RETRAITE

Une retraite dorée... au soleil !

Cet article fait partie du dossier :

Retraite

    Précédent Suivant

De plus en plus de retraités sont tentés de s'expatrier à l'étranger : ils y cherchent un soleil plus franc mais aussi un niveau de vie plus prometteur. 200 000 l'ont fait, 800 000 en rêvent, pourtant certains en reviennent déjà...

plage vacances

Le soleil, principale motivation d’un départ à l’étranger pour la retraite...

Selon une enquête Ipsos de 2013, 24 % des Français aimeraient partir vivre leur retraite à l'étranger par volonté d'évasion par rapport à la France. Evasion fiscale ? Pas toujours ! En fait, le premier critère, c'est le climat : J'en avais marre de la pluie et je suis parti au Maroc sur un coup de tête, il y a 8 ans ! explique Jérôme, ancien ambulancier en Indre et Loire. La recherche du soleil reste de très loin la principale motivation d’un départ à l’étranger pour la retraite (40%).

A la recherche d'une fiscalité avantageuse...

L’expatriation au moment de la retraite est aussi, selon 17 % des personnes interrogées, le meilleur moyen de faire face à la baisse de leur pouvoir d’achat. Bernard, ancien cadre administratif dans un CHU du Nord de La France a choisi le Portugal : Je suis parti avec mon épouse à Lisbonne parce que j'aime cette ville, c'est en Europe, proche de la France et parce que le Portugal offre une fiscalité avantageuse pour les retraités... En effet, une circulaire du 3 août 2012 prévoit que les retraités européens qui s’installent pour la première fois au Portugal sont exonérés d’impôts sur les pensions perçues dans leur pays d’origine pour les dix prochaines années !

Objectif des pouvoirs publics portugais : attirer 20 000 retraités dans les deux prochaines années pour qu’ils viennent dépenser leur pension au Portugal ! Profiter de cet avantage fiscal n’est pas sans contrainte : il faut avoir une habitation permanente au Portugal et passer 183 jours par an sur place. Bernard a donc vendu son appartement en France, acheté au Portugal et quand il revient dans son pays d'origine, il loge chez ses enfants.

Pas facile de tout lâcher, certains reviennent au bout de quelques années...

Si l'envie d'évasion des futurs retraités semble forte, 76% d’entre eux ne souhaiteraient s'expatrier que temporairement dans l'année. Pas facile en effet de tout lâcher… Jean-Claude et Catherine, anciens agents hospitaliers, se sont installés en Espagne il y a tout juste 10 ans : L'idée de tenter l'aventure ailleurs nous avait plu, mais nous nous sommes rendu compte que ce n'était pas facile de laisser sa famille, ses amis, ses activités... Et puis on vieillit aussi. On a le réflexe du retour au pays. Nous allons sûrement rentrer en France à la fin de cette année... Alors était-ce un mirage, ce départ pour un « ailleurs » ? Nous sommes partis à un moment de notre vie où nous avions envie de partir. Mais aujourd'hui, cette page est tournée...

Creative Commons License

http://crh.cgos.info/index.php

Retour au sommaire du dossier Retraite