle-même !

Une autre IDEL blogueuse « La Seringue Atomique » qui n'a pas non plus la langue dans sa poche, rappelle néanmoins ceci dans sa chronique « Lorsque les infirmières passent à la télé » : J 'ai trouvé toutes ces femmes justes dans leur propos, pudiques, combatives, motivées et remplies d'humilité. Chacune d'entre elles s'est exprimée au nom de tous. Chacun s'est senti concerné. Se sentir ému et impliqué par ce reportage est simplement le signe de sa réussite. Certains d'entre nous se sont pourtant lancé dans des diatribes futiles et stériles envers leurs collègues. L'envie, la jalousie, le manque d'estime de soi seraient-ils en cause dans ce type de comportements stériles et peu constructifs ? De tels propos négatifs nuisent à la cohésion de la profession et donc à sa survie...

La question semble utile car ne dit-on pas souvent que le pire ennemi de l'infirmière c'est elle-même ! Soyons donc reconnaissants à celles et ceux qui, avec courage, acceptent de s'exposer, de se mettre à nu et de parler « au nom du plus grand nombre ». Bien sûr, aucun sujet ne peut faire l'unanimité mais reconnaissons que cette fois la profession infirmière a pris de bien belles couleurs dans les yeux d'Olivier Delacroix, des couleurs brillantes que rien ne devrait venir ternir et que l'on voudrait voir s'exprimer plus souvent, à la télévision, ou ailleurs ! Des couleurs qui devraient faire la fierté de l'ensemble de la communauté infirmière quand elle est montrée au plus juste de son coeur de métier. 

Le replay de l'émission « Infirmières, à l'épreuve de la vie » est toujours disponible pour celles et ceux qui ne l'aurait pas encore vu

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Publicité

Commentaires (1)

allaitement

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

J ai adoré

J ai passé le concours pour rentrer à l école (reconversion à 44 ans) et ce reportage m a confirmé mon choix, malgré la galère qu elles vivent, j ai toujours envie de faire ce métier. Merci