AU COEUR DU METIER

Savoir écouter l'autre... Chut, écoute...

    Précédent Suivant

Écouter une personne est un acte quotidien et banal. Tout le monde écoute tout le monde. Oui, mais comment ?  Pour quoi faire ?
« Écouter, c’est facile, me dirais-tu ! Il suffit d’avoir des oreilles et de les tendre vers l’autre. Mais, qu’entendons-nous quand nous écoutons ? Des mots, des bruits, des voix, des tonalités, des sentiments, des émotions, des idées, des besoins… Les nôtres, ceux de notre interlocuteur ou encore ceux d’une autre personne ?

Il y a tellement de choses à écouter, que l’on s’y perdrait presque.
Oui, on peut s’y perdre, effectivement. On est comme dans une forêt pendant la nuit, me disait un client, dernièrement. On a peur, on avance à petit pas, on tend l’oreille au moindre bruit… »

Et, je pense en moi-même :
« Et, si ce que pourrait dire une autre personne me dérangeait dans mes idées, mes croyances, mon train-train quotidien ? Est-ce que je tiendrais encore debout ? Est-ce que je saurais faire face à mes émotions ? J’ai peur de chavirer, de changer d’avis, moi qui tiens tant à mes opinions, à mes principes, à mes croyances ? Je ne veux pas les lâcher ; que me resterait-il ? Je risquerais de me perdre ! »

« Tout cela est ce que pourrait penser un jeune écoutant, ou plutôt un vieux, un dur d’oreille !
On prend vite l’habitude de ne pas écouter l’autre ou plutôt de l’écouter avec nos vieux schémas, nos vieilles « casseroles » qui font du bruit. Entre nous, on écoute, le plus souvent, que d’une seule oreille, et, pourtant, on a en deux !
“Ce n’est déjà pas mal ! ” Me dirais-tu ?

Oui, écouter d’une oreille est toujours mieux que d’écouter en parlant !
J’entends beaucoup de personnes parler, qui ne savent pas s’arrêter pour écouter leur interlocuteur. Cela me rappelle une stagiaire qui, à la suite d’un exercice oral, prenait conscience qu’elle confondait parler et écouter.

Je te laisse à ta méditation et t’invite à la lecture de la suite, qui est un peu comme une introduction de cours sur le sujet.

Chers collègues et futures collègues,

Écouter vraiment un autre être humain demande un certain silence extérieur et intérieur. C’est une écoute épurée de toutes nos certitudes, toutes nos croyances, nos pensées du moment : cela nécessite un décentrage de soi, un écartement de nos points de départ pour apercevoir la singularité de l’autre.

J’essaye d’écouter un autre être humain en lui offrant toute mon attention, tout en étant présente à ce que je ressens, dans « l’ici et maintenant ». J’écoute l’autre en essayant d’emprunter sa route, de suivre son fil intérieur. La route est parfois sinueuse et déroutante, mais c’est sa route. C’est sacré. Je ne peux y toucher.
Une écoute attentive ne laisse rarement indifférent.

Lorsque j’écoute, j’essaye aussi d’être présente à toutes mes pensées, mes émotions, mes sentiments, mes images, mes intuitions… Cela fait beaucoup, parfois ! Mais, écouter est fatigant et parfois bouleversant. Mais, j’aime pratiquer cet art. Il me détend aussi. J’ai l’impression de partir en voyage et de faire de véritables rencontres.La partie qui nous appartient pourra être utilisée plus tard, le moment où l’écoutant prendrait à son tour, la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

Rednight

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#1

Ecouter

J'aime beaucoup ce que vous dites, non seulement parce que c'est vrai mais aussi parce que vous avez su trouver les mots pour le dire et le faire comprendre clairement. C'est important de savoir écouter en tant qu'infirmière. Je sais maintenant vraiment à quoi m'attendre. (je passe le concours)
Merci encore.