GRANDS DOSSIERS

Grippe aviaire et organisation hospitalière - Phase de pré-pandémie

Cet article fait partie du dossier :

Grippe

    Précédent Suivant

A/ Avant propos

Quelques notions  sur la grippe aviaire

La grippe aviaire est une infection des oiseaux à virus influenza (H5N1)
Le début de l'épizootie date de décembre 2003. Des millions d'oiseaux ont été infectés. Un dispositif de surveillance épidémiologique international pour le recensement et le signalement des cas a été mis en place afin d'adapter les réactions des instances sanitaires.
En deux ans, nous dénombrons un peu plus de 150 cas dont plus de 70 décès à travers le monde.

Comment se transmet le virus H5N1 à l'homme ?

La transmission du virus s'effectue par projection du virus présent dans les gouttelettes ou un aérosol de sécrétions bronchiques, ou par contact direct avec les mains contaminés d'un malade.

  • La transmission concerne des personnes ayant le plus souvent un lien professionnel avec l'élevage de volailles.
  • Le contact direct avec des animaux vivants ou morts par inhalation de virus est une autre condition de contamination.
  • La consommation de viande crue est suspectée

Les signes cliniques de la grippe H5N1 chez l'homme

L'incubation habituelle est de 2 à 4 jours mais peut aller jusqu'à 8 jours.
Le patient présente un syndrome respiratoire aigu :

-> Fièvre supérieure à 38°C et toux, et/ ou dyspnée

Le traitement de la grippe H5N1

En l'état des connaissances, il n'existe pas de traitement spécifique de la grippe aviaire. Les antiviraux constituent la thérapeutique de référence.
Depuis 2005, des stocks d'anti-viraux à base d'oseltamivir (Tamiflu) et de zanamivir sont constitués.
Les masques de protection individuelle de type FFP2 pour le personnel en contact permettent une prévention du risque de transmission.

Le plan gouvernemental de lutte contre la pandémie grippale

Ce plan a débuté en 2004. Il comprend :

Une phase pré pandémique
Cette phase comporte l'information, la surveillance et l'organisation.

Une phase pandémique
Cette phase comprend l'organisation et la prise en charge des personnes malades, la limitation de la propagation de l'épidémie et le maintien de l'équilibre économique, social et institutionnel du pays.

Le plan détaillé est consultable sur internet. (http:/www.grippeaviaire.gouv.fr./)

B/ L'organisation hospitalière en phase de pré pandémie

Tous les hôpitaux se doivent de répondre à l'exigence gouvernementale en matière de prévention du risque.
Ainsi les établissements de santé mettent en place des procédures spécifiques de prise en charge.
Les conduites à tenir découlent du plan gouvernemental et des recommandations de l'INVS.

Quand suspecter un cas de grippe à virus H5N1 ?

  • Signes respiratoires, toux ou dyspnée
  • Fièvre
  • Contact rapproché et prolongé avec oiseaux ou animaux vivants ou morts, 7 jours avant l'apparition des symptômes    

Si oui aux 3 critères :

Conduite à tenir

Le patient et ses accompagnateurs doivent porter un masque chirurgical imperméable de l'intérieur vers l'extérieur. Le patient doit être immédiatement isolé.

Le personnel en contact doit porter un masque de type respiratoire FFP2, imperméable de l'extérieur vers l'intérieur.

L'agent qui a accueilli le patient nettoie/désinfecte le mobilier et les surfaces avec lesquelles le patient a été en contact.
Il est impératif d'avoir une hygiène des mains parfaite par friction avec Soluté Hydro Alcoolique (SHA), après chaque contact avec le patient ou après chaque action de nettoyage/désinfection de surface.

Tout soignant avant de rentrer dans le box réservé, doit s'habiller  avec le matériel mis à disposition devant le box  : masque, surblouse, lunettes de protection, gants non stériles.

Le médecin  interroge et examine le patient à l'aide d'un questionnaire type.

Au terme de la consultation, le médecin des urgences statue s'il s'agit d'un cas de grippe aviaire possible ou non.

Avant la sortie du box ôter et jeter dans un sac poubelle DASRI la surblouse, les gants. Les lunettes et le masque seront jetés après la sortie du box dans un sac DASRI. Faire une friction au SHA des mains.

Si confirmation

Contacter sans délai le SAMU pour organiser le transfert

  • Veiller à bien noter les coordonnées des personnels soignants ayant été en contact avec le cas suspect sur le document joint.
  • La date, l'heure de prise en charge du patient
  • L'identité du patient
  • L'identité des personnels soignants en contact avec le patient

Aucun examen biologique ou radiologique ne doit être effectué à ce stade. Ils seront faits si nécessaire à l'hôpital référent.
Tant que le cas n'est pas statué, les déchets doivent rester dans le box du patient.

Nettoyage du box  après départ du patient :

Avant d'entrer dans le box, revêtir

  • Masque, surblouse, lunettes de protection, gants non stériles.
  • Nettoyage-désinfection des surfaces selon les protocoles usuels
  • Nettoyage-désinfection du matériel médical (stéthoscope etc..) selon le protocole usuel
  • Le tri et le conditionnement des déchets s'effectuent dans la pièce
  • Utiliser des contenants (fûts) adaptés à la filière des DASRI pour les déchets et les déjections
  • Tous les déchets doivent être éliminés par la filière des DASRI avec un double emballage en vue d'une incinération
  • En l'absence de WC dans la pièce : évacuer les selles et les urines dans un bocal fermé hermétiquement par la filière d'élimination DASRI.

Prise en charge des accompagnants

Ils sont pris en charge à l'IAO.
Ils doivent impérativement garder leur masque chirurgical. Si un accompagnant répond aux trois critères, il est installé conjointement dans le box du patient (Les soins doivent être regroupés).

CONCLUSION

La menace d'une pandémie grippale de grippe aviaire humaine est actuellement théorique.
Pour le moment la transmission inter humaine n'existe pas.
Cependant la situation de veille sanitaire doit permettre de répondre au besoin de la population avec notamment comme impératif de :

  • D'accueillir et détecter les premiers cas humains
  • De valider les cas possibles
  • D'orienter ces cas cers les hôpitaux référents

Sources

  • l'Institut National de Veille Sanitaire (INVS) : http://www.invs.sante.fr
  • Le plan gouvernemental (version14/02/06) définit le cadre général de la prise en charge des patients suspects (http://www.sante.gouv.fr)
    Conférence de Didier Houssin, Directeur Général de la santé, Délégué interministériel à la lutte contre la grippe aviaire du 7 novembre 2006 (Université René Descartes Paris 5)

Valérie Ferré
CSI Hôpital Saint Louis
mail : ferre@noos.fr

Retour au sommaire du dossier Grippe

Publicité

Commentaires (0)