RECHERCHE

Un infirmier « masterisé » grâce au monde médiéval

par .

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

Soutenir des infirmières et infirmiers qui se lancent dans des travaux de recherche en validant des master 2 , tel est notre plaisir. Lorsque comme Jerôme Vanderhaeghe, ils souhaitent les partager, Infirmiers.com les remercient sans oublier de les féliciter !

Un incunable de la fin du XVe siècle pour un sujet de recherche original

Jérôme Vanderhaeghe est infirmier depuis 5 ans à Besançon et dans le Jura (80% en soins intensifs cardiologiques et 20% en SMUR). Très engagé dans son métier, il est infirmier pompier et participe également à de nombreuses assistances dans sa région et même en Suisse. Passionné d’histoire, il a suivi un double cursus - l’un à l’Ifsi et l’autre à l’Université de Franche-Comté par correspondance (Centre de Télé Enseignement Universitaire - CTU). Après avoir obtenu son diplôme d'Etat, il a validé deux licences, une d’histoire et une de géographie. Par la suite, il a souhaité continuer dans cette voie en travaillant sur un sujet d’histoire de la médecine. Un enseignant lui a permis alors d'accéder à un incunable de la fin du XVe siècle reprenant les travaux d’un médecin du XIVe. Il nous explique le cœur de sa recherche qui lui a permis d'obtenir un master 21. Félicitations à lui et merci de cet échange original.

« L’ ouvrage  Fleur de Lys en medecine est un "practique" en médecine, du médecin montpeliérain Bernard de Gordon (1260-1320). Sa lecture permet de faire l'état des lieux sur les connaissances et les pratiques médicales en occident au début du XIVe siècle. Largement influencé par la théologie chrétienne et les auteurs anciens (grecs, latins et arabes), la pratique médicale du Moyen-Age n'en est pas pour autant archaïque. Prenons en exemples le traitement de la « pierre des reins » (colique néphrétique) où il est préconisé pour soulager le malade qu’il soit mis dans une charrette ou sur un cheval trottant ou encore que le médecin, par des manipulations, fasse descendre la pierre. Ces pratiques nous font penser à notre lithotritie contemporaine.

Nous apprenons également que l’auteur est un très bon anatomiste lorsqu’il décrit avec précision le trajet des veines à ponctionner pour les saignées. La médecine médiévale étant basée sur une médecine des semblables et des contraires le médecin recommande de faire des lavements, des clystères ou des saignées. De plus au-delà de ces actes invasifs il s’appuie sur une pharmacopée variée à base de plantes. A travers l’ouvrage...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

clawdonea

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Bravo !

Merci d'encourager les masters en présentant leurs travaux. Une recherche sur la médecine médiévale nous aide à mieux comprendre nos pratiques actuelles et peut-être à revoir certaines pratiques oubliées qui peuvent être d'une grande utilité.