FORMATION

Bilan de compétence et VAE, un "parcours du combattant"

Cet article fait partie du dossier :

Conseils emploi

Pourquoi parler de Bilan de compétences et de VAE ?

Dans les institutions hospitalières publiques et privées, dans les établissements médico-sociaux, le besoin de qualification est reconnu voire même souligner dans des textes réglementaires régissant nos structures (exemple : signature de la convention tripartite pour les EHPAD, maisons de retraite, soumise à la qualification des personnels).
Il y a des textes applicables sur la VAE actuellement sur les diplômes Education Nationale et des pourparlers, des travaux de réflexion, sur les autres ministères tel que celui de la santé (pour les formations Aide soignante, Infirmière…).
Très récemment, le diplôme d'auxiliaire de vie sociale (DEAVS = ancien CAFAD) prend en compte la réforme de validation des acquis professionnels.
Mais voyons de plus prés ce dont nous parlons.

Qu'est ce que le Bilan de compétences ?

Les actions de bilan de compétences ont pour objet de permettre au salarié d'analyser ses compétences professionnelles et personnelles ainsi que ses aptitudes et ses motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation

Le salarié peut demander une autorisation d'absence pour suivre ce type d'actions. La prise en charge financière peut être accordée par un organisme paritaire collecteur agréé ai titre du CIF.

Qu'est-ce que la VAE ?

A l'origine, la validation d'acquis professionnels (VAP) où il est possible de valider des formations et des acquis antérieurs en vue d'entrer dans une formation universitaire normale (loi de 1984 et décret de 1885). La loi de 1992 est allée beaucoup plus loin en dispensant de la quasi totalité des épreuves en vue de l'obtention du diplôme (enseignement technologique, ministère de l'Education nationale et de l'Agriculture). 5000 à 6000 diplômes obtenus par cette voie environ tous niveaux confondus.

La VAE, un nouveau pas : " Toute personne engagée dans la vie active est en droit de faire valider les acquis de son expérience, notamment professionnelle, en vue de l'acquisition d'un diplôme, d'un titre à finalité professionnelle ou d'un certificat de qualification figurant sur une liste établie par la commission paritaire nationale l'emploi d'une branche professionnelle, enregistrés dans le répertoire national des certifications professionnelles… "

Qui peut en profiter ?

  • Les salariés sous conditions en demandant un congé, en obtenant un financement dans le cadre de la formation continue, se rapprocher de son service de Formation
  • Les demandeurs d'emploi
  • Et toute autre personne voulant se faire reconnaître ses acquis par la voie d'un diplôme.

DES TEXTES EN REFERENCES

  • Loi du 31 Décembre 1991 : Base légale et contenu juridique du bilan de compétences
  • Décret n°96-316 du 5-03-1993 : bénéficiaires, déroulement...
  • Circulaire DFP n° 93-13 du 19-03-93 : formalités, accès des salariés, accès des personnes sans emploi…
  • Circulaire DFP/DE n°94-3 du 10-03-94 du ministère du travail, de l'emploie et de la formation professionnelle : Liste des prestataires
  • Accord interprofessionnel du 3-07-1991.
  • Pour le DEAVS : Décret N°2002-410 du 26 mars 2002, arrêté du 26 mars 2002, J.O du 7-02-03, circulaire DGAS/ATTS/4A n°2002-441 du 5 août 2002, circulaire DGAS/ATTS/4A n°2003/08 du 8-03-03
  • Circulaire D.G.E.F.P. n°2002-24 du 23 avril 2002, relative à l'information et au conseil VAE

La possibilité légale de valider les acquis de l'expérience remonte à 1984 : la loi n° 84-52 du 27 janvier 1984 (décret n°85-906 du 23 Août 1985).
Cependant, elle concernait uniquement les diplômes et titres de l'enseignement supérieur et ne permet que d'accéder directement, sans justifier du niveau d'études ou des diplômes et des titres normalement requis, à une formation universitaire.

  • Loi n°92-678 du 20 juillet 1992
  • Loi relative à la validation d'acquis professionnels pour la délivrance de diplômes et portant diverses dispositions relatives à l'éducation nationale introduit la notion de validation des acquis professionnels (VAP). Elle étend la validation des acquis aux diplômes et titres de l'enseignement technologique et permet de bénéficier d'une dispense d'épreuve constitutive d'un diplôme ou titre de l'enseignement supérieur ou technologique.
  • Loi n° 2002-73, Loi de la modernisation sociale
    Chapitre II : développement de la formation professionnelle
    Section 1 : validation des acquis de l'expérience
    Articles 133, 134, 136, 137, 138, 139, 140,141, 142, 143, 144, 145 et 146
  • Décret n°2002-529 du 16 avril 2002
  • Décret n°2002-590 du 24 avril 2002
  • Décrets n° 2002-615, 616, 617 du 26 avril 2002
  • Décret n° 2002-795 du 3 mai 2002
  • Décrets n° 2002-1459, 1460 du 16 décembre 2002
  • Articles 950-14, 950-3, 950-13.3, 950-13.4, 950-19, 950-20 du code du travail

UNE DEMARCHE ET UN EXERCICE D'AFFIRMATION DE SOI

I- Un projet de recyclage, un licenciement, une ouverture professionnelle, une promotion….

Nos parcours professionnels et personnels engendrent des commencements et des fins diversifiés dans la recherche de reconnaissance. Et la reconnaissance dans notre société passe avant tout par le diplôme même si nous souhaiterions qu'il en soit autrement ! Demain, vous êtes muté, licencié (comme moi !), vous avez une promotion, une offre de travail qui vous motive…..mais vous n'avez pas le diplôme.

Par contre, depuis des années vous avez acquis des connaissances, des savoirs faire, un savoir être dans le domaine concerné par ce changement. Que faire ? Nous avons ici un cas typique de personne dont la VAE (validation d'acquis de l'expérience) peut changer la vie.

II - S'informer, rechercher une aide :

Avoir la bonne information, au bon moment est une condition essentielle pour être sur la bonne voix le plus rapidement possible. Se faire accompagner par un professionnel ratifie votre avancée et évite la perte d'enthousiasme, évite le découragement dans ce parcours du combattant.

III - Les étapes à conseiller et incontournable à mon avis :

1- Le bilan de compétences (quelque soit la méthode il suffit qu'elle " colle " à votre personne)

1.1 Avec recherche et analyse " sur soi-même " (tests psychométriques sur sa personnalité, ses ambitions et ses motivations)
1.2 Inventaire de vos savoirs faire, vos savoirs
1.3 Mise en adéquation et cohérence avec votre vie personnelle, votre entourage, vos contraintes….Ne pas viser ce qui est impossible !

2- La recherche du diplôme ou de la qualification adaptée à votre projet, vous informer sur le métier et comment il s'exerce.

3- La demande de VAE à l'organisme de formation choisi : Un dossier imposant, rigoureux, minutieux, long à élaborer……..mais tellement riche pour soi.

4- Le passage devant la commission de validation : comme devant un jury, devant lequel il faut bien se présenter, défendre son dossier, argumenter…un exercice d'affirmation.

Mon expérience :

Infirmière et cadre infirmier, orientée depuis 10 ans vers la formation d'adultes.
Un bilan de compétences, pendant un période chômage (licenciement économique), qui m'oriente vers un DESS de psychologie du travail et des organisations. Montage de dossier…Une vraie histoire de vie professionnelle…Un organisme de formation universitaire et son service de formation continue, un accompagnement individualisé pour se préparer.
Passage devant une commission de validation. Résultat : entrée en DESS validé + quatre modules de la formation.
Juin 2003, je passe les épreuves du DESS et je m'installe en profession libérale Formatrice consultante dans le secteur de la santé…

Auteur : Evelyne CAMPS-PRADIER, 46 ans
Infirmière et cadre de santé pendant 15 ans dans des établissements hospitaliers publics et privés, enseignante en IFSI, formatrice et consultante salariée auprès d'établissements de santé et entreprises privées depuis 11 ans.
Coordonnées : 41 rue des Gourguns 34250 PALAVAS
Téléphone/fax : 04 67 50 68 23 - Mail = capra34@wanadoo.fr

Retour au sommaire du dossier Conseils emploi

Publicité

Commentaires (0)