RECHERCHE

Recherche - Les pratiques de tutorat

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

La formation clinique des étudiants en soins infirmiers fait depuis toujours partie du métier d’infirmier. Cependant, l’alternance entre terrain de stage et institut de formation est l’une des modalités « pivot » d’organisation qui a été choisie lors de la réforme de 2009. Annelyse Pinatel, cadre formateur au sein d’un Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI), s’est interrogée, dans le cadre d’un travail de recherche1, sur la diversité des dispositifs opérationnels de stage mis en œuvre depuis la dernière réforme des études conduisant au diplôme d’état d’infirmier.

Le contexte de la recherche

infirmières coopération

Anelyse Pinatel aborde, dans son travail de recherche, la diversité des dispositifs d'encadrement.

La démarche qui a été la nôtre a été de recueillir ce que sont les pratiques de terrain, au travers d’une enquête centrée sur les dispositifs d’encadrement. Compte-tenu de l’importance du rôle pédagogique joué par les tuteurs de stage, nous avons choisi de centrer notre approche sur ces derniers.

Situation d’appel – Questionnement de départ

Notre questionnement de départ avait pour objectif d’identifier comment les tuteurs mettent en œuvre la réforme sur le plan opérationnel. L’enquête exploratoire a mis en évidence, d’une part, des carences dans l’application de la réforme et d’autre part, qu’il pouvait exister plusieurs lectures du référentiel de formation quant aux pratiques de tutorat effectivement mises en œuvre sur les terrains de stage2. Il semble en effet exister une diversité d’organisation entre les structures accueillant des étudiants en stage, avec une propension plus importante à formaliser des dispositifs opérationnels de stage pour les structures publiques. Partant de notre constat, nous nous sommes alors interrogé sur l’influence que pouvait avoir la diversité des pratiques de tutorat3 sur le processus de professionnalisation des étudiants4, avec une focale portée sur leur développement professionnel en termes de compétences.

Résultats

Les premiers résultats du dispositif de recherche clinique initiée en avril 2015 nous montrent qu’il existe une articulation entre deux postures éducatives : le guidage et l’accompagnement5 ; ces deux postures étant prises par les tuteurs lorsqu’ils encadrent les étudiants infirmiers. A ce stade, nous pouvons émettre l’hypothèse que cette articulation serait une des sources de développement professionnel des étudiants en soins infirmiers6.

Les premiers éléments de conclusion ont également permis de voir à quel point la valorisation et l’amélioration des pratiques de tutorat sur les terrains de stage ne peut qu’optimiser le processus de professionnalisation des étudiants. Sept années après la réforme des études conduisant au diplôme d’état d’infirmier, plusieurs points restent encore à développer : une amélioration de la collaboration IFSI-terrain de stage, la nécessaire formation des tuteurs mais aussi un travail sur les pratiques réflexives d’encadrement.

Il est à noter que le référentiel de formation précise que le dispositif tutoral, quel qu’il soit, doit être construit dans un objectif de professionnalisation et d’acquisition progressive des compétences. La partie pratique7 de notre travail a montré que l’avancement dans la mise en œuvre du référentiel est avant tout le fruit d’une politique d’établissement, du temps disponible par les équipes et de la connaissance par les équipes de ce même référentiel.

Proposition

Dans le cadre de ce dispositif de recherche, nous avons procédé à un retour auprès des personnes interrogées leur permettant d’identifier et comprendre leurs pratiques de terrain en tant que tuteur de stage. L’outil proposé, grâce à son rendu graphique, a permis à chaque tuteur d’identifier son profil (posture d’encadrement et logique professionnelle majoritaire8).

outil cartographie profil tuteurs

Cet outil pourrait être proposé au cadre du service dans l’intention d’appréhender les pratiques des équipes soignantes vis-à-vis de l’encadrement des étudiants. Le maître de stage pourrait notamment l’inscrire dans le cadre d’une démarche d’amélioration des pratiques de tutorat avec une autoévaluation de ses agents, qu’ils soient tuteur et/ou professionnel de proximité.

Perspectives

En tant que cadre formateur en IFSI, il nous parait important de poursuivre cet accompagnement au changement. Les formateurs de terrain ont semble-t-il eux aussi un rôle à jouer durant la formation clinique des étudiants en soins infirmiers. La définition opérationnelle de ce rôle reste encore à définir, leur mission est probablement encore amenée à évoluer. Il semble en être de même pour l’activité des tuteurs, tant sur le fond (les missions) que sur la forme (reconnaissance statutaire, métier à part entière) dans les années à venir mais aussi au fil des réformes du système de santé. La mise en œuvre prochaine des Groupements Hospitalier de Territoire (GHT) va sans doute modifier le contexte de soins et par ricochet celui de la formation.

Cette démarche ouvre d’autres perspectives de recherche notamment quant aux rôles des autres acteurs de l’encadrement mais également au vécu des étudiants infirmiers. 

Notes

  1. Validant le diplôme cadre de santé (IFCS Aix en Provence)  et un Master en Sciences de l’Education (Aix Marseille Université)  – Juin 2015  – sous la codirection de : EYMARD, Chantal, Habilitée à Diriger les Recherches (direction administrative); GIORGI, Roger-Pierre, Maitre de Conférences (direction universitaire); ZOUGGAR, Corinne, Cadre supérieur de Santé (direction professionnelle).
  2. Cet élément est également pointé par les récentes préconisations de la Direction Générale de l’Organisation des Soins (Circulaire du 24/12/2014). Un guide ainsi proposé rappelle l’importance de l’application des dispositions relatives aux politiques de stages et invite les structures à poursuivre en ce sens.
  3. Cet éclairage a notamment mis en avant différentes pratiques associées au tutorat, telles que le compagnonnage, le mentoring, le coaching… Ces pratiques s’inscrivent dans les pratiques d’encadrement déployées par les tuteurs de stage.
  4. Concept de tutorat de professionnalisation selon Mazingue.
    MAZINGUE, B. (2009). Seniors tuteurs: comment faire mieux?. Rapport au Secrétaire d’État chargé de l’emploi.
  5. Concernant la relation éducative qui lie le professionnel de santé et l’étudiant, et dans le cadre de notre recherche, nous avons fait le choix de la mettre en lien avec les deux paradigmes profanes définis par Michel Vial associées au guidage et à l’accompagnement. VIAL, M., CAPPAROS-MENACCIN,N. (2007). L'accompagnement professionnel ? méthode à l'usage des praticiens exerçant la fonction éducative. .Bruxelles: De Boeck. • VIAL, M. (dir.) et al., (2010). Le travail des limites de la relation éducative : aide ? Guidage ? Accompagnement ? Paris : L’Harmattan. • VIAL, M., (2012). Se repérer dans les modèles de l'évaluation. Méthodes. Dispositifs; Outils. Bruxelles: De Boeck.
  6. WITTORSKI, R. (2007) Professionnalisation et développement professionnel. Paris : L’Harmattan
  7. Enquête exploratoire de terrain conduite – Résultats de 60 questionnaires administrés via Google Drive®.
  8. D’après les six voies de développement des compétences professionnelles de Richard WITTORSKI. - WITTORSKI, R. La professionnalisation. Savoirs, 2008 ; 17 :11-38.
Creative Commons License

Cadre de santé annelyse.pinatel@laposte.net

L’auteur n’a pas déclaré de conflits d’intérêts.

Retour au sommaire du dossier Recherche en soins infirmiers

Commentaires (0)