VIDEO

Regard de patient : « Les infirmières de nuit, mais quelle merveille ! »

Nadalette La Fonta Six s’est réveillée paraplégique après une opération du dos. Se retrouver prisonnière durant des mois d’un lit d’hôpital, endurer l’infantilisation, la perte d’autonomie… Dans un livre, Le roseau penchant, cette ancienne « hyperactive » raconte comment sa vie a basculé mais surtout, comment elle a su reprendre goût à l’existence. Nous l’avons rencontrée chez elle et ce qu'elle nous a confié sur les infirmières est particulièrement émouvant.

Si vous n’arrivez pas à lire cette vidéo, cliquez ici.

Lorsque l’on arrive chez elle, Nadalette La Fonta Six vient elle-même à notre rencontre, sur ses deux pieds. Certes, elle se déplace avec prudence, un pied doucement posé devant l’autre et avec l’aide d’une canne. Mais le fait qu’elle marche toute seule est une victoire. Car Nadalette La Fonta Six n’aurait jamais dû remarcher. C’est en tout cas ce que lui avaient prédit les médecins. Cette femme de 62 ans travaillait il y a encore quelques années chez IBM, une grande société de technologie, comme « coach et talent manager », avant que sa vie ne bascule, en octobre 2014, à la suite d’une opération destinée à soigner sa scoliose : C’était une grosse opération, qui devait durer 9h et me laisser mieux, raconte-t-elle, mais quand je me suis réveillée, on m’a dit qu’il y avait eu un petit problème, que la moelle avait été lésée et que je ne remarcherai plus jamais… Nadalette La Fonta Six s’est réveillée paraplégique.

Alors, une certitude s’impose : la vie ne sera plus jamais la même. De ce drame, Nadalette a tiré un livre, Le Roseau penchant, paru aux éditions Fauves. Elle y raconte comment elle a appréhendé le handicap, comment elle tente, au jour le jour, de surmonter la peur et la douleur, comment elle vient à bout du chagrin et de la colère, comment, enfin, elle a fait en sorte de se prémunir contre l’explosion familiale. Aujourd’hui, elle se déplace avec difficulté et n’a pas encore trouvé le courage d’affronter l’extérieur seule, mais elle s’est reconstruite. De son passage à l’hôpital, elle garde de nombreux souvenirs, plus ou moins agréables. Mon livre est critique du corps médical », convient-elle, mais certains soignants sont épargnés. « Les infirmières de nuit ? Mais quelle merveille ! J’ai passé les meilleures nuits de ma vie à l’hôpital… ce sont des femmes qui ont une telle expérience de la vie, une telle empathie vis-à-vis des malades et une telle capacité à être là quand vraiment il n’y a plus personne au monde, que c’est juste formidable.

Le livre : Le Roseau penchant - histoire d’une merveilleuse opération, de Nadalette La Fonta Six, Ed. Fauves. 

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Publicité

Commentaires (0)