AU COEUR DU METIER

Une souffrance au travail concentrée sur les questions managériales...

par .

Cet article fait partie du dossier:

Fonction Publique

    Précédent Suivant

La précédente enquête menée par l’association SPS1 (Soins aux Professionnels en Santé) nous le disait déjà sans surprise, face à la crise sanitaire, une anxiété et un épuisement croissant était observé chez les soignants. De nouveaux chiffres nous sont donnés au regard d’une récente consultation des professionnels de santé2 menée du 29 avril au 13 mai dernier par SPS. Les répondants expriment très largement (85%) "ne pas s’être sentis soutenus depuis le début de la crise sanitaire".

soignants, souffrance, pleurs

DR - Alexis LeBorgne pour cette très belle peinture. Les soignants expriment, au-delà de la seule crise sanitaire, le besoin "d'un accompagnement psychologique global et organisé à tous les niveaux d’intervention".

Selon l’association SPS, il s’agit bien plus qu’une simple souffrance personnelle liée à l’épidémie de Covid-19. La détresse au travail est profondément présente dans les pratiques professionnelles, y compris chez les soignants les plus expérimentés et elle se concentre sur les questions managériales. De nouveaux résultats qui soulignent le besoin d’un accompagnement psychologique global et organisé à tous les niveaux d’intervention.

Si au fil des semaines, le nombre de personnes en réanimation a baissé, le mal-être des professionnels en santé semble quant à lui ancré durablement dans leur quotidien et proportionnellement aussi important qu’au moment du pic épidémique.

Alors que la famille, les proches et les collègues semblent avoir été des aides indispensables, la hiérarchie et les dispositifs d’écoute n’ont pas exercé ce rôle pour près de 68% des personnes interrogées. Ce sont d’ailleurs le manque de protection et de soins ainsi que les questions d’organisation et de management qui ont contribué à ce mal-être chez 7 personnes sur 10. Ainsi, près de 77% des répondants sont favorables à un meilleur management/organisation et 74% à l’accès à des interventions non médicamenteuses (relaxation, hypnose...). 59% des personnes se disent favorables à un dispositif d’écoute et de soutien pérenne et indépendant, 50% à l’augmentation des psychologues dans les établissements et 51% des répondants sont favorables au soutien psychologique externe en consultation physique.  Pour SPS, en matière de soutien psychologique, la diversité des besoins montre la complémentarité des dispositifs à déployer.

Plus de 95% des répondants n’ont pas contacté une plateforme d’écoute téléphonique et plus de 60% des personnes sont favorables à ce dispositif d’écoute.

Pour SPS, ces résultats s’accompagnent de nombreuses questions. La crise sanitaire du Covid-19 a-t-elle été le révélateur de cette souffrance sous-jacente, depuis de nombreuses années, mise au grand jour par la mobilisation exceptionnelle de ces héros du quotidien ? Permet-elle de révéler, au grand public un mal-être durable des professionnels en santé ? Quelles réponses l’épidémie de Covid-19 permettra-t-elle d’apporter en matière d’organisation du travail, génératrice de cette souffrance ? Le "Ségur de la Santé" officiellement lancé le 25 mai changera peut être la donne, puisqu’il s’agit de "réinventer" l'hôpital et le système de soin qui l'accompagne et d’agir durablement sur les conditions d’exercice des soignants et l’attractivité de leurs métiers. L'association poursuivra, quoi qu’il en soit, et plus que jamais, ses actions d’écoute et de soutien des professionnels en santé au centre de notre préoccupation et de notre démarche.

Notes

  1. Depuis le 23 mars 2020, l’écoute téléphonique déployée par SPS (24h/24, 7j/7) a traité 3 244 appels soit en moyenne plus de 60 appels par jour et d’une durée de 24 minutes. Plus d’1/3 d’entre eux sont passés la nuit ou le dimanche. Les appelants sont pour 71% des femmes et 84% des salariés. 35% des appelants sont infirmier(e)s, aides-soignant(e)s et 10% travaillent dans le secteur du médico-social.
  2. 1204 professionnels en santé ont répondu au questionnaire anonyme de l’Association SPS administré en ligne entre le 29 avril et le 13 mai 2020. Les réponses ouvertes ont été analysées par le logiciel MyKnowledge de l’éditeur de logiciel français Semdee. Profil des répondants : 85% de femmes, 79% de salariés, 70% du secteur paramédical, 58% du secteur sanitaire .Près 80% avec une expérience de plus de 3 ans .

Ressources

Le groupement média COVID19 Presse pro, l’Association SPS et la MNH se sont associés pour venir en aide aux professionnels de santé et leur proposer dix fiches «Repère» d’accompagnement psychologique. Ces fiches décryptent les principales situations où l’équilibre psychologique, émotionnel, est fragilisé. Elles permettent surtout de retrouver dans un seul et même document les conseils, recommandations, adresses et liens utiles pour prévenir et soulager la détresse psychologique face aux situations de stress inédites rencontrées par les soignants confrontés à cet environnement très anxiogène. 

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (0)