PORTRAIT / TEMOIGNAGE

Vidéo - Journée Internationale de l’Infirmière : le regard d’une famille sur sa profession

Cet article fait partie du dossier :

Journée Internationale de l'IDE

    Précédent Suivant

Comme chaque année, la Journée Internationale de l’Infirmière est célébrée le 12 mai. C’est la date de naissance de Florence Nightingale, infirmière britannique pionnière en soins modernes, qui a été choisie pour rendre hommage à la profession. Pour l'occasion, l'équipe d'Infirmiers.com s'est rendue à Lille à la rencontre d’une famille d’infirmiers. Zakia, Mélanie et Rémi, respectivement une mère, sa fille et son gendre, ont accepté de répondre à nos questions. Tous trois portent un regard à la fois lucide et positif sur leur métier.

La profession d’infirmier par ceux qui la vivent au quotidien

Zakia, Mélanie et Rémi, famille d'infirmiers

Zakia, Mélanie et Rémi, respectivement une mère, sa fille et son gendre, se confient sur leur métier.

Pourquoi infirmiers ? Sur cette question comme sur beaucoup, ils sont unanimes. Ce métier, ils l'ont choisi avant tout pour le contact avec les gens, mais aussi parce qu’on ne s'ennuie jamais, précise Mélanie qui exerce depuis six mois en tant qu'infirmière libérale après sept ans passés dans un centre anti-cancer à Lille. Et ils ne regrettent rien. Si c'était à refaire, ils signeraient encore et s’engageraient de nouveau à 200% car leur profession présente l’avantage d’allier le médical et le social, souligne Rémi, infirmier à l'hôpital depuis cinq ans.

Il n’y a pas longtemps, un de mes patients était étonné qu’on doive faire des études pour exercer le métier d’infirmière.

Il reste des progrès à faire, surtout au niveau de la reconnaissance.

Un autre aspect de la profession sur lequel Rémi, Mélanie et Zakia tombent d’accord ? Le besoin de reconnaissance. Il n’y a pas si longtemps, un de mes patients était étonné qu’on doive faire des études pour exercer en tant qu’infirmier, se souvient Mélanie, un demi sourire sur les lèvres. La profession, indéniablement, fait encore des heureux, mais il reste des progrès à faire, notamment au niveau de la considération d’un métier à risque qui comprend beaucoup de responsabilités et qui mériterait d’être reconnu à sa juste valeur, espère Rémi.

Un métier dans lequel on ne s’ennuie jamais.

Creative Commons License

Journaliste Infirmiers.com susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Retour au sommaire du dossier Journée Internationale de l'IDE

Publicité

Commentaires (0)