DOCUMENTATION

Il va mourir le vieux chêne...

Anik Hoffmann, infirmière coordinatrice d’un SSIAD, membre du comité de rédaction d’Infirmiers.com, a souhaité partager une expérience d’accompagnement d’un patient en fin de vie. Son témoignage émouvant nous rappelle combien l’exercice est complexe, voire sensible, chacun devant trouver – et garder – place et retenue dans une situation où la dynamique familiale est omniprésente. Vos réactions seront les bienvenues.

Accompagnement de fin de vie au sein d’un SSIADRécemment, j’animais en binôme avec un intervenant extérieur1 une formation-action à destination des aides-soignantes et de l’infirmière coordinatrice du SSIAD.

Cette action s’inscrit dans notre plan de formation continue et permet aux salariées de se questionner, de réfléchir sur leurs pratiques et d’acquérir de nouvelles compétences. Elle s’appuie sur le programme MobiQual et ses outils (vidéos, cas concrets, diaporamas, exemples de supports de transmissions…) à notre disposition. Ce jour-là, nous souhaitions échanger autour des émotions des participantes, de leur savoir être auprès des patients en fin de vie à domicile et auprès de leur entourage, et des difficultés rencontrées par les unes et les autres.

En introduction à « l’inévitable » (sic) PowerPoint que j’avais préparé avec ma collègue, nous avons proposé à l’équipe d’écouter « La mamma » de Charles Aznavour. Nous avons vécu un moment très intense… Cette chanson représente pour moi tout ce qui peut se vivre auprès et autour d’une personne en fin de vie et de son entourage ; elle vient confirmer qu’il n’est pas toujours besoin de déployer techniques sophistiquées et actes invasifs... Ceux qui ont « moins de 20 ans » ne la connaissent peut être pas, les autres l’ont peut être oubliée ; cela vaut la peine de prendre quelques minutes pour l’écouter VRAIMENT.

« Le lien respectueux fait grandir l’humain »2Ceci m’amène à relater l’histoire qui suit.Un vieux monsieur de 95 ans est admis dans le service au printemps de cette année-là. Vivant tranquillement chez sa fille (ancienne institutrice qui a beaucoup hésité avant de faire appel à nous) depuis plusieurs années, son état s’est brutalement aggravé : il « ne peut plus se lever ». Nous n’en savons pas plus, et une première rencontre a lieu au domicile. Sa fille Marie...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

anikh

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

maieutique de la fin de vie ?

Merci à vous...

Je crois que dans ces moments-là, douloureux pour les patients et leurs familles, intenses, forts en émotions, nous sommes des "passeurs"... simplement.
Et c'est ce qui rend notre mission si belle.

Bettynoop

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

Merci

Merci Anik de partager une situation aussi forte, elle ramène à beaucoup de moments vécus, et sur lesquels on ne prend pas toujours le temps de revenir alors qu'il serait bon de le prendre car c'est une histoire qui se termine et ce n'est jamais facile.

christophepeiffer

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Touchant

Merci pour ce partage Anik.
Le quotidien du milieu médical et paramédical est souvent teinté de souffrances, de douleurs et parfois de mort.
C'est dans cet environnement que la relation humaine prend tout son sens.
Une pensée à toutes celles et tous ceux qui conjuguent tout cela dans le même temps... de vie.