RECHERCHE

Recherche : « Mourir à domicile : de gré ou de force? »

par .

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

Dans le cadre de son Diplôme Universitaire « Éthique et pratiques de la santé et des soins », Laure Praud, infirmière libérale depuis une dizaine d'années, a mené un travail de recherche sur le thème « Mourir à domicile : de gré ou de force? ». Elle souhaite aujourd'hui le partager avec la communauté d'Infirmiers.com et nous l'en remercions..

accompagnement fin de vie patient

Fin de vie : comment respecter le choix du patient ?

Laure débute ainsi son travail de recherche : « Le choix du malade concernant le lieu de sa fin de vie ne reste souvent qu’un souhait. Que ce souhait soit de mourir à domicile ou à l’hôpital, cette interrogation est généralement posée en amont de toute maladie et de tout questionnement sur le sujet. Or, il paraît évident que pour tout un chacun en bonne santé, nous souhaiterions majoritairement, si la question nous était posée, passer nos derniers instants chez nous, dans notre univers familier, entourés de nos proches, plutôt que dans une chambre banale d’un établissement de santé, entourés d’anonymes. Sans expérience réelle de la maladie, seule la projection que nous en faisons dans notre imaginaire nous aide à faire ce choix.

L’étude de l’INED (Institut national d’études démographiques) réalisée en 2010 indique que près de 7 personnes sur 10 décèdent dans un établissement de santé. En revanche, l’étude IFOP (Institut français d’opinion publique) réalisée la même année, atteste que 81% des Français souhaiteraient passer leurs derniers instants chez eux. Aussi est-il permis de s’interroger sur les motifs et les difficultés qui expliquent ce fossé entre le souhait réel du malade et les chiffres factuels.

Au vrai, nous ignorons si ce choix demeure ou s’inverse face aux conséquences de la maladie et à l’approche de la fin de vie. Car c’est bel et bien la connaissance du souhait des malades en fin de vie qui nous intéresse afin de pouvoir le comparer avec l’état actuel des choses. Connaître le choix des malades en fin de vie et le comparer avec les chiffres effectifs nous donnerait un réel indicateur sur le respect du choix du patient. À défaut, puisqu’une telle entreprise est difficilement réalisable...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#1

l'infirmière libérale

et son rôle à domicile est absente de ce mémoire que je trouve par ailleurs remarquable.