PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Faire face aux jugements de valeur lorsque l'on est tatoué ou percé

par .

Cet article fait partie du dossier :

Formation en ifsi

Cheveux colorés, tatouages, piercings… Pour certaines personnes, ils sont incompatibles avec l'exercice de la profession infirmière. Mais c'est avec justesse que les infirmiers répondent aux jugements de valeur et critiques en la matière sur les réseaux sociaux et sur le forum d'Infirmiers.com. Avec, en perspective, la rentrée en Ifsi en septembre prochain, cet article pourra en rassurer certains... ou pas ! 

tatouage bras

Oui, on peut être tatoué, percé ou avoir les cheveux colorés, et exercer la profession d'infirmier avec sérieux.

Peut-on être infirmier et avoir des tatouages, piercings ou cheveux colorés ? Pour la plupart des infirmiers, cela ne fait aucun doute. Pourtant, il n'est pas rare qu'un look un peu hors-norme fasse l'objet de jugement de valeur. Mary Walls Penney, infirmière, en a fait la triste expérience. Elle raconte sur Facebook qu'alors qu'elle faisait ses courses au supermarché, son look a fait l'objet de commentaires désapprobateurs. Ce à quoi elle a répondu : ... Je ne peux me souvenir d’un moment où ma couleur de cheveux m’a empêchée de donner des traitements qui sauvent la vie de mes patients. Mes tatouages ne m’ont jamais empêchée de tenir la main d’un patient alors qu’il était étendu, effrayé et en pleurs parce que l’Alzheimer avait volé son esprit, a-t-elle écrit. Mes piercings multiples n’ont jamais interféré avec mon écoute et mon habileté à les entendre exprimer leurs vœux. Mon piercing à la langue ne m’a jamais empêchée d’encourager un patient nouvellement diagnostiqué ou de réconforter une famille en deuil. Alors, expliquez-moi comment mon apparence, doublée de mon attitude joyeuse, mon sourire serviable et mon visage jovial, me rend incapable de faire mon travail. Une réponse plébiscitée par les fans de la page Facebook d'Infirmiers.com. Ainsi, comme le précise Johanna, Mary Walls Penney ne soigne pas avec ses cheveux que je sache. Tant qu'elle fait son boulot correctement et avec plaisir c'est le principal ! Je préfère une fille (ou homme) tatouée, cheveux colorés, piercing qui fera son boulot avec le sourire et en ayant des petites attentions plutôt que quelqu'un d'aigri et méchant avec les patients. De son côté, Ingrid souligne que l' on travaille avec l'humain, donc avec des personnes totalement différentes dans leur vécu, leur culture, leur croyance. Nous sommes nous aussi humains avec nos différences, nos religions, notre vécu... Nous prenons les patients tels qu'ils sont alors eux doivent nous prendre tels que nous sommes.

Tolérés, mais…

Même si les tatouages, piercings ou cheveux colorés ont tendance à être de plus en plus tolérés, les étudiants en soins infirmiers et les candidats aux concours paramédicaux hésitent toujours à dévoiler leurs ornements, de peur que cela leur porte préjudice, et pour cause. Minoune84 raconte, sur le forum d'Infirmiers.com, j'ai fait une recherche pour trouver le règlement intérieur des Ifsi, et j'ai trouvé une phrase sur les tatouages disant que "Les tatouages doivent être, autant que possible, cachés à la vue des autres personnes". Ce que je comprends, c'est que les tatouages ne sont pas strictement interdits, mais qu'il est mieux de les cacher. Difficile à appliquer totalement car les manches longues sont interdites, comme le précisent plusieurs membres du forum. Soulignons également que chaque Ifsi dispose de son propre règlement intérieur, et que cette mention ne s'applique donc pas partout. Dans mon IFSI, certains et certaines sont tatouées sur des zones très visibles et accessibles du corps (bras, nuque...) et ça ne dérange personne, ni à l'école ni en stage. C'est certes quelque chose qui peut attirer l'attention, voire de la méfiance en fonction de la taille et du motif dont vous avez orné votre corps (je conçois que certains styles aient du mal à passer), mais ça ne perturbera en rien l'apprentissage, estime Wanille sur le forum d'Infirmiers.com.

Pour se rassurer, mieux vaut demander à son institut ou lieu de stage si les piercings ou tatouages sont tolérés. De manière générale, les formateurs et cadres se montrent plutôt compréhensifs. Dans tous mes stages, j'ai toujours demandé aux différentes cadres si elles souhaitaient que j'enlève mes piercings,indique Eghola. A chaque fois elles m'ont répondu "Tu soignes avec tes mains ou avec ton visage?". Elles ne me les ont jamais fait enlever. Alors oui, quand on se les touche on va directement se laver les mains, comme quand on se recoiffe, conclut-elle… Cependant dans certains services (pédiatrie ou auprès de personnes agitées), les piercings peuvent être arrachés et engendrer des blessures plus ou moins légères, voire des AES. Il faut donc savoir se montrer prudent !

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Formation en ifsi

Publicité

Commentaires (5)

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#5

qui décide?

lorsque l'on est soignant, un des postulats de base est l'empathie.
la question n'est donc pas de savoir ce qu'en pense les infirmiers, mais plutôt ce qu'en pense la société...l'acceptation sociale me semble être alors le seul critère valable...
ayant une expérience en Amérique du Nord, je peux vous dire qu'en ce qui concerne les tatouages, cela ne gêne personne, on peut même voir des médecins tatoués.
Pas sûr qu'on en soit là en France.
pour les bijoux, ce n'est pas la liberté individuelle qui doit primer, mais surtout le bon sens : dans tout service qui nécessite des règles d’asepsie rigoureuses (ce qui concerne la majorité des services), le risque nosocomial devrait primer, et au vu de la situation actuelle des problèmes d'infections nosocomiales que connait notre pays la question que devrait se poser les soignants c'est : le droit du patient à ce que tous les risques même minimes soient éliminés ne prévaut-il pas sur ma liberté d'exprimer ce que je suis?

sandrine6

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#4

attention aux dérives

personnellement j'ai un tatouage "motard" , donc avec skull et autre. Il n'est pas visible quand je suis en tenue de travail car je comprends que cela puisse effrayer des enfants ou des personnes démentes. Et cela ne correspond pas avec l'image que je veux donner au travail.
Il en est de même à mon avis pour les piercings et autres quand c'est excessif, sans compter effectivement les risques d'arrachage.

Par ailleurs nous avons aujourd'hui des soignantes qui viennent travailler avec du henné sur les mains, des ongles faits avec des petits bijoux , etc...
Au nom du "laisser faire" on va parfois trop loin.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

473 commentaires

#3

@Arthyscoot

« Il en ressortait que la qualité de la prise en charge d'un patient par un professionnel tatoué face à à ces mêmes tatouages allait dépendre de plusieurs facteurs liés au soignant mais aussi au soignant. Je serai ravi de détailler au besoin. »
Et donc quel rapport avec le fait d’être tatoué ou non ?

Oreily

Avatar de l'utilisateur

64 commentaires

#2

Sujet de TFE intéressant

Bonjour, votre sujet de TFE a l'air très intéressant ! Peut-être pouvez-vous nous le faire parvenir pour que nous le mettions en ligne : https://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/tfe/tfe-memoires-en-lignes.html

Bien à vous.

Arthyscott

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

De multiples facteurs

Etant très tatoué, c'est justement mon sujet de Mémoire de fin d'études que j'ai rédigé il y a maintenant 2 ans. Il en ressortait que la qualité de la prise en charge d'un patient par un professionnel tatoué face à à ces mêmes tatouages allait dépendre de plusieurs facteurs liés au soignant mais aussi au soignant. Je serai ravi de détailler au besoin.