PORTRAIT / TEMOIGNAGE

SAMU 13 : Nicole Mendy, l'oreille et la voix

Cet article fait partie du dossier :

Compétences infirmières

Prêter une oreille calme et attentive, savoir rassurer tout en procédant avec efficacité et rigueur. Faire preuve d’empathie sans pour autant céder aux émotions, à la pression de l’urgence. Assistante de régulation au SAMU 13 depuis 17 ans, Nicole Mendy a géré des centaines de milliers d’appels. Faites le calcul : le SAMU en reçoit jusqu’à 3000 par jour, ce qui revient à une centaine d’appels par personne par vacation. Cela en fait des situations où, parfois, la vie ne tient plus… qu’à un coup de fil ! Nous remercions l’AP-HM de nous permettre de publier ce beau portrait

Nicole Mendy Samu

« Quand je chante je ne m’entends pas réellement. C’est quand je vois le visage des gens qui m’écoutent, leur expression, leur sourire, que je réalise le pouvoir de ma voix. »

« Ce n’est pas un travail facile c’est sûr. Au début on est un peu submergé par les émotions. Mais avec le temps on s’y fait. Les premiers mois, de retour à la maison on est souvent à cran parce qu’on ramène chez soi tout le stress. Puis on apprend à faire la part des choses. Des cellules d’écoute sont à disposition si besoin mais de toute façon on le fait déjà entre nous, on s’épaule entre collègues, on rit souvent aussi. »

Il est vrai qu’après coup, certaines conversations peuvent paraître cocasses, comme ce Monsieur à la voix chevrotante :

- Madame est pas bien !

- Dites-moi ce qui se passe Monsieur.

- Y a l’eau qui coule !

- Ah ! Elle est enceinte !

Les appels durent de 1 à 15 ou 20 minutes en fonction de la situation. Le temps de créer le dossier, de prendre les informations essentielles puis d’orienter la personne ou de lui envoyer un médecin, une ambulance, les secours (pompiers, SMUR), en fonction de la problématique. La capacité d’écoute est essentielle, les paroles prononcées ont beaucoup d’importance, de même que le ton employé, la voix. Et justement la voix de Nicole est spéciale, unique. Mais c’est en dehors du travail, lorsqu’elle peut lui donner toute son ampleur à travers le chant, que l’on peut s’en rendre compte.

Chanter est libérateur, c’est un exutoire. J’aurais aimé savoir jouer d’un instrument… mais mon instrument à moi ce sont mes cordes vocales !

Le pouvoir de la voix

Et quel instrument ! Vous l’avez peut-être entendue lors de la journée des Talents AP-HM à l’Hôpital Nord, ou au lancement officiel des #PiècesJaunes2018 à la Timone : Nicole capte immédiatement l’attention, chanter semble pour elle si naturel qu’il émane de toute sa personne une joie communicative. Quand je chante je ne m’entends pas réellement. C’est quand je vois le visage des gens qui m’écoutent, leur expression, leur sourire, que je réalise le pouvoir de ma voix.

Nicole interprète des chansons en public depuis qu’elle a 17 ans. Dans sa famille tout le monde aimait la musique, son père jouait des percussions, adorait les styles entraînants comme la salsa ou le pachanga, mais aussi Henri Salvator ou Cock Robin. Sa mère écoutait beaucoup de variétés, Claude François, Mike Brant, Johnny… Quant à ses trois frères et deux sœurs ils ont également toujours été passionnés de musique, mais plutôt influencés par la disco/funk des années 70 (Temptation, Kool and the gang…). De par ces influences multiples et du fait d’avoir toujours baigné dans la musique, Nicole est maintenant capable de s’adapter à tous les styles, de retenir les chansons à l’oreille, très rapidement. Avec un ami, elle compose également ses propres titres.

En 2009, avec 4 autres talents du CHU, elle a porté haut les couleurs de l’AP-HM en remportant la grande finale de l’émission Pop Job, face aux candidats de cinq autres entreprises françaises. A quand la prochaine télé ?    

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)