RECHERCHE

Recherche - La fonction d'infirmier en pratiques avancées

par .

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Dans le cadre de leur Master 1 Sciences cliniques infirmières, Sébastien Chapdaniel, Mireille Fernandez et Marie Voirin ont réalisé un travail de recherche sur Présentation de la fonction d’infirmier(e) en pratiques avancées. Ils souhaitent le partager avec la communauté d'Infirmiers.com et nous les en remercions.

La pratique avancée, une révolution pour la profession d’infirmier ?

La pratique avancée, une révolution pour la profession d’infirmier ?

Sébastien, Mireille et Marie introduisent ainsi leur travail de recherche : « La France est aujourd’hui confrontée à des changements qui remettent en question le fonctionnement de son système de santé. Selon l’Institut National de Statistiques et des études économiques (Insee) en 2050, un tiers de la population sera âgée de plus de 60 ans. Aussi, d’après l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) en 2010, 28 millions de personnes suivent un traitement au long cours, 15 millions sont atteintes de maladies chroniques (soit près de 20% de la population française) et 9 millions sont déclarées en affections de longue durée (ALD). De plus, notre pays doit faire face à une baisse du nombre de médecins dont la densité est inégalement répartie sur le territoire, ainsi qu’à une augmentation de la demande de soins, accompagnée de contraintes économiques drastiques.

Ce constat a permis de soulever la question de la place des pratiques avancées. Les différents rapports rédigés par le Pr Berland dès les années 2000, puis des expérimentations et initiatives par exemple de la Fédération Hospitalière de France, (FHF), ont permis d’intégrer la pratique avancée dans le projet de loi santé, présenté au conseil des ministres le 15 octobre 2014 (article 30). Cela représente une véritable révolution pour la profession d’infirmier et pour notre système de santé. Il ne s’agit pas pour autant de remettre en cause la place de chacun, ni la qualité des soins, mais plutôt de trouver des moyens différents et mieux adaptés pour répondre aux besoins de santé de la population. L’IPA ou l’infirmier de pratique avancée a fait ses preuves dans plusieurs pays (États-Unis d’Amérique, Canada, Europe du Nord...). Ce concept partage une expertise du coeur de la profession d’infirmier, sa pratique est centrée sur la clinique avec de nouvelles compétences et l’accès à des activités qui relève du rôle médical.

Pour alimenter notre travail, nous avons mené une enquête préliminaire auprès des cadres de santé, afin d’évaluer leurs connaissances sur le métier d’IPA. Cette enquête, certes, ne concernant qu’un petit échantillon (50 questionnaires recueillis et répartis sur quatre départements), nous a amenés au constat que 84% des sondés ont entendu parler des IPA mais que parmi eux seulement 11,9% ont reçu des informations exactes.

Dans un premier temps afin de bien distinguer les champs de pratiques et de clarifier les statuts, nous définirons les fonctions des différentes professions d’infirmier, de cadre de santé, supérieur et de pôle ainsi que de l’IPA. Dans une deuxième partie, il nous semble essentiel de comprendre la nature de l’émergence de la pratique avancée, pour cela nous reviendrons sur l’histoire de l’infirmier en France, puis nous ferons un état des lieux dans le monde et nous dégagerons les perspectives d’avenir en France. Pour finir nous développerons dans la dernière partie, le rôle et les compétences de l’IPA, ainsi que sa place au sein du système de santé Français et au sein d’une équipe pluridisciplinaire. »

Lire le travail de recherche -  Présentation de la fonction d’infirmier(e) en pratiques avancées destinée aux cadres de santé, cadres supérieurs et cadres de pôles

Aurélie TRENTESSE  Journaliste Infirmiers.com aurelie.trentesse@infirmiers.com  @ATrentesse

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (16)

Anonymous

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#16

suite

car selon hamric «une solide expérience clinique est nécessaire». et puis il serait bon de préciser dans quel cadre cette Dame au demeurant respectable, a développé ses propos.
plusieurs de nos collègues ont pu déjà faire de la recherche, n'en déplaise à ceux de nos collègues qui aimeraient en définir les possibilités.
Quant à la pertinence des données probantes...tout un programme :
cadrer la recherche, «en cadrer» les objets, «en cadrer» les chercheurs et obtenir les données que l'on veut....même logique que le DSM...si dans un premier temps on l'a vu comme un outil intéressant, il est aujourd'hui devenu inquiétant...

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#15

hum

Je ne prétend pas être plus intelligent que qui ce soit, je n'utilise pas des titres tels que : compétences, explication et compléments d'informations. Le message est très clairement, vous ne «savez» pas, on va vous expliquer.
vous tentez sans aucun doute de vous approprier les articles 4311-1/2 et 3 du décret de compétences des infirmiers, en vous basant sur des recommandations internationales complètement bancales : je ne reconnais pas (et je ne suis certainement pas le seul) ces pseudo-élites autoproclamées comme légitime, ni comme représentant ni comme «novateurs». Vous omettez (inconsciemment?) toute une partie des rôles et missions des cadres de santé, ce qui vous permet tranquillement de vous imposer comme indispensable.
Maintenant une lecture croisée des compétences des IDE et des CS, ne laisse aucune place à un exercice comme le votre, à condition bien sûr d'accepter le postulat que lorsque que l'on manque de moyens pour faire telle ou telle chose et bien on se donne les moyens plutôt que d'inventer autre chose...
vous nous dites tranquillement que plus tard vous ferez des DU, il aurait peut-être fallu commencer par cela pour être légitime «cliniquement»...

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#14

inégalité

la base du raisonnement c'est le manque de médecin,suivant les territoires,donc l'inégalité d'acces aux soins.et une autre "base" c'est la volonté de faire reconnaitre comme les infirmières peuvent faire plus.Pour le premier point,je trouve un côté pervers a vouloir sauter sur une triste opportunité,au détriment d'une amélioration des conditions d'aides aux médecins pour installation,pour la deuxième cela me dépasse..je n'ai cependant rien contre de nouveaux métiers de spécialités infirmières,en complément d'une prise en charge médicale à égalité sur le territoire

quichou13

Avatar de l'utilisateur

72 commentaires

#13

compléments d'informations

bonjour a tous, en effet le concept de pratique avancée (PA) reste obscur car chacun y va de sa définition, qui n'est pas encore bien clarifiée. Du moins en France... il y a déjà des articles parus sur ce même site, je vous encourage à les consulter. Pour être bref, la PA est une facon d'exercer et non une spécialisation . c'est un ensemble de compétences acquises ,selon hamric qui y a consacré un livre entier, des compétences centrales et d'autres qui viennent les renforcer. Chaque IDE, peu ou prou, a une ou plusieurs de ces compétences, bien sur. il y en a qui font de la consult, de l'enseignement, qui sont personnes ressources ou collaborent avec les médecins de façon etroite... Ceci dit c'est l'ensemble de ces competences réunies au sein d'un même personnes, et acquises via ce master en science infirmière qui va définir la PA. Donc aucune concurrence, avec personne, l'ipa est "en plus" dans des territoires non couverts. elle travaille AVEC les équipes , les cadres et les medecins...pas en concurrence mais en collaboration. En personne ressource d'équipe, de patient et du systeme. j'espere avoir un peu aidé , je sais que c'est encore flou comme approche, mais c'est nouveau et en construction.

IDEnuit66

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#12

Merci

Merci pour ce travail, il est super. J'ai appris plein de choses, n'hésitez pas à partager d'autres travaux. Bien à vous

msciseb

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#11

binoute1

Bonjour, pour répondre à vos interrogations pour être IPA il faut un niveau Master (voir définition CII). Ce n'ai pas moi qui fixe les règles, ce sont les recommandations internationales.

En revanche vous avez totalement raison de réaliser des DU et/ ou des licences car toutes personnes qui souhaite faire évoluer sa pratique et sa réflexion doit continuer à se former (DPC). Moi même j’effectuerai des DU dans les années à venir.

Effectivement il faut continuer à développer l'activité de base de l'IDE. Mais on peut très bien développer l'IPA en même temps. Les infirmiers ont un rôle primordial à jouer dans notre système de santé qui doit faire fasse à la baisse de la démographie médicale, à la gérontocroissance, et à l'augmentation des maladies chroniques.

Comment répondre aux déserts médicaux si certains infirmiers (de première ligne) ne peuvent pas prescrire des examens complémentaires ou adapter des traitements ou orienter un patient vers un spécialiste (une IDE peut prescrire si elle rentre dans un protocole d'établissement ou un protocole de coopération mais une IPA peut prescrire sans aucun contrat ni sans aucun protocole et dans n'importe quel établissement ou elle travaillera: autonomie)?

Comment se détacher de la recherche médicale et faire reconnaître notre science si certains infirmiers ne sont pas formés à la recherche (un niveau Master ou doctorat s'impose pour ces activités)?

Les practitionners ou les spécialistes cliniques: qui sont les deux types d'exercices de l'IPA sont complémentaires. Le rôle des IPA au sein du système de santé ne peut être que bénéfique pour la reconnaissance de notre profession.
IDE, IPA, cadre, spécialités et formateurs nous sommes tous dans le même bateau. Nous devons ramer ensemble pour notre profession. Bien sur je vous ai titillé en employant volontairement le mot "ignorant" sans le penser nullement car les premiers commentaires étaient un peu virulents. Unis nous gagnerons. Confraternellement

msciseb

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#10

mickaelm

Je reconnais que vous êtes beaucoup trop intelligent pour moi, je vous laisse donc inventer une nouvelle science. Je ne voudrais point vous tirer vers le bas. Je vous souhaite donc une bonne continuation. Confraternellement

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#9

@mcseb

Avant de lire, je préfère échanger avec mes semblables.

""Ne serait-ce pas mieux d'avoir le temps de pratiquer notre boulot d'infirmière correctement" : l'activité professionnelle de l'IPA est différente de celle de l'IDE. Donc même si vous avez plus de temps pour faire votre "boulot" correctement, vous n'aurait pas la possibilité légale de réaliser l'activité de l'IPA. (exemple: l'IPA a des droits de prescriptions et d'orientation) " --> mais ma question était pourquoi ne pas d'abord se pencher sur l'activité de base de l'IDE avant de vouloir aller plus avant ?
pis les si c'est juste pour avoir le droit de prescrire...

"Effectivement il faut développer ces modes d'exercices car ce sont des infirmiers qui font des consultations." --> perdu, certaines en font !

"C'est un pallier vers la pratique avancée, mais ce n'est pas de la pratique avancée car ils n'ont pas acquis les 6 compétences : consultation, recherche, leadership, prises de décisions complexes (éthique), collaboration, formation. (Hamric). " --> donc des inf qui font des DU, des formations des licences spécifique (si si c mon cas), ne pourront pas avancer....parce que même s'ils ont les compétences, ils n'ont pas suivi la bonne formation... ???

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#8

humilité quand tu nous tiens

seb comme "Sébastien"?

Je vous inviterai à une certaine retenue, lorsque vous vous permettez d'encenser telle ou telle master qui "ouvrirait" les portes de la connaissance, car dans un concours du type j'ai un plus gros diplôme que le tien vous pourriez être bien désappointer de vous apercevoir que les gens que vous pensiez être des quiches vous surpasse sur les critères universitaires que vous aimez.
concernant votre tentative d'imposition de paradigme, je ne saurais trop vous conseiller de dépasser le premier stade de pâmoison intellectuelle que des concepts étrangers semble vous procurer, pour passer au stade suivant qui pourrait être la vérification de vos perceptions : cela pourrait passer par une approche qualitative, qui vous permettrait alors peut-être mieux d'apprécier le critère contextuel de ces théories d'une autre dimension. On a pas attendu Ann Hamric pour savoir ce qu'était la prise en charge Holistique des soins.
On pourrait nous aussi inventer une nouvelle science, et justifier celle-ci en nous appuyant sur ses propres théories, ce qui s'apparenterait dangereusement à une secte.

msciseb

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#7

Explications

Re-bonjour,

Reprenons votre message du 14 avril:

"mais je ne comprends pas toujours pas pour les IPA" : Il existe aujourd'hui assez de travaux réalisés pour comprendre la fonction de l'IPA, pour cela il faudrait commencer par les lire.

"Ne serait-ce pas mieux d'avoir le temps de pratiquer notre boulot d'infirmière correctement" : l'activité professionnelle de l'IPA est différente de celle de l'IDE. Donc même si vous avez plus de temps pour faire votre "boulot" correctement, vous n'aurait pas la possibilité légale de réaliser l'activité de l'IPA. (exemple: l'IPA a des droits de prescriptions et d'orientation).

"ET en lisant ce travail, il n'ai jamais ! fait mention des infirmière scolaires, hygiènistes, du travail" : ces fonctions que vous aborder sont des fonctions d'infirmiers cliniciens (qui existent depuis les années 90). Effectivement il faut développer ces modes d'exercices car ce sont des infirmiers qui font des consultations. C'est un pallier vers la pratique avancée, mais ce n'est pas de la pratique avancée car ils n'ont pas acquis les 6 compétences : consultation, recherche, leadership, prises de décisions complexes (éthique), collaboration, formation. (Hamric).
Les formateurs dont vous faites parti ont un rôle décisif dans l'avancée de notre profession, vous êtes à l'avant garde de l'empowerment de notre science et vous comprenez que tout les infirmiers ne veulent pas faire de la pratique avancée. Donc cette nouvelle "collaboration" comme vous le dîtes si justement est primordiale pour ne pas contraindre les IDE à réaliser des missions dont ils ne veulent pas. Si vous avez d'autres questions n'hésitez pas, je ferais du mieux possible pour y répondre dans la limite de mon savoir. Au plaisir de vous lire

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#6

@mscieb

oh la vache !
oui, j'avoue que sur ce sujet, je suis ignorante, mais jamais je n'ai pensé tout savoir ou tout maitriser. faudrait pê arrêter les généralités

Et justement, voilà pourquoi plusiuers forumeurs , dont moi, avons maintes fois posé la question sur l'intérêt des IPA. mais visiblement, si on veut une réponse, on est obligé de faire le master.
Parce que les mastérisés ne peuvent pas la partager avec leurs collègues ???

Enfin, je pense avoir déjà l'esprit ouvert, puisque justement j'aimerai que l'on m'explique IPA. Une personne à l'esprit fermé condamnerait d'avance, non ?

msciseb

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#5

Compétence

Bonjour tout le monde. Je vous invite à faire ce Master et vous comprendrez ce qu'est la SCIENCE infirmière. Bien sur lorsque l'on est ignorant on pense tout savoir et tout maîtriser. Alors lancez vous dans cette aventure, et peut être que vos esprits s'ouvriront à d'autres modes de pensées. Bonne réflexivité à vous chers confrères et consœurs. Que la science vous guide sur la voie de la sagesse et de la curiosité intellectuelle.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#4

merci !

Je croyais être devenue neuneu....
mais tu soulignes certains points qui m'interpelaient

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#3

et...

quant à la définition du rôle du cadre de santé....on pourrait peut-être en discuter, car il me semble que ses missions lui ont été légèrement sinon amputées, au moins synthétisées à l'extrême pour pouvoir développer celles de l'IPA...

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#2

l'autodétermination

la recherche : sa qualité se juge à sa capacité d'éviter un maximum de biais.

on ne peut pas citer, pour définir une profession, ce qui est dit par d'autres qui exercent dans des réalités différentes (statut professionnel, missions, organisation du système de soin, qualité du système de soin, données sociodémographiques).
De plus les organismes cités sont eux mêmes des organismes autoproclamés investis de mission....les mandats internationaux....qui seraient les mandants?

je ne vois rien dans les compétences soi disant spécifiques à l'IPA qui ne puisse être fait par une IDE. Les nouvelles tâches peuvent très bien se faire soit par la définition de protocole, soit par une reconnaissance des capacités. comme cela à toujours été le cas.

cette logique d'IPA, c'est s'approprier tout un pan de connaissances infirmières pour au final un résultat que l'on voit bien venir : la légitimité de panser confisquée.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

521 commentaires

#1

du travail !

pour l'écriture de ce mémoire.
Mais soit je ne comprends pas vite, soit il faudra m'expliquer longtemps, mais je ne comprends pas toujours pas pour les IPA....

Ne serait-ce pas mieux d'avoir le temps de pratiquer notre boulot d'infirmière correctement ? Au lieu de voir des collaboration en cascade : l'inf fait du boulot de doc, qui n'ont plus le temps --> du coup l'ASDE fait du boulot d'inf, qui n'ont plus le temps....

ET en lisant ce travail, il n'ai jamais ! fait mention des infirmière scolaires, hygiènistes, du travail....qui ne sont pas des spé, qui ne sont plus en soins, mais qui sont quand même infirmières !