PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Travail de nuit : les soignants nous en parlent...

par .

Cet article fait partie du dossier:

Fonction Publique

    Suivant

En août, un rapport de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares) révélait que 42 % des infirmiers ont travaillé de nuit en 2012. Il y a les pour, les contre... Les soignants s'expriment sur le sujet.

hopital travail de nuit

A la suite de l'article sur le travail de nuit, les soignants pèsent le pour et le contre...

Comme le souligne le rapport « Le travail de nuit en 2012 » (PDF) de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), les conditions de travail des salariés de nuit s'avèrent difficiles, et les effets sur la santé sont délétères. Pour les soignants, ces conclusions ne font aucun doute. Ainsi, Corinne souligne : j'ai travaillé en réa polyvalente durant dix-huit ans de nuit en douze heures avec des patients agités et agressifs... Après cinq ans de travail de jour, je devrais être bien. Hé bien non : troubles importants du sommeil, hypertension artérielle, dépression traitée, un stress croissant et une sensibilité très importante, des lombalgies et des bursites aux épaules. J'ai passé la cinquantaine je me suis vouée à ma profession avec cœur et amour mais l'usure physique et morale m'ont rattrapée !. De son côté, Po, sur Facebook, explique que depuis dix ans, je travaille de nuit en réa et j'ai l'impression d'avoir soixante ans alors que je n'ai que trente-sept ans. Milie ajoute que je n'ai tenu qu'un an et demi à travailler de nuit en postes de 12h. J'ai commencé à faire des malaises, à être très déprimée, à avoir beaucoup de mal à me lever, des problèmes digestifs... J'ai dû arrêter !. Sur Infirmiers.com, gardan62 affirme que le travail de nuit a une influence certaine et, après quinze années de nuit, alors que je suis à la retraite, je vis encore à un rythme décalé ! L'impact sur la santé est indéniable : troubles du sommeil, palpitations, troubles alimentaires, troubles de l'humeur et j'en passe !!!!.

Un sentiment d'indépendance et d'autonomie. Une solidarité inter. Du thé à la menthe. De nombreux fous rires. La belle époque

Malgré ces aspects négatifs, certains infirmiers s'épanouissent en travaillant la nuit. Cheikh list par exemple raconte six ans de nuit. Aucun stress. Une sacrée équipe. Un enrichissement intellectuel et professionnel. Un déracinement familial et social. Un décalage physique et hormonal. Une sérénité. Une qualité d'écoute et d'observation, d'analyse, de recherche. Un sentiment d'indépendance et d'autonomie. Une solidarité inter. Du thé à la menthe. De nombreux fous rires. La belle époque. Un roulement avec une équipe de jour qui nous correspondait. Les médecins adoraient notre roulement. Le dimanche matin, petit-déjeuner équipe jour/nuit. On avait presque nos binômes jour/nuit. Pour Virginia, c'est une des solutions pour avoir un meilleur rythme de vie et planifier les choses car le roulement est toujours le même. Ce n'est pas beaucoup mieux payé que le jour, mais cela permet de profiter de ses journées. De plus, il y a moins de stress.. Fabienne, qui travaille de nuit depuis seize ans (sept nuits de onze heures, sept jours de récupération), affirme n'avoir aucun souci pour dormir la journée, ni pour repasser en rythme normal la semaine de récup et ne repasserais en travail de jour pour rien au monde. Quant à Rynka, elle indique être de nuit depuis cinq ans en dix heures, et temporise j'apprécie particulierement ma disponibilité pour mes enfants, mais depuis deux ans, je ne dors plus qu'avec prise d'hypnotique. Je repasserai sûrement de jour quand mes enfants seront tous plus autonomes...

La plupart du temps, travailler de nuit demeure un choix. Disponibilité familiale, environnement de travail moins stressant... Pour les salariés pro-travail de nuit, les avantages ne sont pas négligeables. Bien entendu, le résultat de l'équation n'est pas universel, et le travail de nuit est plus ou moins bien vécu en fonction des personnes mais aussi en fonction des services. Pour autant, qu'ils soient travailleurs nocturnes ou pas, les soignants s'accordent pour dénoncer un supplément sur salaire plus que dérisoire, si tant est qu'il existe...

Creative Commons License

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com  aurelie.trentesse@infirmiers.com

Retour au sommaire du dossier Fonction Publique

Publicité

Commentaires (6)

MargauxStoff

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

Questionnaire travail de nuit

Bonsoir,
Etudiante en troisième année en soins infirmiers, je réalise un mémoire de fin d'étude.
Mon sujet est le suivant : Travail de nuit, adaptation et qualité de vie.

Je réalise donc une enquête exploratoire sous forme de questionnaires afin d'avoir des résultats quantitatifs.

La population ciblé est les infirmiers et aide-soignants travaillant la nuit.

Le questionnaires ne prendra que 10 à 15 minutes de votre temps et me sera très utile.

Merci d'avance pour vos réponses et votre temps !

Ci joint, le lien du fameux questionnaire

https://docs.google.com/forms/d/18ae5K4VsJcqxxjdNllT8j8BAjk9_7DCT_vtFdVkYxds/viewform

Tetef84

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#5

seule de nuit

Bonjour
en accord avec tout ce que vous dîtes, que ce soit pour les enfants, le temps libre ou pour tous les désagréments. Depuis 6 ans que je fais des nuits j'ai pris du poids, je dors trop peu et suis plus irritable.
Ce qui me différencie de vous c'est que je suis seule dans mon labo. Pas de collègue à qui parler ou partager un dejeuner. Du coup pas vraiment de pause... j'ai 41 ans et ne sais pas combien de temps je garderai le rythme. D'autant que le travail de nuit n'est pas forcément reconnu comme difficile par la hiérarchie ;-)

Lilou-Flo

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

Du + et du -

De nuit depuis bientôt 1 an...
Le travail de nuit permet une grande disponibilité pour ses enfants, ça ça n'a pas de prix !
Pas de chef, pas de Dr, donc moins de stress !
Mais le gros soucis sont effectivement les troubles du sommeil... Réussir à dormir la journée, puis retrouver un sommeil classique quand on est en repos, ça n'est pas donné à tout le monde !!! :-(

Mariemariam

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#3

Travail de nuit

Pour moi cela fait un an que je suis infirmière de nuit, une volonté de ma part pour pouvoir être disponible pour mes enfants. Mais cela à entraîner chez moi des soucis de santé comme l hypertension, insomnies, prise de poids et troubles de la vue. Quand à ma vie de couple n en parlons même pas, nervosité, stress et autres ......je ne changerais pas d avis pour moi rester de nuit en milieu hospitalier et le mieux pour s'organiser en tant que maman et épouse. Mais j espère que d'ici un an ou deux je puisse devenir infirmière en milieu scolaire. On verra.

syracuse62

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

fin du travail de nuit

Durant 16 ans j ai travaillè de nuit dans un service de chirurgie.A l èpoque,c etait beaucoup plus pratique pour moi pour èlever mes enfants,j etais plus disponible pour eux.Au fur et à mesure que les annèes passaient,je me sentais beaucoup plus fatiguèe,je dormais de plus en plus mal,je ne mangeais plus a des heures règulières,j etais beaucoup plus irritatve avec tout le monde,et les problèmes de santè ont commençè:hypertension,colopathie ,migraines,troubles du sommeil....jusqu au jour ou l on m a dècouvert,il y a deux ans un cancer du colon.A ce jour,je n ai toujours pas repris le travail,les nuits m ètant a prèsent deconseillèes par la mèdecine du travail,j envisage une reconversion professionnelle,dans quelque domaine que ce soit....J ai bani les nuits ,car tout ce stress accumulè durant toutes ces annèes ont ètè en partie responsables de mon cancer.Je me reconstruit à present lentement et difficilement.

~Cindy~

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Travail de nuit

Pour moi malheureusement je n'ai pas eu le choix. Sortie du DE je n'ai eu qu'une seule proposition de CDI et c'était de nuit sur le pool. Cependant c'est vrai qu'il y règne une grande solidarité mais elle existe aussi de jour! ;)