RETRAITE

Complémentaire Retraite des Hospitaliers : la solution retraite du C.G.O.S fête ses 50 ans

Cet article fait partie du dossier :

Retraite

    Précédent Suivant

Visionnaires, dans les années 60, les premiers administrateurs du C.G.O.S lançaient la Complémentaire Retraite des Hospitaliers... avec une idée fixe : inscrire ce nouveau régime dans la durée. Un demi-siècle plus tard, le système se porte bien. Retour sur une histoire qui continue de s’écrire avec les agents hospitaliers.

cgos 50eme anniversaireTout s’est joué le 1er mars 1962 à 19h30 : ce jour-là, la première assemblée générale du C.G.O.S approuve la création d’un complément de retraite pour les agents hospitaliers par 89 voix contre 19 et une seule abstention. Un an plus tard, début 1963, l’ancêtre de la CRH est créé, cette fois à l’unanimité du conseil d’administration !

A vrai dire, on n’aura pas perdu de temps. Car, à l’époque, le temps presse. 20 ans plus tôt, en 1945, les pouvoirs publics ont créé l’assurance vieillesse du régime général de la Sécurité Sociale. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui le régime de base. Pour la première fois, en France, on instaure un système de cotisations obligatoires et généralisé pour financer les retraites. L’ensemble des fonctionnaires bénéficie désormais d’un régime de base d’assurance vieillesse. Mais ce système va très vite se révéler insuffisant pour garantir aux retraités un niveau de revenu en rapport avec les revenus qu’ils avaient en activité. En un mot, la chute est brutale. Pour une raison simple : dans le régime de base, le calcul de la future retraite ne tient pas compte des primes. Voilà pourquoi, dès 1962/63, les administrateurs du C.G.O.S, les œuvres sociales des hospitaliers du secteur public, imaginent la création d’un complément de retraite facultatif pour faire face aux insuffisances du régime général. Un projet qui s’inscrit parfaitement dans le cadre de la mission du C.G.O.S : améliorer la vie des hospitaliers.

Une volonté dès le départ : ancrer le nouveau système de complémentaire
retraite dans la durée. En 50 ans, cette détermination ne faillira jamais

La CRH est conçue dès le départ comme une mesure phare dans le dispositif social mis en place, permettant à tous les affiliés d’anticiper des lendemain plus difficiles et de limiter la perte sèche qui s’impose à tous à la retraite. Succès immédiat dès 1964 : 75.000 agents sont désormais affiliés, soit la moitié des agents en activité !

A l’époque, le C.G.O.S fait appel à un assureur-partenaire, les « Assurances Générales de France » (AGF), qui a changé de nom en 2009 pour devenir «Allianz», toujours à ses côtés depuis 50 ans. Le système mis en place est un régime de retraite assimilable à un régime par capitalisation, fondé sur un système de points. En clair : les agents en activité cotisent, chaque mois, pour un fond qui permettra, plus tard, de financer leurs propres retraites. Cette cotisation permet d’acheter des points qui s’accumulent sur leur compte, année après année. C’est la clé de voûte qui permet d’assurer la sécurité du système. Car depuis la création, les responsables du C.G.O.S ont une volonté tenace : ancrer le nouveau système de complémentaire retraite dans la durée. En 50 ans, cette détermination ne faillira jamais.

En 1969, la CRH a bénéficié d’un coup de pouce du législateur qui instaure la déductibilité fiscale des cotisations. Et aujourd’hui encore, les cotisants ont toujours cette faculté de déduire les cotisations de leur revenu net global.

En décembre 1987, nouvel avantage : cette fois, le principe d’une aide remboursable aux affiliés est décidé. Le montant maximal alloué est, à l’époque, de 22.000 francs à 3 % d’intérêt ! Il est aujourd’hui de 3.500 euros à 0 % pour les cotisants comme pour les retraités.

En 2001, c’est l’offre « jeunes » qui est lancée avec la mise en place d’une période de cotisation gratuite pour les agents jusqu’à 35 ans. L’objectif : inciter les jeunes à préparer leur retraite dès leur entrée dans la vie active. Cette offre existe toujours. Elle a, à l’époque, et encore aujourd’hui, une approche très sociale et, pour le moins, avant-gardiste !

« C’est une évidence : leur temps de retraite va durer plus longtemps qu’autrefois. »

Durant ces périodes, le régime général des retraites a évolué. D’abord pour des raisons démographiques : la France est plus peuplée, les futurs retraités sont plus nombreux. L’espérance de vie a considérablement augmenté, surtout celle des femmes (85 ans en 2013) : 80 % des affiliés aujourd’hui à la CRH… C’est une évidence : leur temps de retraite va durer plus longtemps qu’autrefois. Pour faire face à ces bouleversements de fond, auxquels est venue s’ajouter la crise, le régime général des retraites a été plusieurs fois revu et corrigé : la réforme de 1993, pour les salariés du privé, a entraîné une diminution des pensions et repoussé l’âge effectif du départ en retraite.

Dix ans plus tard, en 2003, ces dispositions ont été étendues aux fonctions publiques d’Etat et donc aux agents hospitaliers.

En 2010 enfin, l’âge légal de départ à la retraite a été à nouveau repoussé pour tous, pouvant aller jusqu’à 67 ans pour partir à taux plein si la durée de cotisation n’était pas atteinte.

D’autres réformes du système d’assurance vieillesse pourraient éventuellement suivre. Et en 2013, avec le recul, on mesure à quel point les créateurs de la CRH, s’ils n’étaient pas devins, avaient tout de même anticipé les difficultés actuelles du régime général. C’était il y a 50 ans.

Le 28 février 1962, le premier président du C.G.O.S, M. Reynaud, confiait devant son conseil d’administration : « Nous savons que c’est une aventure dans laquelle nous devons nous lancer et engager les agents ». 50 ans plus tard, l’aventure continue, pour donner plus de sérénité aux hospitaliers, face à leur retraite…

La Complémentaire Retraite des Hospitaliers en chiffres

  • Nombre d’affiliés : 356.000
  • Nombre de retraités :156.500
  • Allocataires centenaires : 166 (la doyenne a 108 ans)
  • Volume des pensions versées par an : 158 millions d’euros
  • Réserve financière : 2,75 milliards d’euros

Creative Commons License
http://crh.cgos.info/index.php

Retour au sommaire du dossier Retraite