DOCUMENTATION

Faire avancer la recherche infirmière et paramédicale en France 

Un département en sciences infirmières et paramédicales au sein de l’EHESP : faire avancer la recherche infirmière et paramédicale en France !

ehespForce est de constater qu’en dépit des efforts engagés par nombre de professionnels infirmiers, par les associations professionnelles et par certaines directions de soins la recherche infirmière en France reste encore embryonnaire. Cette situation est inquiétante dans une discipline professionnelle qui place l’explicitation des savoirs scientifiques utiles à la pratique comme une condition à une offre de soins infirmiers de qualité à la population. La France se trouve dans ce domaine dans une situation marginale au niveau international et européen dans la mesure où la plupart des pays ont désormais réformé leurs dispositifs de formation et offrent désormais une réelle formation universitaire aux infirmières de la licence au doctorat. Seule un dispositif de type universitaire peut former à la recherche par la recherche en mettant à disposition des étudiants une infrastructure indispensable au développement de compétences dans ce domaine.


La profonde réforme engagée au sein de l’EHESP (Ecole des hautes études en santé publique) a permis de faire évoluer cette situation. Son conseil d’administration et le Professeur Antoine FLAHAULT, son directeur, ont jugé utile de créer un département d’enseignement et de recherche en sciences infirmiers et paramédicale au sein de l’école au regard des mutations que connait actuellement notre système de santé.


Ce nouveau département, le DSIP (Département des sciences infirmières et paramédicales) se met actuellement en place. Il est dirigé par Monique Rothan-Tondeur, une infirmière titulaire d’un doctorat et d’une habilitation à diriger des recherches (HDR). La mission d’enseignement dévolue à ce département reposera sur le développement de programmes de master et sur une formation doctorale destinés principalement aux infirmières et aux autres professions paramédicales. Une offre de formation tout au long de la vie complétera ce dispositif. Sa mission de recherche s’opérationnalisera au travers des activités de trois laboratoires de recherche : le LaRI (Laboratoire de Recherche Infirmière), le LaRRée (laboratoire de recherche en Rééducation et Réhabilitation) et l’ORIG (Observatoire du Risque Infectieux en Gériatrie). Il est à souligner que le Lari accueillera la chaire AP-HP de Recherche Infirmière.

Ce département travaillera avec l’école doctorale 393 dirigée par le professeur AJ Valleron. Toutefois, étudiants et chercheurs du département pourront bénéficier du réseau des écoles doctorales accessible dans le cadre de l’organisation de l’EHESP.Ce département aspire également à développer des échanges scientifiques internationaux avec les départements en sciences infirmières des universités étrangères.Des travaux de recherche seront...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

Renardepiqure

Avatar de l'utilisateur

9 commentaires

#3

En savoir plus

À l'heure où l'on parle de doctorat en sciences infirmières (LMD), étrange cette question sur ce qu'est la recherche infirmière alors qu'il existe d'excellents ouvrages sur le domaine. Pour Loiselle & MacGrath (2007, 4) "la recherche en sciences infirmières est une investigation systématique conçue pour améliorer les connaissances sur des questions importantes pour la discipline infirmière". À la suite de Dallaire et Aubin (2008, 16-17) on voit aussi que la "recherche infirmière vise à faire avancer la science infirmière et à contribuer aux connaissances propres à la discipline. La problématique de recherche est élaborée en fonction de la perspective distincte des soins ou de son objet et conduire à l'élaboration d'une théorie en science infirmière". Il y en a d'autres aussi...S'agit-il de recherche appliquée ou de recherche fondamentale? Il suffit de se documenter. Plusieurs normes opérationnelles sur le sujet sont aussi proposées par l'OCDE.

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

43 commentaires

#2

la recherche infirmière

Je suis très étonnée de votre réflexion sur la recherche infirmière. J'ai l'impression en lisant ce commentaire vous faites vos soins sans réfléchir, je pique un bras, je fais un pansement... Vous ne parler pas à la personne que vous soignez, vous ne chercher pas à savoir ce qu'elle ressent, de quoi elle est atteinte. Les infirmiers ne sont pas des machines sans jujotte. Je ne suis qu'une modeste infirmière libérale mais tout de même, je m'interesse à cette recherche infirmière car elle est tout notre métier, notre savoir faire malgré notre limite qui n'est pas des moindre : la prescription .

dalex1999

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#1

c'est quoi la recherche infirmiere? mdr!

Tout est dans le titre: c'est quoi" la recherche infirmière"? ou mieux, la recherche en science d'infirmiere... Non, sans blague, je suis IDE depuis 9 ans et franchement je vois pas ce que vous vouler chercher, si ce n'est un interet à l'ordre infirmier...! Ameliorer la rapidite des changes en maison de retraite? la technique de l'ouverture de catheter avec les dents? Notre profession depend des prescriptions et tout ce qui en decoule aussi, par conséquent point de science... encore des érudits (qui ont ratés médecine!!)qui veulent se faire mousser...!