INFOS ET ACTUALITES

Infirmières – Yvon Berland défend le rapport Hénart

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

Quels seront les métiers de la santé de demain ? Comment s’articuleront les cursus de formation ? Quelle place auront les infirmières ?

© "Université de la Méditerranée Aix-Marseille II"La communauté infirmière est très attentive à ce que pourraient être les évolutions de carrières des personnels soignants. Le passage par un master pour accéder à des missions médicales ne fait notamment pas l’unanimité. Le professeur Yvon BERLAND a reçu « Infirmiers.com » dans son bureau de président de l’Université de la Méditerranée, pour une interview à bâtons rompus sur le sujet.

« Professeur BERLAND, vous êtes co-rédacteur, avec le député Laurent HENART et Danièle CADET, du récent rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire. Pouvez-vous nous en tracer les grandes lignes ?

Professeur Yvon BERLAND : Ce texte fait suite aux différents rapports que j’ai réalisés depuis 2002, l’idée étant de mieux répartir les tâches entre les différents acteurs de santé. Il se dégageait la nécessité, en France, d’aller vers la délégation de tâches, les transferts de compétences et la coopération entre les différents acteurs de santé.

Des expérimentations ont été menées dans ce sens …

Y.B : Les expérimentations, au nombre de 5 en 2006, puis 10 en 2008 ont été menées en donnant des missions médicales à des personnels paramédicaux. Elles ont été décrites dans des rapports qui ont témoigné de l’intérêt des professionnels pour ces initiatives. S’en sont suivies des recommandations émanant de l’HAS et de l’Observatoire de la démographie des professions de santé qui ont fait l’objet, en 2009, de l’article 51 de la loi Hôpital, Santé et Territoire (HPST) portant sur les coopérations entre professionnels de santé.

« Il est important de s’appuyer sur les métiers existants… »

Pourquoi avoir rédigé un nouveau rapport ?Y.B : J’ai considéré que si l’article 51 était intéressant pour les équipes soignantes en termes d’organisation collaborative, avec l’aval des ARS et de l’HAS. Mais j’entendais aussi les craintes des usagers concernant des prises en charge trop différenciées pour une même pathologie. J’avais ainsi alerté notre ministre d’alors, Mme Roselyne BACHELOT, de la nécessité de réfléchir à la...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (3)

waffi

Avatar de l'utilisateur

10 commentaires

#3

du flan

Il faudrait peut-être déjà officialiser ce qui se fait déjà tous les jours dans nos structures.
Accorder un droit de prescription limité, reconnaitre la place des IADE ainsi que leurs compétences, qu'en est-il des TIIH, des SMUR paramédicalisés, le pouvoir politique n'aurait-il pas cédé au lobby médical?

christian_troy

Avatar de l'utilisateur

25 commentaires

#2

pas trop rassurant

Mettre en garde cette personne sur le fait qu'il est hors de question que la formation des infirmiers retourne dans le giron des facultés de médecine, nous nous sommes battus pour être, un peu indépendant ce n'est pas pour a nouveau dépendre des facultés de médecine.

jjland83

Avatar de l'utilisateur

262 commentaires

#1

Toujours rassurant...

Il est toujours rassurant d'avoir une explication de texte d'un auteur de rapport. Cet excellent article reprécise clairement les motivations de ce rapport et les perspectives envisagées.
On est loin des extrapolations catastrophistes lues ci et là et souvent dues à une lecture un peu rapide de commentaires tout aussi rapides.
Notons qu'il n'est pas fréquent qu'un rapport touchant de très près la profession infirmière, soit co-rédigé par un médecin, un parlementaire et une infirmière, bonne pioche pour parler de coopération.