AU COEUR DU METIER

Les infirmiers prennent la parole à l'occasion de leur Journée internationale

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Chaque année, le 12 mai, est célébrée la Journée internationale de l'infirmière. L'occasion pour les organisations infirmières de se faire entendre, notamment par le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, qui devrait dévoiler son Gouvernement dans quelques jours.

À l'occasion de la Journée internationale de l'infirmière, les organisations font entendre leur voix. 

Alors que le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a été élu il y a quelques jours, les organisations infirmières se mobilisent pour faire entendre leur voix à l'occasion de leur Journée internationale, ce vendredi 12 mai 2017. Ainsi, dans une tribune publiée dans le journal Le Monde, Didier Borniche, président de l'Ordre national des infirmiers (ONI) interpelle directement le nouveau président. Les patients plébiscitent notre profession et la placent parmi les plus populaires, estime-t-il. Pourtant, monsieur le Président élu, notre profession souffre prodondément. Du sentiment d'être reléguée à ses fonctions subalternes, du refus de reconnaître le haut niveau de notre expertise, de l'absence d'écoute des dirigeants et, ce qui est dramatique, d'un abandon qui pousse certaines et certains d'entre nous au geste irréparable. Dans un communiqué de presse daté du 11 mai 2017, Nathalie Depoire, présidente de la Coordination nationale infirmière (CNI) fait le même constat et déplore les décès de professionnels accablés d'une souffrance devenue insupportable, une profession soumise à des charges de travail qui ne cessent d'augmenter, une technicité de plus en plus importante, un manque d'effectif de plus en plus prégnant engendrant des rappels incessants su les jours de repos, une profession en manque de reconnaissance, maltraitée par des tutelles sourdes à sa souffrance, à ses besoins

Une action symbolique menée par les infirmiers libéraux

De son côté, pour attirer l'attention du président de la République, le Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux (Sniil) appelle les IDEL à participer à une opération d'envergure en apposant sur leur caducée un bandeau appelant Emmanuel Macron à les écouter et en utilisant les réseaux sociaux et e-mails pour porter leurs revendications. Rappelons que pour le syndicat, cinq mesures prioritaires sont à mettre en place rapidement pour un meilleur équilibre efficacité/coût pour l'Assurance maladie et pour renforcer l'accès aux soins pour tous : 

  • réviser le décret de compétences infirmières ;
  • impliquer les infirmières libérales dans la prévention ;
  • créer la notion d'infirmière référente ;
  • faire de l'infirmière libérale le pivot de la sortie d'hôpital ;
  • prendre en compte la pénibilité et le burn-out.

L'infirmière devient, un instant, la consience de l'inconscient, la volonté de vivre du suicidaire, la jambe de l'amputé, les yeux de l'aveugle, les moyens de locomotion du nouveau-né, les connaissances et la confiance de la jeune mère, la voix de ceux qui sont trop faibles ou timides pour parler - Virginia Henderson

Un besoin de changements

Pour Nathalie Depoire, il faut un véritable changement pour que la voix des soignants soit enfin entendue et prise en compte. Didier Borniche indique quant à lui que nous, infirmières et infirmiers, serons à vos côtés lorsque vous irez dans le sens du progrès social s'il se construit dans le dialogue avec tous et naturellement avec notre profession de santé, la première par le nombreGageons que le président de la République ainsi que son ministre de la santé seront sensibles aux revendications des infirmiers.

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com @ATrentesse 

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (0)