PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Vers un infirmier sans émotions ?

À la suite d'une formation dispensée au sein d'un service d'urgences, Agnès*, infirmière, fait part de son étonnement et de sa réflexion. Un infirmier doit-il réellement se comporter comme un robot face aux patients ?

robot rouge

Crédits photo : littlelostrobot - L'infirmier doit-il devenir un robot dénué d'émotions ?

Tout juste sortie d'une formation dispensée au sein du service d'urgences où j'exerce en tant qu'IDE, je suis stupéfaite du contenu de cette session. Tout le paradoxe de notre métier en est ressorti plus contrasté que jamais, avec une question qui demeure en suspens dans mon esprit. Un IDE reste-t-il un être humain doté d'émotions et de ressentis ou doit-il être froid, distant et mécanique ?

Durant deux journées, des formateurs nous ont expliqué en quoi consistait le poste d'IOA - Infirmier d'Accueil et d’Orientation - aux urgences. Ce poste stratégique évolue en amont du service de soins des urgences, et se charge de "trier" le flux de patients en établissant, grâce à une évaluation rapide et fiable, leur degré de gravité. Un IOA est donc confronté toute la journée à des gens en souffrance, douloureux, au pronostic vital engagé, des gens violents, agressifs ou exigeants. Les profils sont variés mais évoluent tous dans cet environnement anxiogène : les urgences.

Je ne peux qu'être irritée par ce qui est demandé par les formateurs présents. Ainsi, les IDE postés à l’accueil, se doivent de rester neutres en toute circonstance. Un patient agressif déverse sa haine sur vous ? Restez de marbre et laissez le vous éclabousser de sa hargne. Une famille exigeante ? Faîtes preuve de patience même lorsqu’elle tente de vous pousser à bout. Vous êtes le professionnel, vous vous devez de rester calme, serein, et ne montrer aucun signe de faiblesse. Face à ces déversements de colère, le référentiel de cette formation recommande également de limiter les signes dits « non verbaux » (crispation du visage, haussement des sourcils...) qui trahiraient nos sentiments. Ce tableau m’inspire un visage de poupée de cire, que rien ne fait vaciller, qui garde un sourire de circonstance inébranlable mais tellement irréel et surfait !

Néanmoins, les formateurs insistent sur le fait d’être disponible, à l’écoute et de faire preuve d’empathie pour cette population qui doit se sentir en sécurité, entendue et prise en considération. Faîtes donc preuve d’humanité en résumé. Quelle contradiction ! Ne rien laisser entrevoir de notre état de fatigue, notre moral, que sais-je, tout en manifestant de l’intérêt. Rappelons qu’un entretien d’accueil ne doit pas excéder 8 minutes, selon les recommandations de la SFAR, afin d’éviter que le service ne s’engorge. Petite précision d’importance : les urgences de l’hôpital dans lequel j’exerce peuvent parfois absorber jusqu’à 350 patients par jour. Tout ça dans un contexte de stress et de pression qu’est le SAU - Service d’Accueil des Urgences - où le pronostic vital peut rapidement être engagé et l’IOA a la responsabilité d’établir rapidement un diagnostic infirmier juste, efficace et sécuritaire.

Bien entendu, face à ce paradoxe, il ne nous est rien proposé pour nous aider dans cette tâche dantesque. « Vous vous sentez excédés ? Passer la main »... D’accord mais à qui? Notre chère ministre réduit les coûts et les postes ! « Vous êtes fatigués, sur le point de craquer face à un patient : restez de marbre, mettez-vous dans votre bulle. » Croyez-vous que cela soit facile à la fin d’une journée passée à courir entre accueil et zone de soins? Quels sont les moyens donnés aux équipes ?

Mais quand cesserez-vous, mesdames et messieurs les bureaucrates, les technocrates et politiciens, d’exiger l’infaisable aux IDE déjà forts mis à contribution, et ce dans tous services ? Ne vous rendez-vous pas compte de l’absurdité de vos recommandations ? Ne restons-nous pas des humains, pleins de failles, uniques dotés de sentiments? En quoi montrer un minimum d’émotions ou de ressentis nuirait-il à notre relation soignant-soigné ? Une attitude professionnelle est-elle incompatible avec une affirmation de ce que nous sommes sans la blouse blanche? Le coeur même de notre métier d’IDE, de soignant, passe par le contact que nous établissons avec nos patients. Et l’expression de ces échanges est bénéfique pour le patient et son IDE qui mérite d’être considéré lui aussi comme une personne et non comme un robot lisse dénué de sentiments, inébranlable. Plutôt que d’exiger des IDE de se métamorphoser en êtres programmés pour tout faire vite et bien, même l'impossible, interrogez-vous sur les moyens mis à disposition et sur la capacité des patients à comprendre toutes situations.

* Le prénom a été modifié.

Creative Commons License

Infirmière

Publicité

Commentaires (10)

léalisa

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#10

D'accord...

Avec Augusta.
L'article en question cible l'IAO et pas tous les infirmiers ; et s'il y a bien un lieu où on ramasse toute la frustration, la colère et l'agressivité des gens, c'est bien aux urgences ! Alors oui, un peu de neutralité est la bienvenue.

augusta

Avatar de l'utilisateur

69 commentaires

#9

Wahou....

Apprenez donc à lire avant d'écrire!
Je ne "prône pas la neutralité", je donne mon avis sur certaines situations professionnelles précises, situations qui ne sortent pas de mon chapeau mais que je reprends du témoignage.
Chacun n'est-il pas libre d'exprimer son avis?

Si j'ai bien compris vos propos, une réaction à un article ne doit exister que si elle va dans le sens de l'article?
Wahou....

soleilm66

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#8

Neutralité...

Puisque vous prônez la neutralité, alors pourquoi réagir au témoignage d'un ressenti d'une IDE sur une formation? Qui dit neutralité ne dit pas acceptation de l'agression par exemple... Il fut un temps où des notes de service au sein des établissements de santé stipulaient : toute agression envers un agent sera susceptible d'un dépôt de plainte; suivait l'article de loi. Qu'en est il aujourd'hui?

augusta

Avatar de l'utilisateur

69 commentaires

#7

C'est ça.....

C'est ça Dino, nous ne parlons pas de la même chose.
Ce que tu décris et que tu appelles "humanitude" constitue la substance même de cette profession. Une façon d'être au quotidien.
Une infirmière doit pouvoir être elle-même. Qui demande à ce qu'une infirmière devienne un robot d'ailleurs?

Ce témoignage porte sur l'interprétation d'une soignante qui sort de formation, et qui ne partage pas ce qui lui a été apporté.
Qu'aurait-elle aimé qu'on lui apporte?
Qu'aurait-elle aimé qu'on lui dise?

Motarde de DIJON

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#6

Un patient (impatient)...

Rester neutre, dénué d'émotion, impassible... Le ton mesuré, le sourire aux lèvres. Voilà ce qu'on attend d'une infirmière.

L'infirmière idéale est gentille, aimable, attentionnée, à l'écoute, serviable, docile...

Le pire des crétins l'insulte? L'infirmière doit rester neutre...!

La famille d'un patient a des exigences farfelues? L'infirmière doit rester neutre...!

Purée, on leur a pas demandé à ce qu'ils viennent se faire soigner ces cons. Qu'ils restent chez eux et qu'ils meurent!!!

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#5

Je ne comprends pas non plus

...on ne parle sans doute pas de la même chose, à savoir de gérer une situation de crise ou de la façon d'être au quotidien. Cela dit, je viens d'être brièvement hospitalisé et personnellement j'ai apprécié que l'infirmière du service ne soit pas restée "neutre" et qu'elle n'ait pas caché ses "signes dits non verbaux". En fait, elle s'est montrée humaine ; un vieux concept que l'on a ressorti récemment sous le nom "d'humanitude".
J'ai bossé en médecine, aux urgences et en psy, et si j'avais gardé un visage de marbre sans laisser voir aucune émotion, je pense que je serais mort depuis longtemps ; d'un ulcère de stress, ou bien alors frappé par un déséquilibré qui - justement - n'aurait pas supporté cette non-réponse que représente une fausse impassibilité.

Baudel

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#4

Je ne comprends pas

Heureusement il reste des Augusta pour réfléchir sainement

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#3

C'est l'avenir...

La "neutralité", nouveau visage du politiquement correct professionnel. bbrrr...

Motarde de DIJON

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#2

Les mal comprenants (es)...

Augusta...

Si tu ne comprends pas, c'est peut-être parce que tu es blonde...

augusta

Avatar de l'utilisateur

69 commentaires

#1

Je ne comprends pas...

Ce témoignage commençait bien (titre, intro....) et puis patatras!
Une interprétation de ce qui est apporté durant une formation....

Je partage l'avis de ses formateurs.
Une IAO doit rester neutre? Ben oui....ça me semble même évident.
Neutre ne veut pas dire tout accepter. Neutre signifie objectif.

"Un patient agressif déverse sa haine sur vous"?
Rester neutre pourra vous aider à ne pas alimenter l'agressivité.

"Une famille exigeante"?
Rester neutre pourra là encore vous aider à ne pas faire monter la mayonnaise.

Je pense qu'effectivement le poste d'IAO doit être d'une grande difficulté et qu'il nécessite une grande capacité à se maitriser.

Mais parler de robot ou d'IDE dénuée d'émotion.....je ne comprends pas.